AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Moi aussi ma mamie elle est vielle [ PV : Mythril ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

avatar


Perse One
Niveau 1
Niveau 1


Messages : 19
Date d'inscription : 08/12/2013




MessageSujet: Moi aussi ma mamie elle est vielle [ PV : Mythril ] Mar 21 Jan - 13:12:01

Les affaires d’argents sont dans les choses les plus dangereuses dans le monde, qui ne laisse aucune place à la pitié ou la générosité. Si avec du bénévolat, du vrais cela s’entends, on pouvait nourrir tout sa famille, les combler de cadeau et se faire plaisir tout le monde en ferais sans se poser de question. Seulement le monde n’est pas fait de bisounours, de téléteubise ou de hippie aux veines plus pleines d’amphétamines que de sang. Ce monde n’était pas remplit de bon homme et femme qui ne vivaient pour l’amour de leur prochain, sans recherche de plus. Ce monde était juste remplit d’un ensemble de tout qui comprenais du blanc immaculé, mais aussi du noir plus noir que la nuit elle-même, entre les deux des millier de nuance de gris ou de couleur diverse et varier se déclinait et ce qui rendait cette dimension merveilleuse. Un univers parfait, sans guerre ou haine est une utopie et au final une simple autodestruction si cela arrivais. Pour voir la lumière il faut connaitre les ténèbres, pour vraiment être heureux il faut avoir connue au moins une fois le bonheur, sinon tout cela n’est qu’un grand vide. Une longue et ennuyante banalité, même si c’est le plus beau des monde et la plus belle des vies.

Pour en revenir au sujet de départ dont nous sommes partie l’argent domine une bonne partie du monde, que cela sous forme de troc ou juste de pièce sonnante et trébuchante. L’équipage du Snow White ce devait bien de revendre les marchandises volées, récupérées, trouvées, données ou échangées en mers. Le faire dans un port proche était ce qui semblait le plus évident, mais pouvais aussi se montrer parfaitement stupide. Avec le temps les commençants des villages côtiers connaissaient par cœur les denrées apportées et surtout payaient souvent moins cher que ce qu’il le revendait aux villes à l’intérieur des terres. C’était certes plus long, mais aller soit même vendre dans les terres étaient rapidement assez rentable pour certain produit rechercher. Cette fois-là c’était un lot de bijoux retrouvé non loin des limites de la mer de sang qui devait être vendu à la ville de traverse. Perso ayant minablement perdu une partie de pierre-papier-ciseaux avait été bravement désigné comme émissaire de vente. Il avait un prix minimum à ne pas aller en dessous et tout ce qui était au-dessus était du plus et des récompenses pour la suite. On lui avait glissé à l’oreille avant qu’il ne parte qu’une source de sang doux comme le miel avait été trouvé pour si tout se passait bien.

Quoi qu’il en soit ceci était la raison à la présence du pirate en cette si douce et agréable ville de Traverse. Après une matinée rude et longue à marchander avec l’un des bijoutiers de la ville il avait décidé d’aller se ressourcé tranquillement à une taverne. Avant cela il avait trouvé une jeunette, tout douce et le cœur tendre qui lui l’avait donné sans aucune peine et lui avait par la même occasion offert un peu de sang. Une douce fillette qu’il avait aussi rapidement laissé derrière lui sans un regard ou un merci, trop conne cette petite. De toute façon ce genre de fille tombait amoureuse au moins douze fois par jour et pleurait tout autant de se faire avoir à chaque fois. Lui greffer autre chose qu’un artichaut à la place du cœur aurait été bien pour elle. Il avait donc tout de Perse en s’asseyant à table une assiette de viande avec des pommes de terre croustillante face à lui ainsi qu’un grand verre d’un cocktail sans alcool dont il ne connaissait aucun des composants à la vue comme cela. Un mélange violet fluo aussi il faut admettre que ça ne donnait pas trop d’indication sur l’origine du produit. Il allait commencer son repas quand il osa un regard à l’assiette de son voisin.

« Non, mais c’est pas vrais ? Monsieur, sans vous manquez de respect, les vieux, les femmes en plein régime ou les malades en fin de vie il mange plus que vous. Merde. Si vous manquez d’argent prenez au moins quelque chose qui tient au ventre pas ça ! Si vous êtes un fils de riche qui se moque des gens sans sous aller dans une taverne de riche qui mange de la salade jusqu’à devenir véreux. »

Il n’aurait pas été énervé de sa matinée il l’aurait simplement pensé très fort tout cela, il ne l’aurait pas dit, mais là non. Cet homme mangeait dans une taverne populaire de la SALADE ! Ok il y avait un tout petit morceau de viande, mais beaucoup trop petit par rapport à la ration de salade. De plus son verre remplis de lait lui fait juste penser à un gosse malade à qui ont fait un lait miel, sauf que là il y avait pas le miel et ce n’était pas chaud.

« Je suis certain que même ma mamie ne mange plus ça. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Mythril
Niveau 3
Niveau 3


Messages : 157
Date d'inscription : 09/11/2013




MessageSujet: Re: Moi aussi ma mamie elle est vielle [ PV : Mythril ] Mer 22 Jan - 11:45:36




Il était un voyageur perdu. Les elfes de Rivegel l'avaient sauvé d'une mort aussi sure que solitaire. Enfin plutôt un elfe. Le chasseur du village. Il l'avait transporté jusqu'à chez lui, réveillé un médecin et veiller sur lui jusqu'à sa complète guérison. Si la perte de sang avait failli lui couter la vie, il n'en demeurait moins que la vitesse de son rétablissement avait été très surprenant. Le seul soucis à ce tableau venait d'un coup porté à la tête: à cause de ce fait il était privé de mémoire. Tout ce qu'il se souvenait de sa vie avant était un nom: Gabriel. Surement le sien. Unique vestige d'avant le grand froid.

Les elfes chez qui le blond n'avaient pas pu lui dire qui il était. Pour eux, il devait être un des hauts elfes et lui avaient conseillé de demander audience auprès des deux Créatrices pour tenter de savoir qui il était. C'est ainsi qu'il entama son voyage vers la cité impériale. En chemin, il fut la connaissance de deux dragonnes blanches qui bien que surprises de le rencontrer sur les terres gelées de la banquise septentrionale, décidèrent de l'aider. Selon elles, il était un dragonnier et avait un pouvoir sur elles. Il n'en demanda pas plus, avec de telles alliées son voyage ne pouvait être que plus facile. La plus jeune fut sa monture, l'ainée préférant les escorter uniquement jusqu'à la frontière entre la banquise et la mer. Ils évitèrent ainsi les terribles barbares et arrivèrent assez rapidement jusqu'à la ville de Traverse.

La dragonne blanche sous le nom de Gel, préféra resté cachée dans les alentours. Il était vrai qu'une créature de son gabarit était assez mal vu compte tenu du fait que plus d'un avait fait des massacres. De plus la "petite" ne semblait pas à l'aise avec la population.

Quelques minutes plus tard, l'assiette arriva avec le verre de lait. Il commença alors son repas mais sentit une main se poser sur sa cuisse. La geste était sans équivoque et la poigne qu'il avait sur ses ustensile se resserra. Il voulu faire part de sa désapprobation lorsque la voix de son autre voisin arrêta nos deux protagonistes dans leurs gestes. Tant mieux si le pervers arrêtait là son exploration pour se concentrer sur sa bibine, mais l'elfe n'en était pas moins irrité par ce que l'homme avait fait.

- Je t'attendrais sur la plaine de l'autre coté du pont Gabriel!

Lui avait-elle promis alors qu'elle s'envolait sans son cavalier. Haussant les épaules, notre amnésique continua son avancée vers cette étrange ville. Il visita quelques échoppes, son regard fut attiré par une étrange pierre. Selon le vendeur, elle permettrait de voir le lien entre un dragon et son maitre. Il l'a prit pour la présenter à son amie et ressorti de là. Les gens se retournaient sur son passage, à croire qu'ils n'avaient jamais vu d'elfes de leur vie... Il fit d'autres emplettes, aussi bien pour lui que pour son amie la dragonne. Il ne savait pas pourquoi mais imaginer qu'elle lui obéisse comme ça lui faisait un pincement au cœur. Puis sont estomac le rappela à l'ordre. Il trouva une petite auberge sur le chemin et s'y arrêta. Pas la peine de jouer les fines bouches. Il s'installa alors dans les lieux avant qu'une servante vint prendre sa commande.

Quelques minutes plus tard son plat et son verre de lait lui furent apportés. Il entama alors son assiette avec appétit jusqu'à ce qu'une main baladeuse ne trouve intéressant d'explorer sa cuisse. La poigne sur sa fourchette augmenta et l'envie de la lui planter commençait à le titiller. Il voulu faire part de sa désapprobation mais la plainte de son autre voisin freina nos deux belligérants dans leurs gestes. La main disparue au soulagement de l'elfe aux cheveux d'or mais il n'en restait pas moins irrité par de telles manières. Il porta alors son regard bigarré vers le garçon qui apparemment était mécontent de ses habitudes alimentaires.

- Je suis désolé que mes habitudes alimentaires puissent te gêner petit. Je suis habitué à manger ainsi. Je ne peux toutefois pas me payer le luxe de m'acheter une place dans les plus fins des restaurants... Ma bourse ne me permet pas ce genre d'extra...

Pour illustrer ses propos, il sorti le pauvre morceau de cuir qui faisait grise mine compte tenu de la pauvreté de son contenu.

- Par contre, je veux bien que tu m'apprennes en ce cas ce qu'il faut manger ou pas, et puisque tu sembles plus riche que moi, je t'invite à me payer mon nouveau repas... On va dire que je viens d'un autre temps et les coutumes modernes ne sont pas mon fort... et j'ai peur de me tromper une nouvelle fois...

Il lança alors un sourire de défit au petit brun qui aurait mieux fait de se taire. Il l'invitait clairement à lui payer son repas puisque celui qu'il avait choisi ne semblait pas convenir à l'enfant. C'était en quelque sorte la punition pour l'avoir ainsi engueulé devant tout le monde. Peut-être que la prochaine fois le petit se montrera moins bavard avec cette expérience.

_________________
Paroles Pensées Descriptions
Transparence :
 



Dernière édition par Mythril le Sam 8 Nov - 23:09:25, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Perse One
Niveau 1
Niveau 1


Messages : 19
Date d'inscription : 08/12/2013




MessageSujet: Re: Moi aussi ma mamie elle est vielle [ PV : Mythril ] Sam 24 Mai - 11:56:55

Une petite bourse qu'il avait dit le monsieur. Raison de plus pour se remplir correctement le ventre et pas juste prendre un misérable bout de salade qui aura juste remplis la bourse du commerçant et non le ventre.On pouvais manger des légumes, c'était pas un soucis ça, mais on les achetait en dehors des tavernes. Sinon on se faisait entubé tout du long. Même encore un peu plus encore. Même avec une bonne vinaigrette un salade restait une salade/ La préparé soit même n'était pas des plus compliqué, même pour les allergique de la cuisine. Il pris son assiette et la mis à la place de celle à coté de lui prenant face à lui la pauvre salade.

« Je vous le paye votre repas ... »

Il allait continué sur sa lancer quand il écouta la suite du discoure de l'inconnu.

« Autre temps ? Autre coutumes ? Tu es un arrivant... Ah ! Ok ! Autant pour moi. Tu as pas du avoir le topo complet d'ici je suppose. Il y a tellement peu de monde qui pense à le faire. Comme si c'était parfaitement classique que des personnes arrivent d'autre monde et doivent s’habituer automatiquement. »

Il tapota la tête de ce qu'il pris pour un elfe d'un autre monde. Pauvre petit chose perdu au milieu de nul part. Il allait lui falloir quelqu'un pour l'aider, le guider, lui montrer les chose à faire ou non. Une personne bonne et généreuse. Qui aurait le cœur sur la main et qui ne chercherais pas à l'enfumé et à le mettre inutilement dans une guerre ou il n'a pas sa place. Cette personne ne serais pas lui. Non, lui il avait d'autre chat à fouetter. Il allait lui donner des piste pour rester envie et prierais un esper ou un autre pour qu'il reste en vie. Celui du sang ferais eut-être l'affaire. Certainement. Après ça ne serais pas son soucis. Il aura fait ce qu'il pensait juste et si il mourait demain dans un caniveaux ça serait pas à cause de lui.

« Tu es arrivé à avoir de l’argent, c'est déjà un miracle en soit. Tu es toujours en vie aussi. Tu mange de la salade, là ça ne vas pas. Si tu veux vraiment manger du vert tu la fait toi même ton légume. Tu ne paye pas pour que l'on te passe dessus dans tout les sens du terme. Il y a plein de monde qui serait super heureux de le faire ici sans même avoir besoin que tu jettes ton argent par les fenêtre. »

Son regard se porta sur la main toujours dans l'intérieur de la cuisse de son interlocuteur pour illustrer son propos. Franchement, vue la tête que tirais le propriétaire de la mains il devait avoir buguer sur le fait que la personne qu'il tripotait avait un service trois pièces. Bien fait. Ou alors il prenait magnifiquement son pied et avait un simple orgasme au touché de la peau sous ses doigts. Pathétique. Dans les eux cas cet homme ne valait pas plus qu'un simple trou. Et encore un trou on avait parfois envie de le remplir, lui même complètement ivre, avoir un grain de folie on ne faisait rien avec. Trop con.

