AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

La blessure d'Ymir [pv Alucard - Svenhild]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar


Destinée
Admin


Messages : 145
Date d'inscription : 05/11/2013




MessageSujet: La blessure d'Ymir [pv Alucard - Svenhild] Lun 23 Déc - 12:17:38

Penché sur le gaillard d'avant, Léo Helsing observait les vagues de sang qui éclataient contre le navire royal. Plus exactement, il observait les silhouettes indistinctes qu'il percevait sous leur cape rouge. Des ombres qui tendaient une main rachitique vers les cieux, sans jamais parvenir à vraiment approcher la surface. Léo jeta un nouveau coup d'oeil au bas du navire, puis il se concentra sur le papier contre la balustrade qu'il retenait d'une main posée à plat dessus. Son crayon se mouvait rapidement, ses yeux fixaient ses tracés, et son expression était comme figée. Lorsque son frère Lionel le rejoignit pour poser affectueusement la main sur son épaule, il sursauta. Un gros trait noir ratura le croquis d'un cadavre avalé par des vagues.

- Hey...

Voyant le dessin que Léo froissa, il s'enquit:

- Est-ce que tu t'en fais pour le trajet ? Il sait que nous venons, je suis certain que rien ne...

- Je sais. Je ne m'en fais pas. J'ai juste rien à faire ici.

Il balança la boule de papier à la mer et se détourna de son aîné sans plus de formalité. Ce n'était pas la mort du roi de Kalon -de leur père- qui le rendait si irritable, il n'avait pas le chagrin amer, mais c'était la décision de son frère à l'emmener voir le mage de sang quand sa présence à cet entretien était inutile. Le renouvellement du pacte n'exigeait l'engagement que du vampire et du futur roi, pas celui des princes frères. Lionel avait demandé que lui et leur frère Liam l'accompagnent, afin qu'ils soient présentés au mage. Etait-ce la véritable raison ? Léo soupçonnait que son frère refuse en fait un entretien privé entre eux deux. Le mage avait fait couler le sang dans le Redor quelques années plus tôt, et s'était ensuite vengé des interdictions familiales en contournant les ordres. Les débats à ce sujet s'étaient faits en présence de Lionel, qui avait hérité de la fureur de son père à cette occasion. Mais ça, c'était son problème. Léo n'était pas conseiller en diplomatie: s'il voulait éviter que l'entretien ne dérape en confrontation, Lionel n'avait qu'à... En fait, il n'avait aucune idée de ce que Lionel pourrait bien faire, mais ça lui était égal.

Agacé, il ouvrit la porte de sa cabine et la claqua derrière lui. Ses yeux s'ouvrirent grand de stupeur à la vue de l'intérieur de sa chambre. Ce n'était pas la première fois qu'il occupait cette cabine sur le navire royal, mais il n'avait jamais dû s’accommoder d'une colocation avec des marins jusqu'alors. Deux hommes encombraient son plancher de tout leur long, inconscient, tandis qu'un troisième était assis à son bureau, occupé à regarder les pages d'un carnet de dessins. Avant que Léo n'ait pu dire quoi que ce soit, il se retourna.

- Oy ! C'est quoi ce regard de mégère que tu m'as fait sur tous tes gribouillages ?

Dit d'un ton grincheux une jeune femme habillée en marin, avec un regard aussi noir que celui du dessin qu'elle lui montrait. Léo oublia instantanément sa méfiance, pris de court.

- Sven ?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://empire-calypta.forumactif.org

avatar


Svenhild
Niveau 2
Niveau 2


Messages : 83
Date d'inscription : 10/11/2013




MessageSujet: Re: La blessure d'Ymir [pv Alucard - Svenhild] Lun 23 Déc - 12:21:55


- Svenhild.

Râla la jeune femme avec humeur en frappant le bureau du poing, écrasant son portrait dans le geste. "Sven" était un prénom d'homme. Léo baissa un regard éloquent sur sa tenue de marin, ce à quoi elle rétorqua avec un petit air satisfait:

- Le déguisement m'a permis de monter à bord sans trop de soucis. Y a que celui-là...

Elle fit un signe de tête vers l'un des marins étalés.

- Qui s'est douté de quelque chose quand il m'a vue approcher ta cabine. Il a proposé de rien dire contre une faveur. Je l'ai assommé. Et c'est là que l'autre a débarqué. Alors je l'ai assommé.

C'était une explication qu'elle donnait souvent, et c'était peut-être pour cela que Léo ne l'avait pas interrogée en voyant les marins inconscients. Il connaissait sa réponse aux problèmes qu'elle rencontrait. Elle aurait volontiers réglé autrement ses difficultés, mais Léo était de ces Redors délicats qui n'aimaient pas que le sang soit versé lorsque cela pouvait être évité. Pensif, le jeune homme s'assit sur son lit, faisant face à sa chaise.

- Cette partie du récit, je l'avais plus ou moins devinée. C'est plutôt le début qui m'échappe: pourquoi es-tu venue, Sven ?

Pas de reproche dans le ton de sa voix, mais de la curiosité et un peu d'amusement. Elle haussa les épaules.

- Pourquoi je cherche à tenir compagnie à mon meilleur ami dont le père vient de mourir ? Tu n'as pas résolu ce mystère ?

Léo eut un petit sourire malin.

- J'étais pas sûr. Mais tu vois, j'ai bien fait de demander, parce que moi j'imaginais plutôt que t'étais venue pour me suivre jusque sur l'île et t'entretenir avec le mage de sang.

Irritée par le sarcasme de son ami, et aussi par le fait qu'il souligne son manque de subtilité quand elle croyait justement en avoir beaucoup montré, Svenhild lui lança un nouveau regard assassin. Ce qui ne l'empêcha pas de continuer à se montrer désagréable.

- C'est bien que je me sois trompé. J't'aurais pas laissée venir.

Sous le regard outré de la viking, le garçon perdit son expression moqueuse, plus sérieux.

- C'est trop dangereux, Sven...

- Svenhild!

- Le mage a le tempérament instable, et il n'accepte les ordres de la famille qu'en dehors de son territoire. Ta vie dépendrait de son humeur, et celle-ci est inconstante. Et même sans ça, mes frères ne te laisseraient pas m'accompagner, tu devrais donc traverser la moitié de l'île et ses dangers toute seule. Pas question.

Sourcils froncés, lèvres grimaçantes, Svenhild lui adressa un regard de mépris.

- On croirait entendre Louviann. Je suis une viking, je suis née pour combattre. Moi plus qu'aucun autre des gens du Nord.

Mais le jeune prince évitait à présent son regard, signe que l'argument ne changeait pas sa décision, même s'il n'aimait pas avoir à lui opposer un refus. Elle se leva et l'approcha, l'air féroce et déterminé.

- C'est la façon la plus sûre que j'aie trouvée pour le rencontrer, Léo. Tu peux me refuser cette occasion puisque je ne peux rien sans ton silence. Mais si ce n'est pas maintenant, ce sera bientôt de toute façon. Je connais d'autres moyens pour traverser la mer de sang, je les ai évités pour ne pas prendre davantage de risques, mais j'aurai aucune hésitation si tu en fais mes dernières ressources.

Ce fut à Léo de lever un regard outré. Il parut vouloir répliquer, mais s'interrompit, ne dit rien pendant un long moment, avant de déclarer finalement d'une voix basse:

- Le navire repart dès que mes frères et moi auront atteint l'île. Ne le quitte pas avant. Nous nous rendons au manoir du mage, qui se trouve au centre même de l'île. Lorsque nous l'auront quitté -et ça ce sera à toi de le deviner car nous prenons la voie magique et tu ne nous verras donc pas en ressortir- tu pourras te présenter. De retour sur le navire, j'ordonnerai que nous retournions sur l'île.

Svenhild lui sourit, d'un sourire sincère qu'on lui voyait rarement, et qui à lui seul exprimait ses remerciements silencieux.

Les heures s'écoulèrent, et le couple d'amis les comblèrent de diverses activités: Léo dessina un nouveau portrait de Svenhild, qu'il rendit plus grincheuse sur son papier, Svenhild se battit avec lui pour récupérer le dessin et parvint à le déchirer en mille morceaux, elle ré-assomma les marins qui s'éveillèrent, Léo lui reprocha sa violence, elle démentit cette accusation par un petit corps à corps qu'ils durent interrompre quand le bruit attira les interrogations du roi Lionel et enfin, Svenhild lança ses runes et prédit toutes sortes de malheur à Léo. C'est alors que le navire s'immobilisa, ainsi que les deux jeunes gens, qui s'échangèrent un regard entendu.


Dernière édition par Svenhild le Lun 23 Déc - 19:01:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Destinée
Admin


Messages : 145
Date d'inscription : 05/11/2013




MessageSujet: Re: La blessure d'Ymir [pv Alucard - Svenhild] Lun 23 Déc - 13:44:35

Léo doutait toujours qu'elle ait songé à le consoler en embarquant dans sa cabine, mais quelles qu'aient été ses intentions, elle se montra une compagne distrayante, dont la présence amicale était plus que bienvenue dans cet instant où il avait tant besoin d'occuper son esprit. Mais ce moment passa trop vite, et bientôt il toucha à sa fin. Un regard les unit, puis il se leva et sortit, laissant la porte entrouverte pour que la viking appréhende le moment opportun pour se mêler aux marins. Ses frères l'attendaient, silencieux, tendus. Entre le navire et la petite île bordée de récifs, le sang de la mer s'était durci, de façon à former un pont d'une centaine de mètres.

Lionel descendit le premier du navire, puis Liam et enfin Léo. Quand ils atteignirent l'île et s'y enfoncèrent assez pour être hors de vue, une mare de sang jaillit devant eux, s'éleva gracieusement dans les airs et prit la forme d'une grande porte décorées de milles détails carmins. Elle s'ouvrit. Pris de court, Léo regardait ses frères s'y engouffrer sans une ombre d'hésitation. Il avait pensé qu'il leur faudrait traverser la moitié de l'île avant de pouvoir retrouver le mage. Il en avait décidé autrement, ce qui serait plus rapide pour eux. Mais Sven, parviendrait-elle à trouver le centre de l'île suffisamment vite, si elle n'avait pas leur chemin à suivre ? A regret, mais puisqu'il n'avait pas le choix, Léo passa la porte ensanglantée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://empire-calypta.forumactif.org

avatar


Svenhild
Niveau 2
Niveau 2


Messages : 83
Date d'inscription : 10/11/2013




MessageSujet: Re: La blessure d'Ymir [pv Alucard - Svenhild] Sam 4 Jan - 19:03:50

Les trois frères disparurent au loin, et l'activité qui avait complètement cessé sur le navire reprit soudain. Seule Svenhild restait penchée, à observer la mer de sang. Pas longtemps. La plateforme de sang avait disparu, les vagues avaient recouvré leur état liquide. La viking plongea tête la première. Épais, collant, le sang l'aveuglait presque complètement sous la surface, et c'est au hasard qu'elle nageait simplement droit devant elle, les yeux brûlants.

Au bout d'une vingtaine de mètres, elle remonta à l'air libre pour respirer. Ses cheveux vinrent se plaquer contre son visage comme si son crâne les avait happé, lui cachant la vue autant que la mer de sang. A la manière d'un chien, elle secoua la tête pour dégager ses yeux de sa chevelure poisseuse, et s'essuya rapidement d'une main. Quand elle retrouva la vue, quelque chose dépassait de sous la surface. Svenhild battit des paupières pour chasser le reste de larme rouge qui la gênait. Excepté le navire qui s'éloignait, rien ne troublait le calme morbide de la mer. Elle avait dû rêver. De quoi, elle ne le savait pas, ça n'avait été qu'une masse sombre indistincte... Peut-être juste une saleté dans les cils, et un peu de son imagination.

Prenant une grande bouffée d'air, la jeune femme s'immergea de nouveau. Elle avait fermé les yeux, et les rouvrit après la première brasse. Devant elle, l'unique oeil d'un être décomposé la fixait, depuis un visage dont la peau en lambeaux verdâtres flottait doucement, soulevée par l'agitation de la mer pour laisser apparaître des restes de muscles et de nerfs. La mâchoire inférieure lui manquait, comme quelques autres parts de son corps où son squelette était apparent. Ses doigts n'étaient plus que des os acérés et charnus, et il tendait la main vers la petite viking. Celle-ci perdit tout son oxygène à pousser un cri de surprise qui fit jaillir entre elle et le mort un rideau de bulles. Elle remonta précipitamment à la surface et prit une bouffé d'air. Avant de replonger aussitôt.

Le non-mort avançait vers elle, mais elle se jetait franchement sur lui. Sans plan préalable, sans arme à la main, répondant seulement à son instinct. Un coup de poing furieux cogna le crâne du cadavre, plutôt violent malgré la force opposée du sang contrant le poing de la petite viking. Il n'eut pas le moindre effet sur sa victime, qui en profita pour lui agripper le poignet, enfonçant ses doigts dans sa chair aussi facilement qu'un couteau dans du beurre. Du sang s'éleva de ses plaies, invisible dans la mer d'hémoglobine. Cette fois, Svenhild serra les dents pour retenir son exclamation. Puis, elle tourna le bassin sur le côté, passa son bras libre au-dessus de celui du non-mort, dont la main était toujours plantée dans son poignet, et le frappa au niveau de la rotule. Le coup ne suffit pas: insensible, la créature n'avait pas même relâché l'étau de sa main. La viking insista malgré tout de plusieurs coups secs, tandis que le non mort lui griffait le visage de son autre main en forme de serre, tentant d'atteindre ses yeux. Elle dû abaisser la tête sur le côté pour l'éviter, mais ne cessa pas ses à-coups. L'oxygène lui manquait, le sang lui brûlait les yeux, son visage était lacéré sur toute une face, et ses propres frappes commençaient à lui meurtrir le bras.

*crac*

Sa dernière impulsion sur la rotule du cadavre cassa celle-ci. Envoyant son pied entre les côtes mises à nue du non-mort, Svenhild prit appui et rassembla ses forces pour s'élancer à la surface, où elle inspira l'air à pleins poumons. Haletante, elle ôta la main dont les doigts squelettiques étaient encore coincés dans son poignet, la balança au loin avec rage et jeta un rapide coup d'oeil devant elle. Plus d'une cinquantaine de mètres la séparaient encore de l'île. Elle était bonne nageuse, mais elle avait cependant peu de chances d'échapper au non-mort sur cette distance, quand ses propres forces s'épuisaient déjà et les siennes non.