« Il faudrait peut-être le dégager d’ailleurs si vous ne souhaitez pas visité les chambre d'ici avec lui. Enfin sauf si c'est que vous souhaitez faire, à se moment là je m’étonnerais même pas de comment vous avez trouvez de l'argent. Seulement vous n'avez pas le caractère à dansez à l'horizontale pour pouvoir manger. Encore plus de la salade... Non, quand on a se genre d'activité on ne mange pas de la simple salade alors qu'on à faim. »

il eu un moment de doute pourtant, quelque secondes. Peut-être que cet homme draguait et trouvait ses client comme cela... Non. Sinon il ne l'aurais pas envoyé boulé comme cela. Certainement pas. Il avait connu assez de gigolo pour que savoir que un client c'est juste une personne avec de l'argent et qu'importe les mots avant on restait ouvert à lui. En tout cas ça avait été comme cela dans beaucoup des port où il avait fait halte. Peut-être que ce n'était que les putes de port qui étaient ainsi.

« Enfin si vous êtes nouveau ici il y a deux trois petit chose à savoir tout de même pour rester en vie. Autre que de ne pas manger de la salade en taverne. Des choses beaucoup plus crucial. Mais il serait tout de même très bien pour vous de ne pas oublier de manger des chose qui tienne au ventre tout de même. Vraiment. »

Il fit un mouvement ample de la main comme pour chasser une mouche et mâcha rapidement un peu de salade de sa nouvelle assiette.

« Ici il y a une sorte de guerre. Il y a deux reines, un seul monde, deux façon complètement différente de voir le monde, trois faction. Les deux reines sont …. »

Deux psychopathes dans le genre et lui haïssait celle du Redors ? Non, il ne pouvais pas sortir ça comme cela. Il devait laisser à cet homme le choix de faire son choix.

« Spéciales. Oui, ce mots convient bien. Quoi qu'il soit il y a le Redors, le Sahoc, les Neutres. Tant que tu ne comprendra rien à la politique soit Neutre c'est mieux pour toi. Ou alors ne soit rien du tout. C'est encore mieux. Choisir un camps c'est signer un pacte avec le diable. Moi j'ai signé, je suis heureux, mais tout le monde ne souhaite pas perdre son âme. Au fait cette viande elle donne quoi ? »

Changer de sujet c'est toujours mieux. Toujours. Ou presque. Maudite salade sans goût.

« Vraiment … Même ma mamie elle doit avoir eu des truc avec plus de goût que ça... »

Pauvre mamie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Mythril
Niveau 3
Niveau 3


Messages : 157
Date d'inscription : 09/11/2013




MessageSujet: Re: Moi aussi ma mamie elle est vielle [ PV : Mythril ] Lun 26 Mai - 19:55:56


L'elfe regarda sans mot dire l'enfant faire l'échange de leurs assiettes. Maintenant lui faisaient face un morceau de viande et des pommes de terres, plus viril comme repas. C'est vrai ça, quand on demande a un homme ce qu'il veut manger, il répond toujours « des patates et de la viande ». Il n'en serait pas du tout surpris si ce morceau de barbaque était d'origine bovine.

- Merci bien même si je suis assez surpris par ton geste... Il est vrai que tu m'as bien eu pour le coup, me filer ton repas en échange du mien...

Il attrapa alors sa fourchette et coupa la viande en deux pour en reposer la moitié dans l’auge de la personne en face de lui.

- Mais il serait cruel qu'une simple salade soit ton seul repas alors que je devrais me régaler d'un déjeuner plus consistant.

Fut la seule réponse à son geste. En espérant que le plus jeune ne le prenne pas mal et que ça finisse en une bataille de nourriture pour savoir qui allait manger quoi. De toute façon, compte tenu de l'endroit, il n'était pas vraiment conseillé de manger ce qui touchait le sol. Les chiens des voyageurs s'affairaient trop bien à cette tâche pour la leur retirer... de même que les deux, trois rats qui passèrent entre leurs jambes.

La suite des paroles du vampire lui serrèrent le cœur. Il ne savait rien de lui. Juste un nom. Un nom qui devait le mener aux quatre coins de cette immense terre. Il n'était qu'un petit point dans un monde qui gravitait sans vraiment se rendre compte de sa présence. La dragonne avait dit qu'ils était maître et monture mais ne lui avait pas dit s'ils étaient originaires de ce monde. Elle ne lui avait pas parlé d'autres mondes d'ailleurs... Puis il ouvrit en grand les yeux. Il ne pouvait pas se rendre compte de la portée des paroles du plus jeune. D'autres mondes ? Comment des êtres pouvaient ainsi fuir ce qu'ils était aussi facilement ? Lui il donnerait tout pour retrouver ses racines. Sa mâchoire se crispa mais il ne tenta pas de faire exploser la colère. Non, rester calme et attendre.

- Pour être honnête, je ne sais même pas si je suis arrivant ou originaire de ce monde. Ma mémoire m'a été arrachée et j'erre sur ces terres à sa recherche.

Telle était la pathétique histoire de l'elfe pitoyable. Quelle jolie petite comptine que l'on pourrait raconter aux enfants pour qu'ils puissent rire de sa personne. Rire de ses malheurs et de sa pauvre existence. Fort heureusement, la conversation changea du tout au tout. Malheureusement, pas dans le bon sens au goût de Gabriel. Il piqua alors un fard devant les insinuations plus que douteuse.

- Non ! Non ! Je ne suis pas ce genre de personne ! Jamais je n'oserai faire pareille chose ! C'est si avilissant à mon goût !

Son voisin ne manqua pas de rigoler devant la perte de contenance du blond ce qui eu pour but d'énerver un peu plus l'elfe. S'en était trop, il ne put retenir son geste.

- Et toi monsieur le graveleux, si je te reprends à recommencer je te jure que je t'enfonce la main dans un endroit où elle ne pourra plus jamais toucher la moindre cuisse.

Il écrasa alors l'assiette que lui avant donné le garçon dans la face de l'homme qui sous la surprise s'arrêta net de rire. Au moins une nuisance sonore en moins... enfin pour quelques instants parce qu'il était clair que son geste allait avoir des répercutions... Il s'en soucia mais fit mine du contraire, reportant son attention sur son vis-à-vis. Ce dernier tentait de lui expliquer le fonctionnement de trois camps. Il ne l'écouta que d'une oreille inattentive. Ces reines pouvaient être dangereuses mais pour le moment ce qui se rapprochait le plus d'un danger pour sa vie était rouge de colère et assit à côté de lui. L'assiette retomba lourdement sur la table pour finir sa chute sur le sol alors que des yeux furieux le fusillaient du regard.

L'imposant personnage tenta d'envoyer un coup de poing en plein visage de notre protagoniste mais ce dernier esquiva avec une étrange aisance l'attaque qui vint percuter la mâchoire du client assit à l’opposé. La réaction ne se fit pas attendre et un effet boule de neige se propagea dans la petite taverne. Tout ce qui tombait sous la main se mettait alors à voler tandis que notre chère tête blonde, tout en attrapant la main de son impitoyable professeur qui était encore en train de se plaindre de la qualité nutritive de la salade, se mit à déguerpir sans demander son reste.

- J’espère que tu sauras suivre mon train de course, dans le cas contraire, on est mal…

_________________
Paroles Pensées Descriptions
Transparence :
 



Dernière édition par Mythril le Jeu 30 Oct - 18:54:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Perse One
Niveau 1
Niveau 1


Messages : 19
Date d'inscription : 08/12/2013




MessageSujet: Re: Moi aussi ma mamie elle est vielle [ PV : Mythril ] Lun 2 Juin - 8:31:56

L'humanité avait toujours été quelque chose d'étrange. L'humanité dans son terme générale. Celui qui englobe toute les race sur Calypta. Celle qui concerne chacun des être vivant ou non. Tout ce qui bouge, à une conscience. L'immense bordel qu'était ce monde ne pouvait pas être nommé humanité, mais pour des raison scénaristique et non envie d'inventer des mots ça sera le cas. Il est donc dit que l'humanité était quelque chose d'étrange. Celle qui pousse les gens à sans aucune honte étalé de la purée encore chaude sur la tronche de son voisin d'en face pour une carotte envoyer trois table plus loin. Donner un coup de point violent à un pauvre gamin qui a juste bousculé un homme en cherchant à fuit les griffe d'une femme maudissant mère nature avait aussi l'air parfaitement normal là tout de suite. Cette bataille qui avait évoluer si rapidement en bataille générale avait presque être dans l'ordre des choses. Certains clients continuaient leur repas comme si tout ce qui se passait atour n'était rien.

« C'est la dernière bagarre, après on ferme. »

Le hurlement de la tenancière se porta bien haut dans la salle qui semblait n'en avoir rien à faire. Tenancière qui continuait de laver ses verres alors que ses serveuse semblaient complètement apeuré par la bataille autour. Des nouvelles certainement. Elles apprendraient avec le temps à faire avec et de continuer leur travail comme la rousse et la blonde encore en salle qui continuait de servir des verres en esquivant ce qu'elle pouvait des coup. Dur que le vie de fille de taverne, mais pour le moment ce n'est pas notre soucis du tout. Pour le moment l'humanité et ses filles ayant un destin de vie de merde ça n'a aucun rapport avec ce qui vas suivre. Enfin presque.

Perse avait l'impression d'être encore tomber dans un beau bordel sans même avoir à faire d'effort. C'était peut-être un super pouvoir au final de voir tout partir en cacahuète plus vite qu'il ne faut de temps pour dire ouf. Il se frappa le front contre sa propre main avant de sortir une de ses lames pour se défendre au cas où. Juste se défendre pour s'enfuir. Il n'allait pas risqué sa vie pour rien. Même sauver les deux donzelles de la claque de l'autre ivrogne n'était rien. Tout ce qui n'était pas sa propre pomme n'était rien.

« J'espère plutôt que ça sera toi qui arrivera à me suivre sinon je ne pourrait rien pour toi. »

Il passa devant l'elfe puis lui attrapa le bras avec sa main de libre.

« Par ici plutôt. »

Il l’entraîna de force vers la cave. Oui la cave, là où il n'y avait à première vus aucune issue de secours et où l'on serait pris comme des simple rat avant d'avoir un sort peu reluisant. Sentez la confiance que son partenaire de fuite devait avoir en lui. Vous aussi d'ailleurs en plein bataille générale alors que des mains sales et des parfaits connards souhaitent vous tuer vous allez vers la cave. Avouez que vous donneriez tous votre confiance à un inconnue qui vous à traité de mamie et de prostitué. Tous.

« On vas sortir par la fenêtre de la cave. Tu es assez fin pour le faire. »

Au pire des cas il n'y aurais qu'à tirer un peu... Quand même que ce nouveau arrivant arrive si facilement à se mettre dans cette situation de merde était presque un miracle.

« A croire que tu as mis un Esper en colère... tu n'as pas fait cela hein ? »

Il leva les yeux au ciel en continuant sa progression rapide vers la cave.

« Mamie, protège nous... Au moins fait que ça ne soit pas pire... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Mythril
Niveau 3
Niveau 3


Messages : 157
Date d'inscription : 09/11/2013




MessageSujet: Re: Moi aussi ma mamie elle est vielle [ PV : Mythril ] Jeu 5 Juin - 18:10:49


C'était une après-midi comme toutes les autres au Grand Pont à Calypta : les marchands tentaient de vendre toute leur camelote aux badauds, les touristes et autres voyageurs découvraient les lieux, le forgeron forgeait, le voleur volait et la tenancière braillait à tue-tête qu'elle n'allait pas tarder à fermer boutique alors qu'une bagarre générale était en train de se dérouler dans son établissement. Non, vraiment rien d'anormal ne se passait ici et nous assistions à un jour comme tant d'autres... Sauf peut-être pour le drôle de duo qui courait se réfugier dans la cave. Quand on cherche à fuir, on fonce généralement vers la porte d'entré, les fenêtres ou encore les pièces en hauteur ! Jamais dans la cave ! Là-bas il fait tout noir, il y a des rats, des aventuriers débutants en mal d'aventure, des personnes peu fréquentables, des araignées, des monstres et toutes sortes de joyeusetés dans le genre mais jamais d'abris !

Malgré cela, le blond se laissa embarquer sans rechigner. Enfin, au moins il fit mine d'afficher une bouille quelque peu perplexe quand à la destination de son guide. Mais le gosse semblait savoir ce qu'il faisait et le plus âgé préféra abdiquer et le suivre sagement.

- J'espère que tu as raison sinon je sens que je vais passer un sale quart d'heure !