Une grande bouffée d'air plus tard, Svenhild s'immergea une fois de plus. Juste à temps pour éviter la main qui tentait d'attraper sa cheville. Par colère plus que de raison, elle balança son pied dans la tête du non-mort. Ce qui n'eut évidemment aucun effet, son impulsion trop ralentie par la mer pour faire reculer la créature. Comme elle s'y attendait, le cadavre avança de nouveau son bras vers elle; elle le saisit aussitôt d'une main ferme. Dépourvu de mâchoire inférieure et dépossédé d'une de ses mains, le non-mort n'avait plus aucun moyen de libérer sa seconde main. Il gesticula en vain tandis que Svenhild entreprenait de briser uns à uns les os de ce qui lui restait de doigts. Enfin, elle le relâcha et retourna simplement à la surface respirer un petit peu avant de nager de nouveau tête sous l'eau. Le non-mort la suivit, mais son unique main aux doigts brisés ne pouvait plus l'agripper, ni ses doigts la griffer. Il était désormais inoffensif. Svenhild eut un sourire sournois. Elle atteignit vite le sable blanc de l'île des Sacrifiés, accompagnée tout au long de sa nage par le gentil cadavre aux attaques inutiles.

_________________
Sorts:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Alucard
Esper Magister
Esper Magister


Messages : 85
Date d'inscription : 06/11/2013




MessageSujet: Re: La blessure d'Ymir [pv Alucard - Svenhild] Dim 5 Jan - 10:55:46

Trois têtes blondes franchirent la porte de sang qu'il avait ouverte pour le rejoindre dans le hall d'entrée du manoir. Alucard ne s'était pas attendu à tant d'hôtes ! Toutefois, aucun n'était un présent comme ceux que lui faisaient les vikings à leur passage sur la mer de sang, ou bien encore le pirate Teal. Les trois hommes étaient grands, blonds, et avaient des yeux bleus où se lisaient facilement la moindre émotion. Des Helsing, chacun d'entre eux. Pas d'offrande donc. Mais Alucard était habitué aux passages ingrats de la famille royale, et ne s'affligea pas de ce manque de courtoisie. Il adressa un bref hochement de tête à l'aîné, son nouveau roi. Celui-ci lui en rendit un plus discret encore, tandis que les deux autres s'inclinaient.

- Majesté, soyez les bienvenus sur l'île de Sang, vous et vos frères. Je regrette les tristes circonstances qui vous amènent ici, mais j'apprécie que nous nous rencontrions enfin.

Des mots de politesse, rien de plus, et son petit sourire indifférent à l'évocation de la mort de leur père disait bien assez la sincérité de ses propos. L'hypocrisie à peine voilée du mage n'échappa pas au roi, dont les sourcils se froncèrent légèrement. Il ne répondit pas tout de suite à l'accueil, contenant une colère qu'Alucard avait pu sentir dès son arrivée. Durant ce court silence, le vampire s’intéressa d'un peu plus près aux deux jeunes princes. Liam et Léo, se rappela-t-il d'après les souvenirs de vieilles victimes. Liam avait l'air intelligent et légèrement ennuyé des grands esprits qui ne vivent que dans les livres et qui ne subissaient qu'à contre-cœur la réalité des instants présents. Il affichait un air placide, et ce n'était pas feint. La rencontre semblait n'être pour lui qu'un banal devoir à remplir, et il attendait patiemment que son frère en vienne à l'objet de leur venue. Quant à Léo... Alucard dévia le regard sitôt qu'il eut vu le détail de ses traits, comme s'il s'y était brûlé les yeux.

- Merci cependant vous comprendrez aisément que mes obligations ne nous permettent qu'un entretien rapide. Pouvons-nous entamer le rituel ?

- Bien sûr, roi Liam.

L'agacement transparut sur le visage de Lionel une fraction de seconde.

- Je m'appelle Lionel.

- Pardon, Majesté. Une chance sur deux, c'est dommage.

Les Helsing avaient pour coutume, depuis toujours, de choisir pour leurs enfants des prénoms commençant par la lettre "L". Lionel et Liam étaient les deux prénoms les plus choisis, si bien qu'il n'était pas absolument un seul roi Helsing qui se soit appelé autrement. Alucard lui-même n'était pas parvenu à dissuader sa femme de baptiser leurs deux fils de la même façon.

Il invita les frères à le suivre d'un geste de la main et prit la direction du sous-sol, accompagné d'un roi arrogant et énervé, d'un intellectuel sérieux et indifférent à tout ce qui se passait autour de lui, et d'un jeune homme dont il sentait qu'il aurait pu s'amuser de la situation si une pensée fixe ne l'angoissait pas tant.

_________________


Hemarcation (niv5) : Le jeteur de sort peut créer n'importe quel symbole sur n'importe quelle surface en lettres de sang, qu'il connaisse ou non le lieu ciblé.

Sorts de Mage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Svenhild
Niveau 2
Niveau 2


Messages : 83
Date d'inscription : 10/11/2013




MessageSujet: Re: La blessure d'Ymir [pv Alucard - Svenhild] Mer 8 Jan - 20:42:02

Svenhild sortit de la mer trempée de sang de la tête aux pieds, et le corps couvert de sangsues. Elle n'essuya que ses yeux avant d'arracher les petites bêtes une à une, s'écorchant la peau en même temps. Puis, elle suivit les traces de pas dans le sable blanc. Sa piste ne la mena pas loin. La plage de sable fin tout juste dépassée, les trois chemins de bottes Helsing s'arrêtaient soudain dans le tissu organique que formait le sol. C'était comme si les trois frères avaient disparu dans le néant. Non, pas dans le néant... Les empreintes de Léo et de Liam, à la gauche et à la droite de Lionel, se rassemblaient sur celles de ce dernier. Lionel s'était donc avancé le premier dans un espace qui l'avait.. comme absorbé. Puis Liam l'avait rejoint, et Léo ensuite.

"nous prenons la voie magique et tu ne nous verras donc pas en ressortir"

- Par le cul cent fois bouffé de Tanngnjóstr...

Ne put s'empêcher de grogner la petite viking. Il semblait que l'aller s'était déroulé tel que Léo avait prévu son retour. Une voie magique avait dû s'ouvrir aux frères, une voie qu'elle ne pouvait ni emprunter ni suivre. Elle se redressa et inspecta l'endroit du regard. De couleur chair rougie, le sol organique était parsemé d'arbres dont le bois paraissait fait des mêmes tissus veineux. Leurs racines ressemblaient à de longs intestins éparpillés, qu'il était difficile d'éviter tant elles encombraient l'île. Des plantes de toutes sortes et de toutes couleurs avaient également poussé, et les recouvraient sournoisement. Certains des arbres transportaient au bout de leurs branches de grosses sphères rosâtres similaires à des globes oculaires, d'autres étaient pourvus de troncs dont l'écorce membraneuse formait comme un visage prêt à refermer sa mâchoire, et d'autres enfin avaient l'air de grandes silhouettes aux bras de branches tendus pour attraper le premier inconscient qui passerait tout près.

Svenhild s'engouffra dans la jungle de tissus organiques d'un pas sûr et rapide. Ses yeux balayaient le terrain alors qu'elle avançait en prenant garde d'éviter les racines sur son chemin. Lorsque la faune se fit dense, elle sortit son sabre d'abordage de son fourreau pour trancher les feuilles qui lui cachaient le sol. Elle se dirigeait droit devant elle sans la moindre hésitation. Le manoir se trouvait au centre de l'île, Léo le lui avait précisé. Il suffirait de s'éloigner autant que possible des flancs de l'île, et elle finirait bien par trouver l'unique demeure du coin.