Voilà à peu de choses près la réplique que balança Gabriel alors que l'enfant exposait son plan de s'enfuir par la fenêtre. Il espérait vraiment que cette sortie soit assez grande pour le laisser passer. Il en doutait sérieusement. Sa crainte se confirma alors que tous les deux arrivèrent vers leur issue de secours. L'elfe regarda alors tour à tour le brun et la fenêtre, lui faisant comprendre que son plan n'allait pas fonctionner mais peine perdue, le voilà qui passait avec une aisance surprenante.

N'écoutant donc que son courage, et son instinct de survie, le voilà qui s'élançait à son tour. Les pas de leurs poursuivants se rapprochaient et il était clair que faire demi-tour était une option plus risquée voir suicidaire. La tête passa, puis le cou, les épaules et le torse mais lorsque le tour du bassin arriva il ne pu que constater qu'il restait désespérément coincé, à moitié sorti... à moitié à l'intérieur et ce n'était pas vraiment à son avantage...

- Eh petit ! Apparemment je crois en avoir mis un en rogne parce que là... Je suis coincé... Vite! Fais quelque chose pour m'aider s'il te plaît !

Gigotant dans tous les sens pour tenter de s’extirper du piège dans lequel il c'était engouffré, Gabriel ne put que constater que les hommes les avaient rattrapé et s’amusaient de sa situation. Pire les voilà qui s’amusaient alors à le tirer vers eux. "Oh mes Créatrices ! Oh mes Créatrices !" Voilà à quoi il pensait à ce moment-là. C'était sur il allait avoir de graves ennuis... Une main posée un peu trop haut le fit sursauter puis il se vit tomber de l'avant. Comme si ses efforts, accompagnés de ceux du garçon qui l'avait mis dans cette situation, avaient enfin eu raison de sa situation. Mais quelque chose perturba notre blond alors qu'il se remettait du choc entre son menton et le sol. D'ailleurs ne faisait-il pas un peu froid ? Levant un regard interrogatif vers l'inconnu, il ne pu que constater qu'il était à poil.

- Mais qu'est-ce qu'il m'arrive à la fin ?!? C'est quoi ce délire ?!? Je suis passé au travers de la fenêtre... mais aussi de mes vêtements !!!

Rougissant, il attrapa alors la tunique tombée au sol et la mise rapidement. Il voulait garder le plus de dignité possible. Il avait assez eu de sensations fortes pour la journée. Par contre, il constata avec amertume que le bas de ses vêtements était resté dans la cave. En passant au travers de la fenêtre, il avait sûrement activé un pouvoir de passe-muraille qui lui avait par là même ôté ses vêtements. On lui avait dit que les habitants de Calypta se voyaient octroyer un don qui les suivait tout au long de leur vie et évoluait avec eux. C'était sûrement ça ou alors le marmot avait utilisé sur lui un sort, il attendait donc que ce dernier s'explique pour pouvoir en tirer des conclusions...

_________________
Paroles Pensées Descriptions
Transparence :
 



Dernière édition par Mythril le Jeu 30 Oct - 18:51:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Perse One
Niveau 1
Niveau 1


Messages : 19
Date d'inscription : 08/12/2013




MessageSujet: Re: Moi aussi ma mamie elle est vielle [ PV : Mythril ] Ven 1 Aoû - 7:19:59

Cette fuite était presque parfaite. Presque. Voilà le bon terme. Quoi qu’a bien y regarder c’était certainement trop ambitieux pour décrire la retraite stratégique réalisé. Après tout à deux trois détails près c’était vraiment parfait. Qui s’occupe des détails franchement ? Presque tout en fait, mais ce n’est pas le souci. On se fiche des gens de toute manière. Surtout là tout de suite. Franchement quel manque de délicatesse de pensé à eux maintenant. De plus ce n’était pas vraiment deux trois détails le souci, mais un seul. Un seul unique détail qui avait transformé un plan parfait en presque pour finir en futur désastre complet. Maudis gros cul de merde. Pas celui de Perse, non celui-là il allait très bien pour le moment.  Celui de l’elfe nouvel arrivant ce n’était pas certain qui aille encore bien dans pas longtemps. Certes si ils étaient passés par la porte comme tout le monde pour fuir ils auraient dû se faire un sprint pour échapper à deux trois ivrogne sans rien faire de plus, mais non, le pirate avait trouvé ça plus amusant de passé par la voie la moins pratique. Il aurait pu se souvenir que si il passait par la fenêtre c’est qu’avec la finesse de son corps lui arrivait à passer par la fenêtre et pas ses poursuivants.

« Et merde ! »

Toute la subtilité de la situation était dans cette simple phrase. Bon aller mister Personne il va falloir se bouger les méninges sinon l’elfe qu’il s’était promis de garder en vie pour la journée aller au minimum sentir des choses étrange en lui. Au vus du bruit en plus ça ne semblait pas être super loin. Plus très loin du tout. A son prochain anniversaire il demain un cerveau. Pour l’instant présent il va pour faire la seule chose sensé qui lui vient directement à l’esprit, tiré de toutes ses forces sur la personne en face de lui pour que tout passe. Quitte à lui démembré les bras. Certes pour lui retirer les bras il faudrait une force que Perse n’a pas, mais l’idée est là. De toute façon tout le monde s’en fiche car quand il a amorcé le mouvement un miracle c’est produit. Le genre de miracle qui arrive pile au bon moment. Les créatrices en soit louées, l’elfe passa au travers de la fenêtre comme un couteau dans les beurres. Au travers aussi de ses vêtements d’ailleurs, dont les bas avaient, sans aucun doute possible, fini au fond de la cave.

Il regarda son vis-à-vis avec des yeux quelque peu rond comme des billes un petit moment, le temps que la surprise passe. Ok on était sur Calypta et des dons calyptiens, ainsi que de la magie il y en avaient de partout, mais là ça laissait tout de même quelque peu sur le cul. Un elfe nu face à lui ce n’est pas tous les trente-six du mois que ça lui tombait dessus en plus, c’est que c’est prude ses bestioles mine de rien. Au vus de la surprise et de la gêne du blond, ainsi que de sa rapidité à prendre son haut de tunique pour tenter de se couvrir un minimum il ne s’attendant pas du tout à cela. Genre vraiment pas. Cela conforta l’idée de Perse sur le fait que l’autre être vivant était un nouvel arrivant. Leurs premières utilisations de magie étaient toujours amusante à voir, les réactions allant avec aussi.

« Et bien mon coco, sache que tu as eu de la chance à la roulette russe des don du coin. Tu pourras remercier les créatrices plus tard. Là tout de suite je vais te chercher un truc à te mettre sur le dos. Etrangement, ici comme partout, un elfe un peu trop bien rouler se baladant sans pantalon cela fini rarement bien. Voir même jamais. Tu attends ici. Tu ne bouges pas. Pas bouger. Vraiment. Je reviens vite. »

A savoir qu’il ne prenait pas compagnon de fuite pour un idiot, mais il avait déjà vu tellement de comportement étrange qu’il préférait être prudent. Il n’allait pas loin, juste deux rue plus loin pour récupérer son sac avec ses affaires qu’il avait caché pour ne pas avoir de souci. Il fit le trajet aller-retour en trois minutes et trente-sept secondes précisément. Très légèrement essoufflé par le sprint il sortit rapidement une robe dans les teint beige, assez ample et lui l’a tendis. Notons au passage qu’il a fait une mini danse de la joie mentale en voyant que le blond n’était pas partit.

« J’ai pas grand-chose d’autre à ta taille dans mes affaire pour que tu ne restes pas nu. Je te proposerais bien sans aucuns soucis ma tenue actuelle, mais je crois que tu es un peu trop … grand pour passer dedans. »

Il avait hésité à dire gros, mais en soit c’était faux, leurs morphologies étaient juste différentes et l’elfe lui était plus grand que lui ainsi que large d’épaule ainsi que du reste du corps.

« Mais si tu veux tester tout de même je te passe ma tenue. Après j’ai de quoi ressembler à une mamie allant prier les créatrice ou les esper. Ainsi qu’une robe de marier, mais ça c’était pour le revendre au marché donc tu oublies, et ce même si c’était jamais aller très loin dans ton esprit. »

En plus la robe de marier avait un décolleté trop plongeant pour que cela ne soit pas parfaitement ridicule sur un homme et ce même si ce dernier faisait féminin.

« Enfin voilà, tu choisi et après on va manger ailleurs et je fini de t’expliquer tout ça. Ton truc de passé à travers les choses aussi. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Mythril
Niveau 3
Niveau 3


Messages : 157
Date d'inscription : 09/11/2013




MessageSujet: Re: Moi aussi ma mamie elle est vielle [ PV : Mythril ] Mer 6 Aoû - 18:03:12


Lui ? Avoir de la chance ? Non mais il se moquait carrément de lui ? Le dragonnier fixa le jeune homme d'un regard irrité. Il était complètement nu et dans une rue en plein jour, n'importe qui pourrait le voir dans cette position plutôt compromettante. Il ne voyait pas du tout où il avait de la chance.

- Permets-moi d'en douter...

Il invita néanmoins le plus jeune des deux à aller chercher de nouveaux vêtements. Il fut cependant assez énervé qu'on le traite comme un chien. Si ça continuait, le plus jeune du duo allait lui demander de donner la patte ou de faire le beau, ce qui n'était pour ainsi dire pas vraiment à son goût. Soupirant et de nouveau seul, il préféra s'éloigner de quelques enjambées de la fenêtre, des fois que ses agresseurs ne prennent l'envie d'aller passer leurs mains par sa sortie improvisée.

Mais le petit brun tint parole, non seulement il ne prit pas des plombes mais en plus il arrivait avec des vêtements pour notre amnésique. Super ! Tout à coup son visage se décomposa devant le morceau de tissu tendu. Une robe ! On se moquait de lui là ! Affichant une moue contrariée alors que ses joues prenaient une teinte rouge, l'elfe fusilla le benjamin du regard. Fureur qui s'intensifia lorsqu'il jugea nécessaire de s'expliquer. Lui gros ?!? Non mais il aurait tout vu. Une folle envie d'appeler son dragonne pour que cette dernière aplatisse l'avorton lui passa par la tête mais il se ravisa. Il attrapa d'un mouvement rapide l'objet et répondu d'un ton sec.

- Je te remercie mais ça ne sera pas la peine... Je vais garder CA pour le moment...

Se retournant sans plus écouter son tortionnaire, l'elfe enleva alors le haut de sa tunique, trop courte pour être gardé en tant que simple vêtement. Là tout de suite il se fichait royalement que le petit voit son postérieur ou pas, après tout il avait du en voir beaucoup plus lors de la première utilisation de son don. Puis il enfila le tissu crème. Il posa dessus sa tunique, histoire de faire un peu moins effet robe et soupira de découragement. Rien à faire, la tenue laissait présager sa féminité. Il devrait faire avec ou attendre le moment propice pour récupérer son bien laissé dans la taverne. Le ton légèrement moins emprunt de venin, il concéda.

- Je te suis...

Suivant le geste à la parole, le voilà qui suivait son guide à travers les rues bondées de Traverse. Il espérait que la petite dragonne ne le surprenne pas dans de tels accoutrements ou il allait encore passer de longues heures à subir son hilarité. Ils finirent pas trouver un coin où se repaître et le blond s'installa sur une chaise, attendant alors la carte. Un léger et énigmatique sourire dessiné sur les lèvres. On venait de l'inviter et il ne ferait pas l'outrage de surveiller ses dépenses.

_________________
Paroles Pensées Descriptions
Transparence :
 



Dernière édition par Mythril le Jeu 30 Oct - 18:52:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Perse One
Niveau 1
Niveau 1


Messages : 19
Date d'inscription : 08/12/2013




MessageSujet: Re: Moi aussi ma mamie elle est vielle [ PV : Mythril ] Mer 6 Aoû - 22:30:18

Parfois il est bon de ne rien dire. Vraiment. De comprendre de ses erreurs et de laisser couler. Perse le savais, enfin la plupart du temps il le savait, aujourd’hui sa raison devait être au même endroit que celle de sa mère, perdu quelque part. Sa politesse de base devais être aussi bien loin, quoi que venant d’un simili pirate c’était déjà pas mal. Bon ok avoir dit à un inconnu qu’il ressemblait fortement à une péripatéticienne ne se faisait pas, ni lui faire des remarques sur sa nourriture, ou bien son poids, ou même lui proposer une tenue féminine alors qu’il aurait pu aller lui acheter une tunique et un pantalon masculin. Quoi que ce dernier point aurait pris dix minutes de plus et il ne pouvait se permettre de faire attendre autant de temps le pauvre homme. En s’installant à la table avec son compagnon de galère ou sa victime vue d’un œil extérieur, perse se fit une grande réflexion, celle du siècle.

« Ah ! Au fait, je suis Perse. Enchanté. »

Oui, parce que voilà avec tout cela il ne c’était pas présenté et au vus du sourire du blond ça ne changerais certainement rien que sa bourse allait payer de son humiliation d’être habillé en femme. Pourquoi aucun homme, ou très peu, trop peu, comprenait que les vêtements ne sont rien, juste une façon de se montrer au monde et que si les femmes pouvaient se plaire à porter des pantalons si l’envie leur en prenaient les hommes pouvait eux aussi porter leurs robe ou jupons. Il eut un mouvement de tête résigné et décida de ne rien manger pour qu’au moins son interlocuteur ais sa vengeance ou tout du moins un début.

« Mange à ton bon cœur. Fait toi plaisir, c’est mère Aurore qui payera la facture. »

Et qui le découpera en morceau à la vue de celle-ci, comme à chaque fois. Il allait encore avoir le droit aux tâches ingrates sur le pont la nuit. Il secoua doucement la tête de droite à gauche pour ne plus y penser et commencer par ce pourquoi l’elfe n’était pas encore partie. L’explication éclaire pour les nul de Calypta, fait par un Calyptien qui a pas tout compris du monde. Le pirate était certain que le porteur de sa robe trouverait du monde pour compléter les points qu’il n’aurait pas expliqué. Il y a toujours des choses qui nous paraissent logique et qui ne le sont pas en réalité. Il laissa le blond commander son repas en se retenant même tenter de faire le calcul de ce que cela allait donner pour la facture.

« Commençons, commençons. Le plus simple a expliqué est encore ce de comment tu es passé à travers la fenêtre un peu plus tôt. Je ne sais pas si tu as remarqué depuis que tu es ici, mais il y a de la magie tout autour de nous. Ce monde même est la création des deux reines après tout. Quoi qu’il en soit, il y a un truc. Une sorte de roulette géante pour tous les nouveaux arrivants et même pour les Calyptien. Je sais pas trop comment ça marche, mais ce truc, que tu ne vois jamais d’ailleurs et bien il te donne un don. Enfin en plus de ceux de certain. Une magie. Il y a ceux qui peuvent faire de la magie de base, comme les sorciers ou les vampires ou les dragons dans les légendes, je n’en ai jamais vu en vrai, mais on s’en fiche. Ce qui est important c’est que le don lui est unique. Que tu es de la magie de ou non il est là. Parfois il se manifeste tout de suite, parfois il met des années avant de se montrer. Toi il semblerait que ton truc c’est de passer à travers les choses. Sauf si dans ton monde tout le monde passait à travers des choses, mais ça avait été le cas, je suppose que tu aurais été moins étonné. Quoi que j’en sais rien, après tout je ne sais pas ce que c’est de ne plus avoir de mémoire… »

Il regarda la serveuse arrivé avec les plats et il blanchit quelque peu. Non, il devait se concentrer sur autre chose que sa mort prochaine, vraiment. Continuer d’expliqué.

« Il est du coup aussi possible que ton don soit autre chose. Tu devrais vraiment aller voir l’une des deux reines pour ta mémoire ou un esper, mais attention sur qui ou quoi tu tombes… Des questions pour le moment ? Le repas te convient au moins ? »

Non, parce que voilà, il faillait être sûr de deux choses-là tout de suite. Une que sa mort ne serait pas inutile et que l’autre n’est pas envie de vomir son repas. Deux qu’il comprenne bien au fur et à mesure sinon parler à un pissenlit est tout aussi efficace.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Mythril
Niveau 3
Niveau 3


Messages : 157
Date d'inscription : 09/11/2013




MessageSujet: Re: Moi aussi ma mamie elle est vielle [ PV : Mythril ] Dim 10 Aoû - 17:44:51


Une fois attablé, le garçon se présenta enfin. Inclinant doucement sa tête, l'elfe en fit de même.

- De même... Appelle-moi Gabriel.

Puis il reporta alors toute son attention vers la carte qu'il avait fait exprès de lever pour être sur que son « ami » ne découvre pas son sourire grandissant. La carte avait l'air très alléchante et plusieurs mets s'offraient à lui. Mais quand Perse parla d'une tierce personne, il rabaissa le morceau de papier pour lever un sourcil d'incrédulité.

- Qui est cette mère Aurore ? Une amie à vous ?

Il écouta alors religieusement son guide lui répondre dans un premier temps pour lui expliquer enfin les drôles de pouvoirs qu'il avait débloqué tout à l'heure.

- En effet, je pense que si je pouvais passer à travers les murs, c'est une chose que je n'oublierai pas de sitôt. De plus, j'ai quelques difficultés à le contrôler. La mémoire du corps est telle que même un guerrier amnésique aurait très certainement du mal à oublier comment manier une lame et que cela lui reviendrait très rapidement s'il devait en avoir une entre les mains... Là c'est comme si jamais je n'avais utilisé ce sort...

Il se mit alors à fixer ses deux mains, le resserrant en deux poings blanchit par la force. Sa perte de mémoire était quelque chose qui l'entravait grandement. Il se sentait perdu. Piégé dans un monde inconnu et devait faire confiance à de parfaits étrangers pour espérer survivre.

- C'est ce que je pense... Peut-être que je me trompe...

Son sourire réapparu. Il avait réussi à trouver des amis sur qui compter et ils ne lui avaient aucunement défaut. On l'avait soigné, nourrit et guidé tout le long de son aventure... et ce, sans jamais rien demandé en retour. Les bonnes âmes existaient encore et cela lui réchauffa le cœur. Du moins assez pour proposer des plats qu'il avait commandé.

- Ouip j'aurais une nouvelle question. Ou est-ce que je pourrais trouver des deux Reines dont tu m'as parlé un peu plus tôt... De tous je pense que ce seront elles qui seront les plus aptes à me renseigner sur mon identité... Allez petit, sers-toi ! J'vais pas te laisser mourir de faim alors que tu as sauvé mon honneur...

D'un mouvement de la main, il invita alors Perse à se servir. Après tout il n'avait pas le cœur à laisser l'autre phénomène rester sur sa faim alors qu'il allait s'empiffrer tout seul. Un repas est plus joyeux quand on peut le partager après tout !

- Sinon tu t'y connais pas mal en dragons ? Je m'intéresse à ces créatures et j'aimerais bien en apprendre un peu plus ! Peut-on les dompter ?

Ce n'était pas un mensonge, il voulait vraiment en apprendre plus sur ses deux étranges sauveuses. Les dragons étaient réputés pour être des créatures puissantes et orgueilleuses, il ne comprenait donc pas pourquoi elles lui étaient venus en aide. Pour être honnête, il commençait même à douter d'être un véritable chevaucheur de dragon.

_________________
Paroles Pensées Descriptions
Transparence :
 



Dernière édition par Mythril le Jeu 30 Oct - 18:53:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Perse One
Niveau 1
Niveau 1


Messages : 19
Date d'inscription : 08/12/2013




MessageSujet: Re: Moi aussi ma mamie elle est vielle [ PV : Mythril ] Mar 28 Oct - 21:30:29

Perse écouta sagement Gabriel. Que pouvait-il faire d’autre ? Pleurer sur son sort ? N’importe quoi. Il fit un petit sourire et pris une petite inspiration avant de commencer bien calmement.

« Mère Aurore c’est ma capitaine. Un peu comme une deuxième maman pour moi, au moins ça à compenser une présence masculine. Certaine fois on dirait un homme dans certaines de ses actions. »

Elle risquait aussi d’être la personne qui allait lui préparer son enterrement quand elle verrait la note d’ici. Il avait encore la solution de regagner l’argent perdu avant de rentrer au navire, mais bon ce n’était pas gagner comme solution. Dommage pour lui. Il avait presque déjà un soupir à fendre l’âme qui lui montait dans la gorge en imaginant toute les façons possibles de mourir du coup. Il secoua doucement la tête avant de continuer, pas besoin de déprimé tout de suite. Il aurait le temps plus tard, toujours plus tard.

« Pour les deux reines je te conseil de demande audience à la capitale. Elle se nomme la cité mère, tout le monde sais où elle se trouve donc si par hasard tu perds ton chemin beaucoup de monde pourra t’indiqué vers où cela se trouve. Pour indication c’est au Nord d’ici. Pense à prendre une carte… Attends, non, je vais te donner une des mienne ça sera plus simple. »

Il fouilla dans une de ses poche et sortit un exemplaire et lui indiqua de ses doigts rapidement le grand pont.

« Nous sommes ici et toi tu vas … »

Il posa ses doigts sur la cité impériale.

« Ici. Prends là avec toi, moi je n’en ai plus besoin… enfin j’en ai d’autre au cas où. »

Oui valait-il être honnête, il en avait toujours quatre à cinq si une disparaissait ou bien pour avoir plusieurs point de vus d’une même chose s’il se perdait… mais ce n’était point le détail du jour.

« Pour ce qui est des dragons … bha … Tout ce que je peux te dire ce que ce sont des créatures légendaires, il y a plusieurs contes et légendes sur eux, mais je n’en ai jamais vus. Dans certaines histoires il parle de qu’il y a effectivement des draconiers, mais les dragons ne le faisait jamais de leur plein vouloir quand c’était le cas. Beaucoup trop fier comme créatures, enfin dans les légendes... Je ne vais pas pouvoir mieux t’aider, sauf si tu veux que je te conte une histoire de dragon qu’on me racontait quand j’étais enfant. Peut-être qu’à la Capitale tu auras les informations précises que tu cherches. Moi je peux plus te parler de ce qui se passe dans les mers et là-bas je n’ai jamais vus de dragon, sinon la mère Aurore aurais hurlé pour en faire la chasse je pense. Une créature comme cela ça doit avoir son importance. »

Il commença à piocher doucement dans l’assiette du supposé arrivant en attendant sachant ses réactions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Irion
Niveau 1
Niveau 1


Messages : 10
Date d'inscription : 24/10/2014
Localisation : Sur une terre inconnue 0_0 au détour du néant




MessageSujet: Re: Moi aussi ma mamie elle est vielle [ PV : Mythril ] Jeu 30 Oct - 13:29:11

Froid... Froid... Froid... Encore et toujours froid... puis cette imensité immonde et noire une porte s'était ouverte. Chaud. Chaud... Enfin chaud. C'était comme se réveiller d'un mauvais rêve. Le corps gelé, crispé, secoué de tremblement glacé. Au réveil la chaleur se réactivé. Bouffé suffocante, immobilisation l'espace de quelques instant... Histoire de reprendre ses esprits. Laborieusement, le dragonet bougea une patte. Fit frémir sa queue puis se redressa... Ouvrant les yeux, il mit un certain temps avant de s'habitué à la luminosité ambiante. Ou était il au juste... Tout sembla étrangement flou dans son esprit... Avait-il rêvé la guerre passé et s'était-il réveillé dans un nif douillet ?.. Non pas vraiment.

Confus... Il se trouvait dans une ruelle étroite entre d'un bon stock de caisses et de cagettes de bois. C'était où ici ? Il leva les yeux pour observer les battiment qui l'entourait mais n'en reconnu pas l'architcture. Peut-être ses songes le retenaient-ils encore prisonier... Il secoua mollement sa tête cornu pour essayer de réfléchir... On aurait dit qu'un papillon voletait dans son esprit. Puis son coeur fit un raté. Douche froide et électrisante. Quelques mètres plus loin, un corps inerte. Ses fringues étaient sales... Une livrée jaune et bleu qui fut un jour élégante.

D'un bon il se jeta sur la carcasse. Du bout de son museau, écarta les cagettes qui l'entourait et retourna le corps avec précation. Ses yeux s'ouvrirent à leur paroxysme. Il secoua délicatement la douce crasseuse tête humaine. Aucune réaction. Il passa son muse contre son cou pour le remuser un peu plus, rien à faire. Il observa plus attentivement. La cage toracite du garçon qui gisait ci-près semblait se soulevait. Mais Irion se demandait s'il n'était pas en train de l'imaginer... Alors approcha sa gueule de la main du mortel mal-en-point et la mordilla sagement jusqu'à avoir une réaction.

Soulagement. Le corps se crispa. Le visage se déforma en une moue douloureuse puis ressombra dans le calme. Ses pattes vibrait sous la pression de la crainte qui se dissipait. Alors le dragonet, qui avait la taille d'un très gros chien, reprit sa forme humaine. Il passa une de ses main gantés dans la chevelure terne du doré et les ébourifa. Puis, il prit le corps dans les bras et le hissa sur son dos d'humain. De toute façon, avec sa forme de dragon il lui serait impossible de le déplacer convenablement. Puis il se mit en route dans les ruelles inconnues de ce nouveau monde.

Ces deux jeunes hommes avaient l'air de souillon. Quoi que le prince noir, avec son cuir épais et ses éccailles de dragon qui constituait sa tenue, avait des airs de guerrier. Une grande arme d'hast était également fixé à son dos. En fait, il portait l'autre prince comme il pouvait par dessus son arme... Ce qui lui donnait des air assez... Maladroit. Il aurait pu le prendre dans ses bras comme on porte une donzelle. Sauf que son compagnon de fortune n'en était pas une et que de toute façon il vallait mieux que la tête blonde soit posé dans son coup que ballotante dans le vide à chacun de ses pas.