_________________
Sorts:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Alucard
Esper Magister
Esper Magister


Messages : 85
Date d'inscription : 06/11/2013




MessageSujet: Re: La blessure d'Ymir [pv Alucard - Svenhild] Jeu 16 Jan - 16:45:24

Alucard n'avait pas jugé utile d'éclairer l'escalier interminable menant au souterrain du manoir. Derrière lui, les trois frères descendaient lentement, les mains posées sur les murs, vigilants après avoir manqué à maintes reprises de trébucher. La faute n'en était peut-être pas seulement à la pénombre; le mage faisait apparaître sur certaines marches de petites flaques de sang au passage de Lionel, qui se rattrapait sur ses frères pour ne pas tomber.

Ils émergèrent dans une immense salle aux dalles de pierre, dont le plafond était aussi haut que celui d'une cathédrale. La plateforme sur laquelle ils marchaient était étroite, et longée de cellules où restaient encore des restes d'ossements. A son extrémité, un escalier permettait d'accéder au reste de la salle, un grand hall qu'elle surplombait tel un balcon et que les frères admirèrent depuis le haut des marches avant de suivre le mage en bas. L'architecture était exquise. De grandes colonnes de pierres grises soutenaient le plafond trop haut pour être discerné, de magnifiques fenêtres de sang paraient les murs tels des vitraux, leurs vitrines rouges et en mouvement de vague constant illuminant l'endroit à elles seules, et une terrible fontaine trônait au centre. La statue qui s'y dressait représentait une imposante silhouette ouvrant les bras comme pour accueillir ses visiteurs. Du sang se vidait des veines de ses poignets et tombaient en fines cascades dans un large bassin. La capuche qui retombait sur son visage cachait ses traits, mais le début de ses lèvres était exposé et dévoilait un sourire cruel.

Alucard s'était avancé jusqu'à la fontaine, et assit sur le bord de son bassin. Le reflet carmin des vitres sur son visage donnait l'impression qu'il était maculé de sang.

- Eh bien, il semblerait que l'on puisse commencer...

Lionel se redressa, impatient d'en finir et de pouvoir quitter le domaine.

- Dès qu'on aura convenu des termes exacts.

Le roi retint un soupir, mais pas le regard sombre dirigé vers le mage.

_________________


Hemarcation (niv5) : Le jeteur de sort peut créer n'importe quel symbole sur n'importe quelle surface en lettres de sang, qu'il connaisse ou non le lieu ciblé.

Sorts de Mage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Svenhild
Niveau 2
Niveau 2


Messages : 83
Date d'inscription : 10/11/2013




MessageSujet: Re: La blessure d'Ymir [pv Alucard - Svenhild] Dim 19 Jan - 15:49:06

C'était un peu comme ses jeux d'enfant, quand elle évitait telle ligne sur le sol parce que si elle la touchait, elle perdrait, mais que si elle l'esquivait, elle réussirait à toucher son père à l'épée au prochain entrainement. Ou alors le repas du soir serait pas mauvais. Ou encore, si elle arrivait à ne toucher aucune racine sur son chemin, elle obtiendrait du mage un pouvoir de sang très puissant. C'était bien parti. L'effort était peut-être inutile: qu'avait-elle à redouter de vulgaires bouts de plante ? Mais son instinct lui disait le contraire, et Svenhild croyait fort en ses impressions personnelles.

Un craquement se fit entendre, qui la fit tourner la tête, les sens aux aguets. Elle le sentait, quelque chose l'observait, mais elle ne discernait rien dans l'obscurité rougeâtre de la jungle de chair. L'épée à la main et le regard vif, elle se tint prête à accueillir n'importe quelle créature qui se lancerait à son assaut. Mais rien ne vint. A regret, elle poursuivit sa route. Elle aurait préféré un affrontement direct, quel qu'en soient les risques, à cette incertitude un peu angoissante de se supposer traquer. Elle avait repris sa marche depuis seulement une dizaine de secondes lorsqu'un nouveau craquement retentit. Elle se retourna en un sursaut, l'épée en position de garde.

Un étrange animal la guettait à deux pas. Blanc, pas plus grand qu'un chiot, il ressemblait à lapin amaigri, avec sa peau au poil rachitique qui lui collait au squelette comme un bas collait à la jambe d'une femme. Il avait de longues oreilles de rongeur, et les membres inférieurs faits pour bondir. La ressemblance s'arrêtait là. L'animal n'avait pas d'yeux, seulement de gros orbites qui s'enfonçaient dans son crâne. Une rangée de dents pointues lui servait de sourire, et une longue et fine queue se tortillait tel un serpent selon ses humeurs. Le bout de ses pattes était presque félin, mais ses orteils étaient plus écartés, plus comme des serres, et ses longues griffes grattant le sol ne semblaient pas rétractables. Svenhild le regarda avec de grands yeux étonnés dont les paupières battirent bêtement à la vue du spécimen. Puis, elle éclata de rire. L'animal pencha la tête sur le côté d'un petit mouvement rapide, l'air interrogatif. La jeune viking lui répondit, encore hilare:

- Par tous les Dieux ! Me voila pourchassée par un lapin aveugle ! Que Thor me vienne en aide, ou c'en est fini de moi !

Son rire reprit de plus belle, et manqua de la faire trébucher sur une racine lorsqu'elle appuya ses mains sur ses jambes pour retrouver son équilibre. Un battement de cil plus tard, la jeune femme se retrouva jetée au sol, le souffle coupé par la boule de force projetée sur elle. Lui creusant le thorax de ses griffes énormes, faisant claquer sa mâchoire aux dents acérées près de sa gorge et hurlant un cri puissant et suraigu qui obligea la femme à se plaquer les mains sur les oreilles, la créature attaquait férocement. Svenhild se débattait avec autant de fureur, mais à l'aveuglette, la tête éloignée vers le côté pour protéger ses yeux.

- D'ACCORD, D'ACCORD, JE RETIRE CE QUE J'AI DIT, JE RETIRE CE QUE J'AI DIT !!!

Du sang coulait des plaies ouvertes par les coups de griffes sur tout son décolleté, mais ce n'était pas ce qui aurait dû l'inquiéter. Autour d'elle, les racines s'éveillaient, remuées par de petits soubresauts. Quand elle parvint enfin à envoyer son poing sur l'animal, qui fut envoyé au delà, une racine lui avait déjà enlacé une cheville, alors qu'une autre liait son poignet gauche. Svenhild voulut se relever d'un bond; mais ses chaînes la retinrent au sol, à sa grande surprise.

- Hein ???!

Le lapin qu'elle avait jeté se trouvait, lui, à l'écart du danger des plantes, et lui rendait son regard, ses petites dents apparentes lui donnant l'air de sourire joyeusement.

_________________
Sorts:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Alucard
Esper Magister
Esper Magister


Messages : 85
Date d'inscription : 06/11/2013




MessageSujet: Re: La blessure d'Ymir [pv Alucard - Svenhild] Dim 19 Jan - 18:11:35

- Ah oui ??! Et les soeurs d'Hakenval, ce n'était pas un massacre peut-être ?!

Alucard balança la tête sur les côtés, comme si peser mentalement le vrai et le faux de cette histoire l'influençait physiquement. Lionel fulminait.

- Votre père m'avait interdit de tuer aucun homme. Notez que je ne suis pas très fier de cet épisode et que je ne l'ai jamais revendiqué. Comment votre père a-t-il su ?

Le ton de conversation poli d'Alucard acheva la retenue du roi.

- LA N'EST PAS LA QUESTION !!

Il lança un regard outré à Liam qui répondit au mage avec beaucoup de sérieux, l'air indifférent:

- Vous avez laissé une flaque de sang à un endroit éloigné du massacre, il y avait reconnu votre façon de vous déplacer.

- Aaah, bien sûr, oui.