"Hey vous là bas ! Aidez moi je vous prit ! Mon ami a besoin de soin !"

Il s'était adresser à une femme dans la rue. Celle ci l'avait regadé avec un air horrifié. Certainement à cause de ses yeux luisant, rouge, lui donnait des airs de démons. Puis, vu l'état du type sur son dos... Il n'était peut-être qu'un souillon ! Alors la femme traça sa route en pressant le pas. Irion en resta abassourdit.

"Je cherche une infirmerie ! N'importe quoi, mon ami a besoin de soin !"
"Hey, t'es qui gamin ?" lui répondit un homme bourru aux allures de montagnes.
"Je suis le Irion, le prince noir ! Et...." Alors, déjà, c'était la première fois qu'on lui demanda son identité... Son allure parlait de lui même non ? Il est un prince ! Et puis les yeux rouges brillant, ça ne se voit pas qu'il est un dragon ? Non ? Mais en plus il se faisait couper comme s'il n'était qu'un vulgaire paysant...
"Hahaha ! Un prince ? faites-moi rire. Aller dégage..." Et le type s'en alla...

Qu... que... quoi ? Mais quelle était cette vaste blague ? Ils étaient où là ? Et depuis quand on ne lui accorda pas de respect ? Bon d'accord, il n'avait pas Gauche ni Droit pour l'encadrer et intimider les éffrontés... Mais tout de même ! Il n'était pas un avorton étrange ! Et puis... L'arme qu'il portait n'indiquait-elle pas sa qualité, n'imposait-elle pas le respect ? Non... Les gens devait prendre ça pour un vulgaire jouet. Ou alors ça les effrayer... On ne sait jamais, c'était peut-être des repris de justices, avec leur acoutrements bizarres. Et puis ses yeux... Et s'il était une créatures du mal ici pour apporter la haine et la désolation ? Non non... trop de risque pour les petites gens ! autant fermer les yeux sur la détresses des deux adolescents.

Le dragon commençait à paniquer interrieurement... Il n'avait jamais été plus dénigrer qu'en ce jour... Il ne comprenait pas... Et quelque chose lui disait qu'employer la force et l'intimidation ne le mènerait à rien. Les passant avait l'air suffisament dérangé par sa présence. Pour sûr qu'une quelconque police, garde ou n'importe quoi d'autre serait intervenu pour lui mettre plus encore de battons dans les roues s'il avait ouvert un peut trop grand sa gueule brûlante d'humiliation, de colère et de lave brûlante...

Faisant persques des pas de danseuses en pirouettant sur ses pieds, frénétique, en recherche d'une quelconque infirmerie ou d'un hopital... ou n'importe quoi d'autre pour aider son ami humain, il fini par tébucher en passant près d'un restaurant. Il n'avait vu l'avancée de la terrasse et se prit les pieds dans une chaise un peu l'écart... il tomba sur les génoux et les mains au sol. Le corps de son ami retomba sur son dos et manqua de le faire s'écraser la tête en avant... Puis il glissa sur le côté comme un sac mal fixé.

Irion regarda alors le corps pour s'assurer que tout allait relativement bien... Refit un tour d'horrizon et s'apperçus que deux personnes se trouvèrent face à lui... Qui était tombé à leur pieds, en fait. Il les fixa avec tout l'intensité de sa détresse et de sa confusion, espérant intérieurement pour qu'au moins une fois, aujourd'hui, il ne fasse peur à personne avec sa frénésie de panique. Son arme... Et ses étranges vêtements tachés de vieux sang séché, de terre et lacéré en certains endroits...

"S'il vous plais... " souffla-t-il au bord du désespoir. "Aidez-moi..." .


Dernière édition par Irion le Ven 14 Nov - 22:54:37, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Mythril
Niveau 3
Niveau 3


Messages : 157
Date d'inscription : 09/11/2013




MessageSujet: Re: Moi aussi ma mamie elle est vielle [ PV : Mythril ] Jeu 30 Oct - 18:46:24



Il est très étrange de voir comment en quelques secondes une bonne ambiance peut se briser aussi facilement. Se dire que tu ris et t'amuse avec tes amis, ta famille, enfin des gens qui te sont chers et une fraction plus tard tout s'effondre. C'est ce que peut ressentir le pauvre amnésique en cet instant. Il était tranquillement en train de prendre un copieux repas, merci madame Aurore, vous êtes une sainte, jusqu'à ce que deux nouvelles têtes vinrent casser l'ambiance. Bon ce n'était pas de leur faute. Mais cela suffit amplement pour effacer le sourire de Gabriel. Deux jeunes hommes étaient étendus par terre et le moins abîmé leur demandait de l'aide.

Laissant sa carte bien sagement là où elle était posée sur la table, le blondinet préféra reporter son attention sur le malheureux qui ne semblait pas réagir. Le blond, enfin si c'en était un car vu la quantité de sang séché et de terre sur l'individu il était difficile de le confirmer, ne donnait pas de signe de vie mais l'elfe perçu un très léger rythme cardiaque. Ouf! Il vivait. Plaçant confortablement l'inconnu au sol, il enleva son haut afin de le recouvrir, l'aider à garder de la chaleur (accessoirement il se félicita d'avoir eu la bonne idée de glisser la robe en dessous). Il Attrapa ensuite une serviette et la carafe d'eau posée sur la table, y versa un peu du liquide pour la détremper et l'appliqua sur le front de l'inconscient. Il fallait nettoyer le visage pour vérifier si ce dernier n'avait pas reçu une blessure sérieuse.

- Mais que se passe-t-il ici ?!? Perse s'il te plaît, occupe toi du jeune homme brun, je me charge de son ami...

Le ton était quelque peu chargé par l'inquiétude mais ne laissait clairement aucune place à la négociation. Continuant de nettoyer le visage, il put remarquer avec soulagement que hormis quelques éraflures et ecchymoses, l'adolescent n'avait subis aucune sévisse grave. La première serviette étant bien sale, il se chargea d'en attraper une autre sur une table plus loin et tant pis si leurs propriétaires lui lançaient de mauvais regards, une vie valait beaucoup plus qu'un morceau de tissu.

Sur le chemin du retour, il en profita pour s'attacher les cheveux. C'était un fait établi et véridique : les cheveux longs c'est super chiant quand il faut travailler ! De nouveau en face de son patient, il utilisa ses jambes pour y déposer aussi délicatement qu'il put sa tête dessus alors que de ses longs doigts fins il écarta quelques mèches sales et ternes de l'inconnu. Une infinie tendresse pouvait se lire en cet instant dans ses yeux bigarrés. Il avait de la sympathie pour ces deux jeunes êtres perdus et blessés. Comment pouvait-on ignorer leur détresse ? Cela lui crevait le cœur.

Une fois assuré de la santé du garçon, il reporta alors son attention sur son ami resté avec le petit vampire. Là, il afficha un sourire empreint de sérénité et le rassura.

- Ne vous en faites pas jeune homme... Tout va bien. Il va bien.


Tout en récitant ces paroles, il caressa de son pouce le front de l'endormi, comme si non intentionnellement il voulait calmer ce dernier. La tension emplie en son être avait désormais disparue, il était calme et voulait que les autres le suivent dans cette douce sérénité. Mais il était tout aussi curieux : comment avaient-ils réussi à finir dans un tel état ? Il avait devant lui deux enfants, bien que clairement plus hauts que lui, et se demandait quel genre de personne pouvait être assez noir de cœur pour oser blesser de telles âmes.

- Je me nomme Gabriel et voici mon ami Perse... Je vous assure que vous êtes en sécurité avec nous... Je suis un dragonnier et en cas de danger je peux demander à mon amie de nous venir en aide. J'aimerais juste... que vous me disiez ce qui vous est arrivé... Commet vous-êtes vous retrouvés dans un tel état ? Qui a osé vous faire ceci ?

Bon il avouait clairement un secret qu'il n'avait osé dire au petit vampire mais face à des enfants il préférait jouer carte sur table. Il espérait juste que ce dernier soit un peu compréhensif vis-à-vis de cette petite cachotterie...

_________________
Paroles Pensées Descriptions
Transparence :
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Perse One
Niveau 1
Niveau 1


Messages : 19
Date d'inscription : 08/12/2013




MessageSujet: Re: Moi aussi ma mamie elle est vielle [ PV : Mythril ] Ven 7 Nov - 15:22:30

Je vais vous apprendre une chose. Lorsque l’on vient tout juste de faire entrer dans son organisme de la nourriture et que dans les minutes qui suivent on vous met une odeur de nourriture pourris juste sous le nez et bien ça ne fait pas du bien du tout. Surtout pour votre estomac qui commence doucement, mais surement, à se remuer et à vouloir faire sortir ce qui est rentre plus tôt par moyen de défense au cas où cette denrée là aussi soit contaminé et impropre à la consommation. Ça remonte en haut le cœur et il faut rester concentrer pour ne pas ouvrir la bouche et laisser ainsi tout son merveilleux bol alimentaire prédigéré finir hors de son corps.

Dite vous que Perse est, depuis l’entré assez peu attendu des deux perturbateur, un modèle de contrôle de soi et qu’il commençais à avoir mal à la mâchoire à force de la garder aussi fermement serré. Il avait obéis à Gabriel plus par automatisme que pas réel sens du devoir. Etre bon aujourd’hui ne lui réussissait pas du tout, la prochaine fois il se contenterait d’être un connard et laisserais les gens faire leur régime sans aucun sens en paix. Fois de pirate on ne le reprendrait pas à faire cela. L’envie de vomir à l’odeur de ce sang au parfum tout simplement horrible devenait de plus en plus pressante. Il avait presque envie de faire sortir tout le monde de la taverne pour qu’il puisse avoir de l’air plus pur et surtout qui ne se chargeait pas plus de minute en minute de cette putain de fragrance de sang séché.

Tout aurais pu bien ce passé si bien entendu il n’avait pas écouté le blond. C’est débile d’avoir fait ça, mais cela paraissait tellement logique sur le moment. Il venait de dire qu’il était dragonier quand le cerveau du vampire eu un bug. Arrêt sur son. Réécoute. Stop. Analyse. Remise en marche du cerveau et un magnifique.

« lcyiaglieugvgvc. »

… A comprendre ici qu’il avait voulu parler, mais que son envie de vomir n’était pas partir et que du coup en ouvrant les deux ensembles avaient eu lieu. Les pieds du brin aux yeux rouges avaient maintenant une magnifique couche de vomis sur eux. Très tendance en cette période. Un peu odorant et sale tout de même. Une fois la belle crème renversé déposé le pirate se décala un peu et cracha au sol. Quelle délicatesse n’est-ce pas de ne pas tout mettre sur les pieds du nouveau venu ? Remercier le plus tard.

« Comment ça t’est un dragonier ? Tu n’es pas sensé te rappeler de rien ? Depuis quand tu sais ça toi ? Cette histoire de vouloir en savoir plus sur les dragons c’était quoi ? Herk … J’ai vraiment un sale gout dans la bouche … Personne ne veux me passer de son sang histoire que je me rince la bouche? »

Ce soucié de l’état de santé des voyageurs ? Vous êtes mignon. Là tout de suite tout ce qui l’intéresse c’est de ne plus avoir ce sale gout dans la bouche et aussi …

« C’est possible de laver l’endormis ? Son odeur le me donne vraiment envie de vomir encore… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Irion
Niveau 1
Niveau 1


Messages : 10
Date d'inscription : 24/10/2014
Localisation : Sur une terre inconnue 0_0 au détour du néant




MessageSujet: Re: Moi aussi ma mamie elle est vielle [ PV : Mythril ] Lun 10 Nov - 18:34:07

Il a des jours où... l'amour propre, mieux vaut se dire qu'il n'a jamais existé. Qu'il n'a jamais brûlé au plus profond de soi, qu'il n'a jamais alimenté de doux rêves ou ne vous a jamais donné la volonté d'en réaliser un seul. Des jours comme celui-ci où, fatalement, l'amour propre ne servirait qu'à aggraver une situation. Une leçon douloureuse pour l’ego que l'on se doit d'apprendre à nos dépend. Mais que ça fait mal de voir combien ce peut être vrai. Comme si on vous arrachait les dent sans anesthésie, sans avoir le droit de hurler toutes sortes d'horreurs sous peine sentir brûler vos cordes vocales.

Ce ton suppliant, qui se voulait humble... Irion se faisait arracher chaque quenottes, une à une, sans aucune pitié. Il referma promptement sa bouche affligée. Ses sourcils froncèrent avec la même moue que s'il avalait un immonde médicament. Il ferma les yeux un seconde puis les rouvrit à contre cœur vers une blonde qui s'empressa de venir porter assistance à son ami toujours inconscient.

Avec une douceur qu'il n'aurait soupçonné de la part de ces rustres personnages qui peuplaient les environs, la la femme, bien qu'assez filiforme pour une femelle -- mais qu'importe--, s’empara de du blondinet crasseux pour l'allonger sur le sol de la taverne. Les clients regardait ce petit groupe avec des mines horrifiées. Ils chuchotaient entre eux, s'agitaient mais aucun ne pipa mot. Comme du bétail~...

Le dragonet se retrouva écarté de son compagnon comme d'un rien. Pas une demande, pas une excuse, il n'était alors qu'une gène inutile autour du blessé. Il serra ses mâchoires pour contenir une réflexion... Non ne dis rien, ne dis rien petit... surtout ; qu'il se taise car sa chance ne se représenterait certainement pas deux fois. Il fallait laisser faire, si le petit bout de femme pouvait quoi que ce soit pour lui...

"Que faites vous ? Non, mais attendez, non je reste avec lui ! Ne me touchez pas vous, avait protesté le prince noir en prévision de toute approche pour l’éloigner de la seule chose le raccordant à son monde."Va-t-il s'en sortir ?"

Bien forcé, il s'était écarté en direction de ce qui lui paraissait être un jeune homme, plutôt fin, brun, avec, à son instar, les yeux rouges. Seulement les siens ne luisaient pas. L'interdiction était pour lui. Il était hors de question de se laisser toucher par qui que ce soit ni de s'éloigner de trop de son ami mal en point. La justice n'aurait sut être plus raide qu'Irion en cet instant. Au bout de ses bras tendu le long de son corps, ses mains s'étaient rétractées pour en former les poings les plus crispés que la terre aient connu. Ils paraissaient vibrer sous la tension qu'éprouvait ce corps auquel ils étaient rattachés. Et tout autour, les clients regardaient avec des mines effarées, bovines et dédaigneuses, au choix. Le sombre prince balançait nerveusement son corps d'un pieds à l'autre pour s'empêcher de d'envoyer valser tout ce qui aurait pu lui passer sous la main, par delà les clients. Si seulement ils pouvaient se secouer les puces au lieux de regarder bêtement le petit groupe ! Mais non, ce devait être trop dur pour leur pauvre petit cerveau mortel ! Ils ne pouvaient se rendre utile en une situation pareille. Puis d'abord, en connaissaient-ils seulement le sens... Irion commençait à en douter. D'où il venait, nombre d'entre eux se seraient pressé pour avoir l'honneur de l'aider ! Ou si ce n'était pas par honneur, ce fut par crainte de représailles de la part du dernier des dragons noirs ! On ne savait pas trop sur quel pied danser avec eux, alors dans le doute, ils se seraient précipités pour faire quelque chose de leur pauvre carc...

Je rêve... Et je vais me réveiller. Oui, c'est ça, je suis en train de rêver ! Quel soulagement... je commençais à me dire que tout ce cauchemar fut la sombre réalité ! Anduin n'est pas inconscient depuis maintenant quelques heures et cet avortons mortel ne vient absolument pas de me vomir sur les pieds... mes pieds... Mes pieds.

Et pourtant, tout ceci n'était que la triste vérité. Si véritable qu'Irion empoigna rageusement le premier verre passant à sa porté. Tant pis pour la vielle dame outragée. Il élança son bras vers l'arrière pour prendre de l'élan et le flanqua pour lâcher à vive allure l'objet de verre... Mais le temps se figea un instant, stoppant son geste en pleine action. Quoi ? Dragonnier ? Depuis quand dragonnier ? Avec précaution, le sombre prince se tourna vers la femelle qui venait de parler... Comment ça "un dragonnier" ? Pas que le "un" le dérange, il avait déjà croisé des femmes androgynes parlant d'elles au masculin, mais "dragonnier"... Son regard lançait des braises invisibles contre cette personne. Il en oubliait presque la lueur d'espoir que cette Gabrielle avait émise. La vie d'Anduin restait tout de même entre ses mains et Irion, étant un dragon, se trouva tout à coup moins soulagé qu'il ne l'aurait dut.

Il secoua sèchement ses pieds de mouvements secs de ces chevilles et se tourna totalement vers les deux blonds, prenant garde de ne pas piétiner la pattée régurgitée qui gisait au sol... D'un geste tout étudié, il reposa le verre à sa place sans quitter les deux du regards. Il redressa sa posture pour se donner contenance. Un calme solennel s'emparait de lui. Il redressa son attitude pour plus de contenances et ferma son visage à toute émotions limpides. Il fallait relativiser. Anduin avait peut-être trouvé quelqu'un pour le soigner. Ce n'était pas forcément la meilleure fréquentation du monde, mais c'était une chance au milieu de ces rustres dédaigneux. Mieux valait s'en contenter et ils le quitteraient par la suite. Stop à la panique, on ouvre les portes de la raison. La raison. Il inspira une bonne bouffée d'air par ses narines puis relâcha avec douceur avant de plaquer un sourire supérieur sur ses lèvres, les mains se plaçant dans son dos. Puisque l'heure était aux présentations...

"Je me nomme Irion, le Prince Noir, dernier de mon -- il réfléchit une seconde avec un regard distrait -- peuple. Mon ami n'est autre que le prince Anduin Llane Wrynn de Hurlevent. JE souhaiterais donc que vous le manipuliez avec le plus grand soin. Aussi, je pense que votre ami, ici -- il montra Perse d'un hochement de tête -- aurait besoin d'aide égal...

Son visage se crispa une nouvelle fois face à impertinence de ce dernier mais il le laissa déblatérer, de mauvaise grâce. Comment ça, il voulait du sang ? C'était hors de question ! Et pour preuve, Irion se déplaça imperceptiblement vers les deux blond en essayant de ne pas penser au dégueulis maculant ses souliers.

"Calmez vos ardeur... Il est hors de question que l'un de nous verse le moindre sang pour vous. Puis d'abord, qui êtes vous pour demander une telle chose ?"

Son ton s'était fait distant et sur la défensive. Il se sentait comme un lion en cage et s'attendait à toute sorte d'attaque sur sa personne. Mais, cette fois, il resta digne, comme s'il avait vraiment les moyens de résister à n'importe quelle attaque. Son regard faisait des allers-retours entre son ami et cette étrange personne avec sa demande incongrue. Dans son dos, ses mains gantées se contractaient par intermittence.

Le blond, quand à lui, ne ressemblait certainement plus qu'à un lourd sac malléable que l'on aurait pu déplacer où bon nous semblait, tellement aucune résistance ne l'habitait. Le brouillard l'engourdissait... Dans sa léthargie, il percevait quelques sons et quelques basses lumières. Mais s'il avait décidé de se lever, son corps ne lui obéissait pas... Si bien qu'il était incapable de savoir s'il avait mal ou non... Mais quelque chose n'allait pas. Sa respiration s'accéléra soudain lorsqu'il roula à plat sur le sol puis se calma. Il lui paraissait que la terre tournait autour de lui. Laborieusement, il tenta d'articuler quelque chose, sans succès. Seules ses lèvres tremblèrent et son souffle reprit de la vitesse lorsqu'on lui bougea la tête. Incapable de savoir ce qui lui arrivait autour de lui, il essayait de recouvrer ses esprits, sans effets. Ses pensées étaient informelles, floues. Seul le troublant sentiment de perte et d'affliction l'assaillaient... la panique faisait son nid dans l'écrin de peur qui grandissait. Le blondinet pouvait bien essayer de s'en servir de moteur pour sortir de cette brume de ténèbre mais rien à faire. Son souffle de fit bruyant, comme si un poids empêcha ses poumons de se remplir. Ses lèvres remuèrent frénétiquement, mais aucune parole ne les quitta.

Irion, à l'entente de ce sifflement, braqua ses yeux de braises sur l'endormi. Ils s'écarquillèrent à leur paroxysme et sa mâchoire se crispa. Malgré tout ses efforts, il ne sut retenir tout le trouble que lui provoquait cette situation, une petite partie s'échappait d'une faible faille dans sa carapace de désinvolture qu'il tachait de rassembler.

"Ne devrions nous pas trouver un meilleur endroit pour s'occuper de lui ? Je doute que le monde qui nous entoure lui soit bénéfique."

Il espérait sa suggestion sans appel pour les deux compagnons sur qui ils étaient littéralement tombés, lançant par accoue des regards mauvais à l'assistance avide de malheur pour enorgueillir leur pauvre et misérable petite vie tranquille.


Dernière édition par Irion le Ven 14 Nov - 22:54:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Mythril
Niveau 3
Niveau 3


Messages : 157
Date d'inscription : 09/11/2013




MessageSujet: Re: Moi aussi ma mamie elle est vielle [ PV : Mythril ] Mar 11 Nov - 12:33:29



Spectateur muet de la scène qui se déroulait devant ses yeux, le dragonnier préféra ne pas bouger des fois que son geste malencontreux puisse jeter de l'huile sur le feu. Ce qu'on pouvait dire c'est qu’il y avait des étincelles entre les deux jeunes hommes. Super ambiance ! Mais ce n'était pas la seule raison de son immobilisme, tout mouvement de sa part aurait put être, lui sembla-t-il, néfaste pour son patient. Il laissa donc les deux adolescents régler leurs différents comme des grands. Et au pire si castagne il y avait, il n'aurait qu'à les soigner eux aussi.

Il reporta son regard or et azur sur l'endormit, ce dernier avait les traits tirés. Comme il se sentait impuissant en cet instant de ne pas pouvoir lui venir en aide. Son corps se serra à cette amère réalité. Inutile. Il ne pouvait qu'attendre, totalement impuissant, que l'autre se rétablisse. Mais il ne fallait pas alerter son ami, ne pas l'inquiéter. Ce dernier était déjà dans un état pas possible et lui faire part de ses craintes n'allait très certainement pas le mettre dans un meilleur état. Ah que l'esprit était des fois si faible. Une émotion forte et pof ! Elle se dérobe à vous. Vous laissant à la merci de la folie. Et là on s'étouffe. On voudrait crier mais rien ne sort de nos lèvres. Et on sombre. Autant vous dire que s’il voulait éviter que le brun ne devienne un danger mieux valait ne pas l'inquiéter plus que de raison. Surtout qu'apparemment sa petite révélation avait vraiment irrité le vampire au plus haut point et avoir deux furies pour le prix d'une n'était pas vraiment ce à quoi il espérait en cet instant.

- Tu ne m'as pas posé la question sur mon métier que je sache... Ce n'est pas un truc dont je peux me targuer à tout le monde Perse... Il en va de la sécurité de mon amie. Que se passerait-il si des âmes mal-intentionnées apprenaient ceci et se servent de moi pour lui nuire ? Non ! Mon rôle est de la protéger !

Malgré la douceur de ses paroles, ses yeux ne laissaient transparaître qu'une infaillible résolution. Il serait le bouclier de la petite Gel. Bien que jeune, la dragonne lui avait été d'une aide précieuse et il lui tenait à cœur de lui rendre sa gentillesse. Puis le brun changea de comportement, d'un adolescent perdu il prit le masque impérieux d'un noble. C'était assez comique compte tenu du petit cadeau que Perse lui avait offert sur ses chaussures, contrastant avec son attitude. Ne voulant pas froisser l'égo de l'individu, il se contenta de le fixer.

L’adolescent se présenta alors, ses yeux de braise transperçant presque l'elfe par leur intensité, il se faisait des idées ou il pouvait presque lire de la méfiance. Poliment, il inclina respectueusement sa tête, libérant par ce geste quelques mèches qui viennent s'écraser doucement sur le visage du prénomme Anduin. Avec ce nom à rallonge, il pouvait presque se douter que l'inconscient était un prince. Portant alors un regard lourd de questions sur Perse, il chercha de ce fait à résoudre une question.

- Hum Perse... Toi qui as le plus de mémoire au sujet de Calypta. Est-ce que je tiens entre mes mains un prince calyptien ? Non parce que son nom semble emprunt de royauté mais personne ne semble avoir accepter de leur venir en aide...

Les derniers mots avaient été sifflés à l'encontre de la foule qui c'était attroupée autour d'eux. La curiosité était une chose qui pouvait s'avérer amusante à certains moments mais là elle l’écœurait complètement. Il en était même sur, si ces derniers avaient eu de quoi immortaliser le moment, ils ne se serraient pas gêner pour le faire. Mais déverser sa colère n'y changerait rien alors autant trouver un endroit au calme pour que le petit Anduin puisse respirer convenablement.

- Je suis totalement d'accord avec vous Irion. Un bon bol d'air frais nous fera, à tous, le plus de bien possible... Je vous demanderais de m'aider à le porter mais avant je vais donner un peu de mon san...

- Gaby !!!

A ce surnom, le blond sursauta de surprise. Tournant alors un regard incrédule vers la porte d'où se dessinait une nouvelle silhouette, il reconnu bien vite son alliée. Apparemment elle n'avait pas l'air très contente, en illustraient ses poings serrés de chaque cote de ses hanches. Il allait très certainement passé un mauvais quart d'heure...

- Gel...

Fut la seule réponse à la colère de la petite forme qui entra à son tour dans l'auberge. C'est à ce moment-là que les autres purent voir sa tignasse argentée dont deux grosses mèches étaient retenues par des perles dans un style viking. Ses yeux bleu acier fusillaient le vampire du regard mais les paroles de la gamine étaient très clairement destinées au pauvre blond qui préféra se tasser sur lui-même.