Dit Alucard en hochant la tête, ignorant parfaitement la colère de l'aîné Helsing. Le rituel n'avait toujours pas commencé. La conversation était orientée vers les récriminations que Lionel adressait au vampire, et qui répondaient à la demande de ce dernier de justifier les restrictions qu'il prévoyait de poser sous sa tutelle. Le mage ne semblait pas convaincu par ses arguments, bien que le roi ait exposé avec raison nombre d'exemples illustrant le besoin de limiter ses agissements en dehors de son territoire. De son côté, le jeune Léo avait fini par sortir un papier et un crayon d'une de ses poches et, fixant Alucard, il s'efforçait de représenter fidèlement son sourire amusé. Le dessin l'aidait à repousser ses angoisses, et en l'instant, à ne pas songer à Svenhild et aux dangers qu'elle devait affronter.

_________________


Hemarcation (niv5) : Le jeteur de sort peut créer n'importe quel symbole sur n'importe quelle surface en lettres de sang, qu'il connaisse ou non le lieu ciblé.

Sorts de Mage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Svenhild
Niveau 2
Niveau 2


Messages : 83
Date d'inscription : 10/11/2013




MessageSujet: Re: La blessure d'Ymir [pv Alucard - Svenhild] Dim 19 Jan - 20:45:03

Les racines de chair tirèrent si fort de part et d'autre que Svenhild craignit qu'il ne faille pas longtemps avant qu'elles ne parviennent à l'écarteler. Elle devait agir vite; déjà, d'autres racines serpentaient vers elle pour se disputer son corps. Mais c'était le sien, et elle avait son mot à dire. Raffermissant sa prise sur la poignée de son épée, elle la leva et frappa sa lame sur la racine qui lui broyait le poignet. Une gerbe de sang jaillit et éclaboussa sa main. Elle n'eut pas le temps de pousser un cri sous le contact avec le sang corrosif qui brûla sa peau: profitant de ce répit, la racine qui enlaçait sa cheville la tira soudain vers l'arbre dont elle était le prolongement. Traînée au sol de force, Svenhild n'avait rien d'autre à quoi s'agripper que ces fichues racines de chair ! Ses mains grattèrent en vain la terre de tissu organique, trop lisse et ferme pour qu'elle y trouve une prise.

Un mouvement secoua l'arbre qui la retenait. Sans cesser de se débattre, elle jeta un coup d'oeil dans sa direction. Ce qu'elle vit la fit redoubler d'efforts pour se maintenir à distance de la plante de sang. Un trou béant s'était ouvert et formait une bouche énorme dans le tronc formés de tripes. Lorsque la racine souleva sa cheville pour l'amener à hauteur de la bouche, Svenhild se retourna et, sur le dos, balança son autre jambe sur l'arbre, en dessous du trou. L'appui lui permit d'opposer une résistance à la racine, et elle tira de toute ses forces pour l'empêcher de l'avancer davantage vers la mâchoire qui n'attendait que de l'ingérer. La jeune femme avait de la force dans les jambes, mais elle savait qu'elle ne tiendrait plus très longtemps. Elle prit le risque de se déséquilibrer pour envoyer à la racine un coup de sabre, faisant gicler un nouveau bouquet de sang qui lui brûla la jambe. Elle se releva précipitamment en gémissant, trébucha sur plusieurs racines avides de tenter également leur chance, et parvint à sauter par dessus d'extrême justesse. Hors de portée des tentacules de chair, elle lança un regard mauvais à l'arbre qui avait voulu la dévorer. Et le frappa à coup d'épée. Le sang qui s'en échappa fit fumer la lame dans un bruit de cuisson. La viking cessa immédiatement, les yeux écarquillés devant l'épée abîmée.

_________________
Sorts:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Alucard
Esper Magister
Esper Magister


Messages : 85
Date d'inscription : 06/11/2013




MessageSujet: Re: La blessure d'Ymir [pv Alucard - Svenhild] Lun 20 Jan - 10:01:49

Dans le temple de sang, la dispute se poursuivait, et seul Lionel haussait la voix, le mage se contentant de se justifier avec un calme tout calculé pour l'énerver davantage.

- Vous êtes injuste, ce n'est pas moi qui l'ai assassiné, celui-là.

- C'était votre élève ! Et sous vos ordres !

Alucard eut un sourire entendu.

- Je n'allais tout de même pas le tuer moi-même alors que votre père me l'avait interdit, c'eut été de la désobéissance, et de l'insolence. Et puis surtout, le pacte m'en empêchait... Vous n'allez tout de même pas me reprocher d'avoir placé mon argent dans les poches d'une tueuse à gages ? La façon dont je gère mes finances ne regarde que moi majesté, c'est un point sur lequel je ne transigerai pas !

Liam intervint.

- Si nos gardes ne sont pas capables d'assurer la protection d'une personne face à un humain, c'est que nous n'en exigeons pas assez d'eux. Je ne pense pas qu'il soit très utile d'approfondir le sujet des meurtres indirects du mage. Nous limiter aux meurtres directs nous prendra déjà bien assez de temps, et du temps, nous n'en disposons pas de beaucoup...

Lionel eut l'air prêt à étrangler le prince paisible. Alucard ne dit rien, mais son regard amusé exprimait tout du plaisir qu'il prenait dans cette discussion. Les Helsing passaient décidément trop rarement !

_________________


Hemarcation (niv5) : Le jeteur de sort peut créer n'importe quel symbole sur n'importe quelle surface en lettres de sang, qu'il connaisse ou non le lieu ciblé.

Sorts de Mage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Svenhild
Niveau 2
Niveau 2


Messages : 83
Date d'inscription : 10/11/2013




MessageSujet: Re: La blessure d'Ymir [pv Alucard - Svenhild] Lun 20 Jan - 17:20:45

Elle avait repris sa route, qui heureusement s'était ouverte sur un passage que seuls quelques arbres carnivores parcouraient par-ci par-là. Une végétation plus verte fleurissait le paysage. Svenhild reconnut la mâchoire de plantes carnivores sur certaines d'entre elles, leurs dents camouflées sous la forme de grosses épines rouges, mais leurs racines étaient bien sagement incrustées dans le sol, et elle prenait garde à ne pas s'approcher de trop près des tiges. En fait, non, elle prenait garde à rester tout juste assez loin pour faire claquer leurs crocs à quelques centimètres d'elle lorsqu'elle les appâtait d'une main tendue. Goguenarde, elle traversait le sentier d'un air supérieur, pleine d'assurance. Les claquements de mâchoires résonnaient sur son chemin, et elle souriait de se voir passer paisiblement sous le nez d'ennemis furieux. Mais lorsque l'une des plantes ne réagit pas à sa présence, elle s'arrêta. Et fila un petit coup de sabre à la plante, comme une claque sur la joue.

- Oy !

La plante, qui la dominait d'un bon mètre, se redressa alors et hurla, furibonde. Svenhild sourit et lui tourna le dos, continuant son chemin. Mais des bruits inconnus la firent se retourner peu après. Le bruit de racines extirpées du sol. Elle ouvrit grand la bouche, comme pour crier à l'injustice, mais souffla simplement pour elle-même:

- Oh non...

La plante fit quelques premiers pas de racines vers elle, et suffisamment proche, envoya sa mâchoire sur sa tête. Svenhild dut l'esquiver d'un bond en arrière. Mais le sentier était juste assez étroit pour passer entre chacune des deux rangées de plantes aux abords. Et si les autres plantes ne pouvaient pas, comme celle-là, s'extirper du sol, elles profitaient allègrement du rapprochement forcé de la jeune femme. Tels des chiens ameutés devant la barrière d'un jardin sous leur protection, elles tentèrent toutes de mordre le moindre membre à leur portée. Le misérable sabre de marin tournoyait en tous sens pour trancher la végétation qui attaquait, mais son adversaire obligeait la jeune guerrière à sans cesse reculer, et donc à s'exposer à d'autres assaillants.