- Tu ne donneras pas ton sang au premier chieur de boudin venu ! C'moi qui te le dis ! Bon qu'est-ce qu'il se passe ici ?!?

Questionna-t-elle alors qu'elle lançait des regards inquisiteurs envers les deux nouveaux arrivants. Elle en fut presque étonnée de voir un confrère.

- Dragon...

Murmura-t-elle alors en dardant le regard écarlate d'Irion. Elle lui laissa néanmoins le bénéfice du doute mais allait très certainement ne pas lâcher du regard le dragon déguisé afin d'évaluer ses véritables intentions.

- Gel... S'il te plaît. Il nous faut déplacer dans un endroit tranquille ce blessé... Trop de gens ici...

- Oh ! C'est ton dragonnier !

Fit-elle en frappant d'un poing dans sa main à plat. Comme une illumination. Elle n'avait donc pas à craindre de l'autre reptile ailé. Un peu rassurée, elle acquiesça d'un mouvement de tête afin de faire comprendre qu'elle avait bien compris la requête. Gabriel laissa alors les deux autres mâles se charger du blessé, il était décidément trop maladroit pour tenter de le transporter lui-même. Il se chargea toutefois, à l'aide de sa dragonne blanche, de servir d'escorte vers la sortie de la ville. Direction : un petit bosquet afin de ne plus être à la vue de tous.

_________________
Paroles Pensées Descriptions
Transparence :
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Perse One
Niveau 1
Niveau 1


Messages : 19
Date d'inscription : 08/12/2013




MessageSujet: Re: Moi aussi ma mamie elle est vielle [ PV : Mythril ] Mar 11 Nov - 16:47:43

Prince ? La machin aux yeux rouge radioactif brillant dans le noir était un prince ? Ah la bonne heure, un autre arrivant. Encore. Magnifique. Il pourrait tout de même sourire un tout petit peu plus tout de même. D’accord, son camarade était dans les pomme et lui les pieds plein de vomis, mais ce n’était point une raison pour le prendre aussi mal. Surtout ce n’était aucunement une raison de le prendre autant d’en haut. Cette attitude princière le rendait presque malade. Presque, mais il se devait d’être conciliant avec ces pauvres petites choses perdus.

Il entendait presque les murmures autour d’eux sur le fait que tout cela commençait plus à déranger qu’autre chose. Les serveurs tapaient du pied ennuyés d’avoir encore un truc sur leur sol et le reste des clients devaient juste trouver cela rigolo et digne de servir de contes pour femmes et enfants le soir venu. Les nouveaux arrivants étaient presque toujours amusant à observer dans leurs premières heures. Tellement perdu ou loin de comprendre où ils avaient atterris.

« Je n’ai pas besoin d’aide. L’odeur de votre ami, n’ait simplement pas des plus agréable alors que je viens juste de mangé. »

Sa grandeur brune le ferais presque rire à prendre ses grands chevaux avec son histoire d’ardeur par rapport au sang demandé. Il ne leur avait à aucun moment mis une lame sous la gorge ou autre pour en avoir. Il se demanda avec assez d’ironie s’il aurait fait autant de cris si le vampire avait demandé un simple verre d’eau. Certainement, puisque son ardeur aurait été la même. Que les "remplit de sang" étaient intriguant avec leur fichu liquide rouge.

« Et du calme. Je comprends les mots et sais les utilisé, une demande polis ne mérite pas autant de hargne à répondre. »

Il passa une main sur son visage avant de s’adresser au soigneur du moment.

« Excuse moi Gabriel, il est vrais que je n’avais pas demandé. Ta protection est juste. Je me demande juste de comment une de ses créatures dites pleine de fierté se soit incliné face à toi qui ne te souvient de rien… Peut-être que celui que tu possèdes viens de chez toi … De toute manière, ce n’est pas le souci du moment. »

Il regarda le corps du blondin au sol, ne s’approcha pas comme pour prouver sa bonne foi à l’autre exister brun, puis l’observa rapidement. Non, définitivement aucun des deux n’avais la moindre goutte de sang royale dans les veines, certes il ne connaissait pas les familles princière personnellement, mais en tant que pirate il y avait certain nom et visage appris par cœur. Des personnes encore supposé en vie bien entendu. Il n’avait jamais eu de peinture du prince dragon car il était supposé mort. Le pirate n’allait pas prendre le temps d’en plus apprendre les visages inutiles en cas de prise d’otage tout de même.

« Cet Irion comme il l’a si bien dit est le prince de lui-même. Ton patient n’est le prince de personne d’ici. Tous les deux, ont de très forte chance d’être simples arrivants. Ils ont autant de poids dans les conflits politiques que les mendiants du coin. »

Il adressa un immense sourire au monsieur aux yeux brillant avant d’avoir le cœur qui bondit de joie. Oui, son petit cœur fut tout heureux d’entendre que l’on voulait bien lui donner un peu de sang pour se rincer la bouche, enfin ça aurait été le cas si une petit fille de dix ans tout au plus selon lui n’était pas intervenus. Pleine de douceur et délicatesse en plus l’enfant. Chieur de boudin ? Il leva un sourcil face à l’appellation de l’enfant et pouffa un peu. Si c’était ça les insulte que l’on apprenait maintenant aux petits c’était navrant et amusant.

Il se recula et leva les mains au ciel. C’est fou comme tout le monde faisait tout un foin pour un peu de liquide rouge. Ce n’est pas comme si leur demandait de mourir ou autre. Une simple gorger et c’était fini. Expliqué ça à des simple humain ou non buveur de sang allait être chiant, compliqué et ce n’était pas du tout le moment. Il toussota quand la petite Gel parla de dragonnier en regardant Irion. La petite était peut-être un détecteur de dragon et était arrivé en même temps que Gabriel ou un truc dans ce genre-là. Il faudrait qu’il voit s’il était possible de la faire rentrer dans l’équipage si elle avait ce genre de technique.

« Le chieur de boudin est de l’avis de Gabriel. Sortons et laissons le prince des songes pour le moment se reposé… Au passage, petite fille, tente de trouvé plus imaginatif en insulte. »

Il s’approcha d’Anduin sans plus rien ajouté. Il se positionna pour pouvoir transporter le jeune homme jusqu’à un endroit plus calme. Là-bas il aurait le temps de discuter. Dieu qu’il détestait le sale gout dans sa bouche, il faudra qu’il pense à boire n’importe quoi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Irion
Niveau 1
Niveau 1


Messages : 10
Date d'inscription : 24/10/2014
Localisation : Sur une terre inconnue 0_0 au détour du néant




MessageSujet: Re: Moi aussi ma mamie elle est vielle [ PV : Mythril ] Mer 12 Nov - 13:15:05

En cet instant, Irion pouvait sentir ses écailles se dresser contre sa peau tel les aiguilles d'un porc-épic, malgré sa forme humanoïde. Dragon. Comment ça dragon ? Non il n'était pas un dragon, pas du tout… Il préféra d'ailleurs faire comme si la gamine n'avait rien dit. Il se faisait des idées, elle ne parlait pas de lui. Non, un autre dragon se cachait par ici, ou alors c'était un code pour interpeller quelqu'un. Interpeller Gabriel, par exemple ! Oui, c'était ça. Elle interpellait Gabriel. Alors, par tout les Titans, pourquoi le fixait-elle ? Tout était allé assez vite et il se focalisait uniquement sur cette idée. Tout ceci n'était dut qu'à un heureux – malheureux – hasard. Alors le brun fit tout son possible pour ne pas montrer son trouble. Hors, les flot d'émotions et d’événements s'enchaînait bien trop vite pour que lui, si majestueux soit-il, puisse bâtir les fondations profondes de ses murailles sentimentales.

Inspire expire… Le dragonet carra ses épaules pour faire face à la gosse et la dévisager sans vergogne. Elle n'était pas très haute et sa silhouette fluette lui indiquait qu'elle ne devait pas avoir plus d'une dizaine d'années. Il n'avait donc rien à craindre d'une demie-portion. Pas qu'il ait honte de sa forme de dragon, mais il se retrouvait en compagnie d'un joyeux dragonnier et n'avait aucune envie de dépenser ses précieuses forces pour lui échapper en trimbalant le corps de son ami. Surtout que, pour l'instant, ce dernier se trouvait entre ses mains et il n'était pas vraiment décidé à le laisser. Il attendrait son heure puis partirait. Mieux valait jouer la carte de la prudence en attendant d'en savoir plus. Aussi, il fit mine de regarder les environs pour chercher de quel dragon parlait la petite Nell. Ou est-ce Sell ? Non, Gel. Oui, voilà. Gel.

Il écouta d'une oreille peut attentive les remarques de l'autre suceur de sang. Il ne connaissait pas vraiment la nature de cet homme mais préférait s'en méfier et rester à distance malgré sa politesse fortement précaire. De toute façon, on ne demandait le sang de qui que ce soit impunément. Irion lui glissait de temps à autres un regard de travers d'autant plus mauvais lorsqu'il ne reconnue point sa magnificence ! Il lui en donnerait des « prince de lui même »… Il renifla dédaigneusement et retroussa sa lèvre supérieure sans, néanmoins, dévoiler une seule dent… Puis fini tout de même à montrer une canine alors qu'ils se faisaient comparer à des mendiant. Des mendiants !? Tout ses muscles se crispèrent. Mais il ne dit rien… Il était maintenant clair qu'ils n'étaient plus sur Azeroth et un séisme d'angoisse le secoua…

Puis la réplique suivit juste à la suite de l'éclair de génie de la miss.

– Anduin n'est pas m...Ne nous trahissons pas plus que de raison...N'est pas dragonnier. Il est un Prince. Dit-il avec son air de pas deux et son intonation suffisante.

Aller, du nerf, on garde la tête haute et on serre la bride à au cyclone qui jouait avec ses pensées. Le dragonet prit une lente profonde inspiration et évita de justesse de faillir en se concentrant pour ne pas laisser frémir ses poings crispés puis se précipita un peu trop vite vers le blondinet pour se saisir de lui avant que l'autre ne le touche. Pas qu'il développa une aversion pour l'autre brun aux yeux rouges mais… Vous savez, la confiance n'est pas si simple à accorder. Et en plus… il était désagréable, puait la gerbe… Et lui aussi d'ailleurs – par la faute de l'autre crétin – et il lui en voulait assez personnellement.

– Je m'en charge.

Il fixa le suceur de sang avec l'air de le défier de lui embarquer le blondinet des mains alors qu'il le relever pour le prendre à bras et le hisser à nouveau sur son dos. Il fallait seulement compter sur une chose, aussi endurant puisse-être un dragon, le dragonet, même entraîné commençait à ressentir les affres de la fatigues. Il tacha de ne rien montrer mais la lenteur avec laquelle il prenait la suite de Gabriel indiquait son état. Il ne pouvait se résigner à se laisser aider pour le transporter. Le laisser aux soins d'une autre personne, plus compétente, pour lui prodiguer les soins nécessaires, était une chose… et il avait peine à imaginer que son impertinent homologue en ait de réserve. C'est dans un silence tout à fait relatif qu'il suivit l'autre blondinet et son ami, le pas un peu traînant mais pas très handicapant, pour l'instant. Il regardait par accoue la gosse aux côté de Gabriel sans trop savoir à quoi s'attendre. Ils les laisseraient, pour sûr. Mais pour l'heure, il avait besoin d'eux. Perse semblait être très bien renseigné sur ce nouveau monde, il se révélerait certainement très utile lui aussi malgré ses manières d’effronté.

– Nous avons comprit que vous aviez besoin de vous rincer le gosier… Je tien à signaler que mes pieds puent également par votre faute… dit Irion en un souffle irrégulier et à voix basse. L'agacement se mêlait à tout le reste alors qu'il retenait des éclats de voix et des réflexions bien senties. Hors, s'il se rebiffait un peu trop, pour l'heure, il dirait adieu aux chances de guérisons d'Anduin… Qu'est-ce qu'il ne ferait pas pour lui tout de même ! Mais il lui revaudrait son zèle, pour sûr. Il serait même ravi d'apprendre tout ce que la dragonet endura pour le sauver ! Et même si Irion considéra comme un certain honneur de venir en aide à ce prince, il imaginait l'agréable scène de remerciement dont ferait preuve le blondinet. Un petit sourire fier se plaqua sur ses lèvres alors que le petit groupe arrivait au bosquet.

Le blond, captait à peine son environnement extérieur. Il sentait un odeur familière et restait donc docile lors de son transport… Se crispant par moment où son corps sursautait sur le dos d'Irion, mais sans plus. Il essayait toujours de reprendre conscience, mais tout restait flou. Puis il retomba dans les méandres plus profonds de son subconscient. Une petite pause dans cette lutte puis il reprendrait le combat… Seulement, une douleur l'empêcha de fuir la bataille. Elle sciait sa cage thoracique avec une précision de plus en plus insidieuse… Sa respiration se saccada un instant puis repris sa lenteur et sa faiblesse.