La gueule de la plante était énorme, et ses crocs paraient sans mal la pauvre lame empruntée de Svenhild, que le nombre de ses adversaires mettait à mal. Se jetant au sol pour éviter des mâchoires sur sa droite, la viking roula sur le dos et envoya un coup de taille au monstre vert dont la tête fondait vers elle. Ses dents se refermèrent sur l'épée, qui commença à se tordre. Svenhild la regarda mâchonner sa seule arme avec des yeux ronds. Soudain, elle se redressa en position assise et, de sa main libre, gifla la plante.

- CA SUFFIT MAINTENANT ! VA TE COUCHER !! TOUT DE SUITE !!!

Un instant, les deux protagonistes s'observèrent les yeux dans les yeux, tous deux immobiles. Une goutte de sueur perla le front de la viking.

Dé:
 

_________________
Sorts:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Destinée
Admin


Messages : 145
Date d'inscription : 05/11/2013




MessageSujet: Re: La blessure d'Ymir [pv Alucard - Svenhild] Lun 20 Jan - 17:20:45

Le membre 'Svenhild' a effectué l'action suivante : Dé du Destin

'Dé du destin' : 6
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://empire-calypta.forumactif.org

avatar


Svenhild
Niveau 2
Niveau 2


Messages : 83
Date d'inscription : 10/11/2013




MessageSujet: Re: La blessure d'Ymir [pv Alucard - Svenhild] Lun 20 Jan - 21:48:01

La grosse tête de la plante était tout proche de son visage, mais Svenhild s'efforçait de ne rien montrer de son inquiétude. Elle foudroyait la créature du regard, les sourcils froncés, et l'index levé en avertissement. Un gémissement plaintif s'échappa de la mâchoire aux dents d'épines, brisant le silence tendu, et la plante se retourna tout à coup pour filer se cacher au loin derrière ses consœurs, la tête baissée. La viking regarda bouche bée ses épaisses racines marteler le sol alors qu'elle s'empressait de mettre le plus de distance possible entre elles deux. Surgissant sur sa droite, une plante profita alors de son hébétement pour lancer sa tête vers son bras. Svenhild la lui coupa dans un sursaut instinctif, et se releva enfin, encore un peu ébranlée par son étrange victoire mais prête à reprendre la route.

Une petite heure s'écoula avant qu'elle n'aperçoive enfin le manoir, tout au loin. Un léger sourire illumina son visage barbouillé de crasse, de sueur et de sang. Ne restait plus maintenant qu'à attendre le départ des trois frères. Mais s'ils étaient déjà partis ? Svenhild fouilla l'environnement du regard. Et s'éloigna un peu en quête d'un représentant de la faune, n'importe lequel. Un serpent croisa son chemin. Elle adorait les serpents. Vive comme l'éclair, le tranchant de son épée minable fit voler la tête du reptile. Fière d'elle, elle sortit d'une petite bourse ses pierres de runes, les jeta au sol et fit gicler du sang de serpent dessus, avant de balancer le cadavre par dessus sa tête. Puis elle lut ce que les pierres rougies pouvaient lui conseiller au sujet de son entrée différée au manoir. Le message qu'elle crut comprendre la laissa perplexe. Un changement bouleverserait son destin de façon irrévocable. Ca ne répondait pas du tout à sa question. Déçue, elle essuya les pierres tachées sur son pantalon noir de saleté, et les rangea dans sa bourse. La divination runique était une science très incertaine: les pierres pouvaient ne pas vouloir répondre, et leur sens n'était jamais évident. Elle-même n'avait d'ailleurs jamais appris la divination. Elle avait toujours eu ces pierres et s'était affirmée capable de les lire, mais en vérité, elle n'était sur que de la signification de chaque rune, et non du message à comprendre de leur combinaison.

Alors qu'elle hésitait à se rendre au manoir, un bruit sourd dans son dos attira son attention. A une trentaine de mètres, un brume sanguine s'était levée et avançait doucement. Svenhild s'approcha un peu pour tenter de discerner la source du bruit. Une énorme chauve-souris était tombée raide morte d'un arbre. Elle plissa les yeux, et son regard bondit de part en part de la brume, à la recherche d'un prédateur dissimulé. Un lapin comme celui qu'elle avait rencontré plus tôt surgit tout à coup, mais il l'ignora complètement et poursuivit sa course au loin. D'autres animaux, des oiseaux, d'énormes tarentules et des serpents suivirent ensuite, fuyant de toute part tandis que la brume s'étendait de plus en plus vite. Enfoncé dans les tréfonds de la brume, une silhouette que la viking distinguait mal poussa un glapissement. Un bruit de succion s'éleva en même temps que du sang semblant provenir de l'animal, et celui-ci s'affala au sol. Mort. La brume s'était épaissie, nourrie, et avançait désormais plus vite qu'au pas humain. Svenhild recula d'abord lentement. Elle prit ses jambes à son cou lorsque d'autres corps tombèrent au sol et que la brume fila au pas de course, de plus en plus rapide, de plus en plus épaisse, à mesure que le sang de ses victime la nourrissait.

Derrière elle, des cris de douleur animale retentissaient avant de cesser brutalement, et le son d'une succion écœurante se rapprochait sans cesse. Svenhild courait aussi vite qu'elle le pouvait; elle était légère, agile, habituée à cet exercice. Mais ce qui la pourchassait n'était pas vivant, et glissait vivement dans les airs, comme une brise annonciatrice de tempête. Le souffle lui manquait, ses frusques et son épée lui semblaient peser lourd, et sa vision se brouillait. Elle avait déjà perdu trop de sang, contre ce fichu rongeur blanc ! Il fallait qu'elle parvienne au moins jusqu'au manoir, la demeure du mage devait être protégée ! Elle en était encore à une cinquantaine de mètres. Et le mage, y était-il encore? Cette question furent la dernière que se posa la jeune femme avant d'être violemment extirpée de sa course par un courant qui la traversa et aspira son sang. Un cri étouffé franchit ses lèvres, et elle sombra.

_________________
Sorts:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Alucard
Esper Magister
Esper Magister


Messages : 85
Date d'inscription : 06/11/2013




MessageSujet: Re: La blessure d'Ymir [pv Alucard - Svenhild] Mar 21 Jan - 16:18:44

Longtemps après leur rencontre, Alucard et les Helsing avaient finalement entamé le processus du rituel. Le vampire avait repoussé ce moment autant que possible, mais il avait aussi besoin du pacte, et il avait fallu qu'il se soumette à son rituel. Un genou posé à terre, il récitait d'une voix grave les engagements de soumission qu'il devait à son maître. Celui-ci se tenait debout face à lui, et du sang s'échappait de la blessure sur le revers de sa main, et qui formait un pentagramme encerclé. A mesure que l'enchantement progressait, la blessure disparaissait sur sa peau, et grandissait sur celle du vampire. Le gant qu'il portait dissimulait la plaie mais se peignait de son tracé sanglant. Lorsqu'il rouvrit les yeux à la fin du rituel, il découvrit, comme il s'y attendait, le regard suffisant du jeune roi posé sur lui, et son premier sourire depuis sa venue. Une vague de colère l'envahit, mais presque aussitôt, toute son attention se concentra sur un appel. Pris au dépourvu, il élargit sa perception sanguine et chercha son destinateur. Son sens lui désigna immédiatement ce dernier; juste au-dessus de lui !

Le corps de l'humain fondit en un amas de sang qui traversa le sol et se re-matérialisa alors qu'il chutait depuis les hauteurs du temple. Sa course fut trop rapide, et trop silencieuse; Lionel n'avait même pas réalisé son arrivée quand il s'abattit sur lui et le renversa en arrière. Alucard ne ralentit la chute qu'au dernier moment, afin d'épargner la vie de l'arrivant. Pour l'heur. Un juron résonna dans le temple. Le vampire se releva, et observa sans bouger le jeune roi qui se débattait sous la silhouette inconsciente.

- Tout va bien, majesté ?

- Est-ce que vous venez juste de faire traverser le sol à cet homme pour qu'il me tombe dessus ???!

- Non, majesté.

Le sourire du vampire accusait une toute autre réponse. Le prince Liam se pencha pour soulever l'humain et en dégager son frère. Il fronça les sourcils.

- Ces vêtements... C'est un homme de la marine... On engage vraiment n'importe qui, c'est encore un enfant.

Lionel se releva maladroitement en se frottant l'arrière du crâne.

- Un de nos hommes ? Qu'est-ce qu'il ferait ici ? Tu crois que l'équipage l'a envoyé nous chercher ?

Indifférent aux hypothèses des deux hommes, Alucard fixait le plus jeune des Helsing. Le coeur battant, il avait fait tomber le bout de papier sur lequel il avait dessiné tout au long de l'entretien et regardait avec un regard débordant d'inquiétude la silhouette inconsciente.

- J'en doute. Ce n'est pas vous qu'il cherchait, c'est moi. Je l'ai entendu m'appeler. Il a sûrement profité de votre périple pour rejoindre l'île.

La voix de Léo manquait d'assurance, mais il parvint à demander avec suffisamment de neutralité dans le ton qu'il emprunta :

- Est-ce qu'il vit ?

Ses frères ne remarquèrent ni sa pâleur, ni la profondeur de son regard. Liam releva la manche du marin, prit son pouls et répondit, aussi calme que si la situation lui était familière:

- Oui.

Le souffle du prince cadet reprit un rythme régulier. Alucard attarda un moment son regard sur le jeune homme. Il avait la peau lisse et imberbe d'un enfant, et même des restes de rondeurs sur son visage androgyne. Des sourcils longs et bien dessinés encadraient sévèrement ses yeux clos aux cils interminables. Ses lèvres pleines étaient d'un rose très pâle, et son teint était aussi blanc que celui du vampire, qui n'était pas sûr que cela ne soit dû qu'à la perte de sang dont témoignaient ses nombreuses blessures. Le garçon avait une longue tignasse sale et emmêlée, et des traits délicats d'adolescente. De surprise, le mage haussa les sourcils. Ce n'était pas un garçon, mais une jeune femme ! Le roi rappela Alucard à la réalité.

- Pouvez-vous le soigner ? Il nous faut partir.

Le mage hocha patiemment la tête.

- Oui, il le faut. Comme vous pouvez le voir, j'ai moi aussi des obligations qui exigent de mon temps.

Lionel eut un mouvement d'impatience, et son regard se durcit.

- Le garçon vient avec nous. Il était à bord de notre navire et pas pour remplir le rôle auquel il prétendait, manifestement. Je veux qu'il soit interrogé, et selon ses raisons, soumis à la justice.

Alucard ne cilla pas. Il parla calmement, mais avec fermeté.

- Non. Vous vous êtes engagé à respecter mes responsabilités de mage et à tenir vos ordres à l'écart de ce qui concerne directement mon rôle. Cet humain est venu s'adresser à l'Esper du sang, et en outre, nous nous trouvons sur mon domaine.

Il se para d'un sourire moqueur, et continua:

- Si vous voulez un garçon, il faudra vous en trouver un ailleurs.

Un mur de sang surgit soudain devant Lionel, reflétant l'activité sur le navire royal. Le roi hésita, incertain. Ses frères attendaient sa décision; Liam avec une pointe de curiosité, Léo avec angoisse. Au bout d'un instant, il adressa un rapide hochement de tête au mage, et franchit le portail. Liam le précéda, mais Léo abandonna sa retenue et s'approcha du vampire. Malgré son trouble, il parla avec une certaine autorité dans la voix, et son regard se planta dans les yeux carmins.

- Laissez-la repartir, elle est mon amie. C'est moi qui l'ai laissée passer, et c'était une erreur. Je vous prie de l'épargner, Alucard. Je ne prétends pas être dans mon droit d'exiger quoi que ce soit vous, mais je vous le demande comme un service.

Le vampire le dévisagea en silence, l'air grave. Son visage, sa voix, son caractère, tout en lui le rappelait à des souvenirs auxquels il ne devait pas songer. Voulant hâter son départ, il promit:

- Je ne la tuerai pas, tu as ma parole. Mais elle a risqué sa vie pour venir me parler, et je ne la renverrai pas maintenant qu'elle a atteint le temple. Je veux écouter sa requête.

Le soulagement détendit les traits du jeune homme. Il sourit au vampire, et lui tendit la main. Un peu surpris, Alucard la serra, et le garçon disparut derrière le portail de sang. Le mur sanguin se volatilisa tout de suite après, et le vampire se retrouva seul avec l'enfant inconsciente. D'un sort de lévitation, il la fit adosser au bassin de la fontaine de sang, et l'examina. Ses vêtements étaient en lambeaux, et ses cheveux si ensanglantés qu'il n'aurait su dire leur couleur naturelle. Des coupures lui striaient le visage, les bras et les épaules, et elle avait été brûlée à la main et à la jambe. Ces dernières marques n'étaient pas plus grosses que des pièces, mais elles déformeraient méchamment sa peau pour le reste de sa vie si la magie ne les guérissait pas. Des blessures bien plus graves lui avaient cependant déchiré le thorax. Des griffures profondes, depuis le décolleté jusqu'aux flancs. Et bien sûr, elle se mourrait d'une perte de sang massive. Alucard avait juré de l'épargner. Mais pas de la soigner. Le regard moqueur, il sourit à l'inconnue endormie. Et décida qu'il l'aimait bien.

Il aimait l'originalité dont elle avait fait preuve pour gagner son île, et le courage stupide qu'elle avait dû montrer pour s'opposer à son domaine à un âge si précoce, et alors qu'elle n'était de toute évidence pas une grande guerrière. Pas encore. Était-ce ce qu'elle était venu lui demander, du pouvoir ? Eh bien, le meilleur moyen de le savoir était de le lui demander ! Concentrant sa magie sur elle, il fit se refermer ses blessures et cicatriser ses brûlures, emplit ses veines de sang, et fit disparaître tout le sang qui la maculait. Le visage de l'enfant reprit quelques couleurs -pas beaucoup, elle était naturellement très pâle -, et la blancheur de ses longs cheveux apparut. Dévêtues de leur manteau de sang, les déchirures au niveau de son décolleté s'ouvraient partiellement sur les courbes de sa poitrine. Un mouvement agita la jeune femme, qui prit une grande inspiration. Puis, elle ouvrit les yeux.

_________________


Hemarcation (niv5) : Le jeteur de sort peut créer n'importe quel symbole sur n'importe quelle surface en lettres de sang, qu'il connaisse ou non le lieu ciblé.

Sorts de Mage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Svenhild
Niveau 2
Niveau 2


Messages : 83
Date d'inscription : 10/11/2013




MessageSujet: Re: La blessure d'Ymir [pv Alucard - Svenhild] Dim 26 Jan - 21:41:50

Deux petites flammes rouges brûlaient devant elle. Elle battit des paupières, et sa vision s'affina. Le vampire avait les yeux rouges, et un sourire moqueur qui lui découvrait les crocs. Elle eut un petit sursaut de surprise qui la fit se cogner la tête au bassin contre lequel elle était adossée. Il gloussa, et se redressa. Elle l'imita, puis remarqua avec un petit sourire satisfait:

- Vous m'avez soignée.

- Je t'ai soignée.

Confirma le mage. Les yeux de la viking pétillèrent de contentement. Comment avait-elle pu croire un instant qu'elle périrait d'une mort de lâche, alors que les runes lui avaient annoncé un grand destin ? Et ce à plusieurs reprises. Elle leva la tête vers le vampire, le regarda droit dans les yeux, d'un air qui mêlait étrangement l'arrogance à la reconnaissance, et déclara:

- Je suis Svenhild, fille de Sven, viking du Nord. Et je suis venue vous demander de m'accorder un sort. Si vous l'acceptez, je promets que vous ne regretterez ni les soins que vous m'avez prodigués, ni le choix de me faire votre élève.

Mais le mage parut sceptique.

- Vraiment ? Je commence déjà à m'interroger sur le bien-fondé de ma décision de te soigner. Ainsi tu fais partie du peuple du Nord... Et tu es venue à moi les mains vides ? Je devrais donc récompenser l'arrogance d'une fillette malapprise qui s'est évanouie dans mon temple ?

La viking pâlit sous ses récriminations, surprise et honteuse. Non seulement un étranger la reprenait sur les coutumes de son peuple, mais en plus, il le faisait de façon pertinente. En raison de la clandestinité de son trajet, elle n'avait pas pu lui apporter de sacrifice qu'elle aurait tué pour lui devant l'île, comme le faisaient ses pairs lorsqu'ils traversaient la mer. Elle ne s'était pas trop mal débrouillée ensuite, compte tenu de l'arme misérable qu'elle avait eue pour seule ressource... jusqu'à ce qu'un ennemi imparable ne lui aspire le sang. Svenhild se renfrogna, en colère contre ses propres erreurs, et irritée contre le mage de les lui avoir fait remarquer. D'ordinaire, elle était pourtant la dernière que l'on puisse accuser de manquer de respect aux mœurs viking !

- L'arrogance est la moindre de mes qualités, Messire. Il y en a de plus précieuses que je préférerais voir récompensées, mais je serais honorée quelle que soit celle qui me vaudrait le don d'un sort.

Le sourire du vampire s'allongea.

- Pourquoi l'acquisition d'un pouvoir t'importe-elle tant, fille du Nord ?

Svenhild ne répondit pas tout de suite. Elle dut d'abord réfléchir. Il y avait tant de raisons ! N'était-ce pas le propre de toute créature intelligente, de vouloir plus de pouvoir ? Les Dieux eux-mêmes n'étaient pas étrangers à l'avidité, qu'il s'agisse d'or ou de gloire. Mais s'il fallait citer une raison principale...

- Ma mère est morte il y a quatre ans en protégeant mon peuple de la glace des dragons blancs. Avant elle, c'était mon grand-père qui était chargé de leur faire face, et avant lui mes ancêtres. Je veux remplir ce rôle maintenant que mon tour est venu.

_________________
Sorts:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Alucard
Esper Magister
Esper Magister


Messages : 85
Date d'inscription : 06/11/2013




MessageSujet: Re: La blessure d'Ymir [pv Alucard - Svenhild] Dim 26 Jan - 21:44:24

L'enfant respirait l'orgueil et l'assurance. Elle parlait avec juste assez d'insolence pour affirmer un caractère bien trempé sans pour autant lui manquer de respect, et reconnaissait aussi implicitement que possible sa gratitude sans pour autant remercier. Et par dessus tout, elle était colérique, au point que malgré une certaine finesse d'esprit, Alucard était certain qu'elle était de ces imbéciles que leurs émotions guident avant leur tête. Le moyen qu'elle avait trouvé de rejoindre l'île le prouvait, elle n'était pas dénuée de ruse. Mais elle était impulsive, et donc facile à manipuler. Elle était jeune cependant, elle pourrait apprendre. Comme ils mouraient vite, les humains apprenaient vite.

Quand la viking justifia la raison de sa requête, Alucard resta silencieux. Dovahkiin. Il se souvenait des légendes du Nord sur l'enfant de dragon. Une lignée qu'un dragon avait récompensée pour son aide des anciens pouvoirs du langage draconique. Mais ces capacités s'absorbaient au travers des âmes de dragon, elles se méritaient après un terrible affrontement qui opposait un simple mortel aux jets de glace d'un monstre ailé colossal. Les enfants de dragon étaient destinés à une vie de guerrier; une vie courte, donc. Alucard eut un sourire carnassier. Eh bien, il n'y avait pas de temps à perdre. Il approcha la jeune femme, et s'arrêta devant elle, à moins d'un pas de distance. Il dut se pencher pour imposer son regard dans le sien, son visage si près que leurs nez se touchaient presque. Il parla d'une voix lente et grave, savourant l'effet de ses mots sur l'enfant guerrière.

- La survie d'un peuple m'est égale, les hommes naissent pour mourir, et d'autres vaudraient les tiens s'ils venaient à disparaître sous les crocs des dragons.

Un regard furieux répondit à sa déclaration. Mais elle garda la bouche fermée, elle ne pouvait rien rétorquer de suffisamment subtil pour ne pas mettre sa vie en péril. Il se redressa, et ajouta d'un ton plus chaleureux.

- Mais j'estime le courage, la persévérance et la passion de la violence, fille du Nord, et je ne crois pas que tu en sois dépourvue.

La colère de la viking fondit sous les compliments inattendus. Ne doutant pas un seul instant de leur véracité, elle eut même un petit sourire vaniteux.

- L'apprentissage sera rude. Je surveille l'avancée de mes élèves, et j'exige qu'elle soit rapide; les sorts que j'offre impliquent mes visites à un rythme régulier et imposé.

Un immense sourire victorieux illumina le visage de la jeune femme. Ravi de sa réaction, il conclut nonchalamment:

- Bien. C'est donc décidé. Tu seras mon élève aussitôt que tu m'auras apporté la preuve que j'ai bien estimé tes qualités: l'épée Razielle parera ta hanche à notre prochaine rencontre, et tu en seras récompensée. Maintenant va, fille d'albinos.

Une sphère de sang qui avait silencieusement grossi derrière l'enfant la happa juste après qu'une expression de surprise révoltée ait déformé son visage blafard, laissant seul le vampire ricanant.

_________________


Hemarcation (niv5) : Le jeteur de sort peut créer n'importe quel symbole sur n'importe quelle surface en lettres de sang, qu'il connaisse ou non le lieu ciblé.

Sorts de Mage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: La blessure d'Ymir [pv Alucard - Svenhild]

Revenir en haut Aller en bas

La blessure d'Ymir [pv Alucard - Svenhild]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Exposition: " Napoléon et l'Europe. Le rêve et la blessure"
» Proposition d'un système de blessure révisé.
» Blessure avant la phase de poule
» Alucard the demon[validé]
» Dopage, blessure, saison compromise...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Empire Calypta :: Les 9 Mers :: Les 9 Mers :: Mer de Sang :: Île des Sacrifiés-