Dernière édition par Irion le Ven 14 Nov - 22:55:07, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Mythril
Niveau 3
Niveau 3


Messages : 157
Date d'inscription : 09/11/2013




MessageSujet: Re: Moi aussi ma mamie elle est vielle [ PV : Mythril ] Mer 12 Nov - 15:23:53



Ils arrivèrent enfin près d'un petit bosquet suffisamment spacieux pour pouvoir tous les loger. Ayant ouvert la marche, l'elfe aux cheveux dorés se mit à faciliter le chemin pour leur ascension. Ce n'est qu'une fois au cœur qu'il se mit à fouiller dans la sacoche encore accrochée à la taille de la gamine et en ressorti des couvertures qu'il disposa par terre. L'avantage quand on est aventurier c'est d'avoir en sa possession tout le matériel pour vivre dans la nature. La gamine, au lieu de râler par rapport aux fouilles, se laissa faire, docile. Ses yeux ne quittaient pas le dos de celui qu’elle faisait passer pour son maître. Il était très attentionné et minutieux, à tel point qu'elle senti une pointe de jalousie étouffer son petit cœur. Comment un simple humain pouvait plus attirer l'attention de son précieux prince qu'elle. Elle gonfla des joues et préféra reporter son attention sur les deux zigotos qui avaient pris pour passion de se chercher querelle. Tout doucement, elle se dirigea vers la sortie de leur cachette, histoire d'avoir le plus de place possible et se mit à siffler pour obtenir l'attention de Perse et d'Irion.

- Hého les deux zigotos ! Un peu de respect pour le repos du patient ! Sinon. Je. Vais. Vraiment. Finir.  Par. Me. Fâcher !

Joignant le geste à la parole, elle prit alors sa véritable forme. Au fur et à mesure que la fluette apparence grossissait, sa voix prit alors un ton plus mystique. Au moins elle était sure de faire son petit effet. Pas peu fière d'elle, elle afficha un rictus suffisant sur sa large gueule alors que sa écailles blanches reflétaient avec harmonie les rayons du soleil. C'est alors que ses deux yeux, similaires à ceux qu'elle avait sous sa forme elfique, se mirent à fixer les deux minus. Enfin pas si minus que ça si on prenait en compte que la petite dragonne mesurait au garrot deux mètres mais son long cou lui permettait de les surplomber aisément. Son geste avait pour but de tester son « confrère » et de l'inciter à prendre lui aussi sa forme de titan. Il était clairement plus vieux qu'elle et elle espérait voir en face d'elle un colosse capable de lui tenir tête.

- Bon maintenant le prince Colérion ! Montre-moi ta magnificence! A deux nous pourrons faire fuir facilement tout indiscret !

Fouettant l'air de sa puissante queue et déployant ses larges ailes membraneuses, elle attendit bien « sagement » la réponse de la créature qu'elle fixait de ses pupilles reptiliennes. C'était un mâle et il ne laisserait très certainement pas l'affront fait par une simple femelle, pas encore adulte de surcroît. Du moins c'était ce qu'elle pensait. Ses naseaux se mirent à humer l'air doucement, il n'y avait aucun doute, l'autre était un dragon. Il en avait l'odeur.

Pendant ce temps, le guérisseur avait reprit sa tâche et n'en démordait pas. Il était inquiet et pour cause ! Le souffle d'Anduin recommença à s'emballer au plus grand damne du dragonnier. Ce n'était pas normal. Ce n'était décidément pas du tout normal ! Mordillant sa lèvre inférieur en guide d'inquiétude, il chercha du regard la cause des tracas du blessé. Les contusions et anciennes blessures que portait son corps ne laissaient rien présager de grave. Une peur insidieuse s’installa en lui. Lui nouant son estomac douloureusement d'une multitudes de nœuds. Même sa gorge semblait prise et il lui fut difficile de déglutir. Mais malgré cela, il ne fit part de ses craintes.

De sa main prise de légers tremblements il se mit à tâtonner précautionneusement au niveau de la cage thoracique. Son patient toussait et avait du mal à respirer, peut-être que ses poumons avaient été touchés, les contusions pouvaient avoir caché une fracture et un bout de cote avait pu blesser l'infortuné. Il en était même à espérer que ses talents de dragonnier lui permettrait d'utiliser un sort de guérison. Ses paupières closes une nouvelle fois, sa concentration monta à son paroxysme alors qu'il cherchait la cause de la douleur. Ce petit devait vivre ! Il s'en faisait le serment ! Déplaçant alors l'une de ses fines mains jusqu'au front de l'inconscient, dans un mouvement lent et doux. Presque paternel. Il la déposa dans un geste apaisant tout en murmurant.

- Mon grand ! Tu dois être fort... Bats-toi ! J'ai besoin de ton aide et de ta force pour te soigner!

Une main posée sur la poitrine de son patient et l'autre sur son front, les yeux toujours clos, il senti alors une chaleur partir de son cœur. Ce flux incroyable passa alors le long de ses bras, continuèrent entre ses deux mains et finit sa trajectoire sur le corps du prince. Surpris. Le dragonnier se recula alors que l'incrédulité déformait son visage. Comment était-ce possible ? Qu'était cette chose qui l'avait transpercé il y a quelques instants. Peut-être était-là la clé pour sauver le garçon.

- Gel ! J'ai besoin de ton aide ! S'il te plaît !


Si quelqu'un avait bien une réponse, c'était la petite dragonne qui se pavanait fièrement devant leurs deux acolytes. Plus tôt il serait renseigné et plus tôt le jeune humain serait sorti d'affaire. Comme si elle en avait reçu l'ordre une seconde avant que la requête du blond soit formulée, cette dernière avait opter pour sa forme elfique, fondant vers le soigneur afin de le soutenir dans sa tâche. Elle posa alors chacune de ses mains ornées de quelques écailles sur celles de « Gabriel » et les apposa là où elles siégeaient quelques secondes plus tôt.

Le visage d'ordinaire poupin venait de vieillir de plusieurs années en quelques secondes sous le sérieux qu'elle venait d'adopter. Elle allait leur montrer à tous les pouvoir de son cher prince doré. Malgré lui, il allait briller comme autrefois ! Elle s’en faisait la promesse ! Ne lâchant pas sa prise, elle lui ordonna de se concentrer de nouveau et se joignit à lui dans la méditation pour diriger le sort de soin vers le garçon.

_________________
Paroles Pensées Descriptions
Transparence :
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Perse One
Niveau 1
Niveau 1


Messages : 19
Date d'inscription : 08/12/2013




MessageSujet: Re: Moi aussi ma mamie elle est vielle [ PV : Mythril ] Jeu 13 Nov - 8:29:01

Une longue inspiration du vampire se fit.

« Effectivement, cela sent le vomi, mais pas besoin de vous exister autant. Je me laverais le gosier avec de l’eau, vous en ferez de même avec vos pieds. Si vous souhaitez porter votre princesse seule, personne ne vous la volera. »

Puis cela l’arrangeait beaucoup. Surtout quand il regardait le temps sublime dehors qui semblait lui faire des immenses doigts face à lui. C’est une autre des raisons pour laquelle il aurait bien voulu avoir un peu de sang. Ne pas sortir en plein jour faisait partie des choses qu’il évitait, il adorait l’intérieur des tavernes protégées de son si tendre ami. Ironie quand tu nous tiens. Il en avait presque envie de une fois encore vomir sur les pieds du brun pour qu’il est vraiment une raison de se plaindre. Cela lui aurais permis d’oublié le futur mal de crâne et de ventre qu’il allait se payer.

Il se la ferma bien gentiment à la remarque de la jeune fille. Elle n’avait pas tort, le blesser d’abord, l’enfant ensuite. Il suivit le mouvement du groupe en faisant attention d’être le plus souvent à l’ombre possible. Il avait presque parfois l’impression d’être un ninja en sautant d’ombres en ombres. Il y avait bien certain crétin qui pensait pouvoir passé à travers les goutes, lui c’était à travers les rayons du soleil qui le faisait. Le seul vrai point positif c’est qu’il n’était pas un VRAI vampire dans le sens littéral du terme. Sinon bonjour le tas de cendre. Il était trop tôt pour qu’il finisse en cendre.

Quand ils arrivèrent enfin à destination Perse sa plaça le plus à l’ombre possible et regarda tout le petit monde bouger. Il eut un mouvement de recul en voyant l’enfant se transformer en dragon et défié le pseudo prince. Il adora le surnom d’ailleurs que ce dernier se trouva attribuer, au final cette femme avait une bonne imagination quand elle le souhaitait. C’était la première fois qu’il voyait un dragon en vrai, sous sa forme de dragon. Après tout il en avait peut-être rencontré avant, mais il ne le savait simplement pas. Assez impressionnant ; Il avait presque envie d’y touché si ça n’avait pas signifié pour lui la fin d’une de ses mains, voir les deux si ce n’est la fin de sa vie tout court. Il laissa échapper un long sifflement admiratif.

« Donc notre arrivant, passant être prince est dragon qui a peur de le montrer ? »

La phrase était sortie toute seule, mais l’autre commençait à lui courir sur les crocs à force de prendre la mouche trop rapidement pour des broutilles. Son attention fut ensuite entièrement porter sur la magie dont faisait preuve Gabriel. Superbe. Donc il était soigneur en plus, peut-être que c’était le lot de tous les dragonniers. Il demanderait après, une fois la magie fini, on ne dérange pas des gens pratiquant de la magie. C’est une règle de base si on ne veut pas mourir, il n’était définitivement pas suicidaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Irion
Niveau 1
Niveau 1


Messages : 10
Date d'inscription : 24/10/2014
Localisation : Sur une terre inconnue 0_0 au détour du néant




MessageSujet: Re: Moi aussi ma mamie elle est vielle [ PV : Mythril ] Sam 15 Nov - 1:57:13

– C'est un Prince! rugit le brun en foudroyant Perse du regard. Je préfère simplement m'occuper de lui moi-même.

Irion et le second degré... ça peut coller, franchement ! Mais pas dans ce genre de situation. Il était irrité, perturbé, complètement paumé. Ne sachant où aller par lui même, il s'en remettait déjà à deux inconnus qui avait accepté de l'aider. Les Titans soient loués. Mais n'empêche qu'il avait envie de se tourner vers le brun de toute sa hauteur de joyeusement essuyer ses chausses sur le bas de son pantalon comme s'il n'était qu'un vulgaire chiffon.

– Vous méritiez à peine d'être à genoux pour me baiser les pieds... Marmonna-t-il à part lui entre ses dents....

Anduin commençait à lui peser sur le dos. Ses jambes lui tirait, la faim commençait à lui creuser l'estomac. Il regrettait déjà sa terre natale. Chose qui le déstabilisait d'autant plus qu'il ne sentait plus, ou trop peu pour s'en rendre compte en cet instant, l'influence d'Azeroth au fond de son cœur... Impossible d'être certain du sort qu'elle avait subit... Non, ne pas penser à ça. Ceci était une question dont il s'emparerait après la guérison de son ami et seul vestige de son foyer. À côté, regarder le suceur de sang jouer à la marelle d'une flaque d'ombre à l'autre l'amuser et étirait un recoin de sourire portant les traces de la moquerie.

Puis l'autre blond débarrassa le sien de son dos. Il voulu protester, resserrant sa prise sur Anduin l'espace de quelques instant puis il se résigna à le laisser le prendre et l'installer au sol sur des couvertures. L'aspect rassurant était la minutie avec laquelle il s'en occupait. L'aspect agaçant fut la gamine qui beuglait comme un putois alors qu'elle n'était pas plus haute que ça...

– Je m'appelle Irion ! Pauvre ga... mine...

Il ne pu cacher sa surprise en voyant la nouvelle forme de la gamine qui le domina très largement de sa hauteur de cheval. De grand, très grand cheval... Une dragonne... cette écervelée insupportable était une dragonne ! Incroyable... L'impression étrange qu'il percevait d'elle devait peut-être venir là, alors. Avec intensité, il la jugea du regard en refermant au possible son visage pour éviter de montrer plus encore sa colère... Mais en vain. Colérion... Elle avait osé l'appeler Colérion. Quel affront ! De le part d'une blanche en plus ! Chez lui, les blanc étaient considérés comme des impostures, des aberrations... Des faibles mal-formés qu'il fallait exécuter par miséricorde dès leur éclosion*. Et puis voilà qu'elle le défiait ! L’impertinente !

En son fort intérieur il mesura le pour et le contre de se montrer sous sa véritable forme. Pas qu'il en avait honte, de sa forme. Au contraire, il l'assumait, en quelque sorte. Du moins, il savait qu'il ne pouvait accélérer sa croissance. Il était jeune, très jeune. Excessivement jeune et ne tenait sa sagesse que des modifications qui lui furent apporter alors qu'il se trouvait encore dans sa coquille. Son corps était... naturel. Pas son essence. Il y avait un décalage handicapant pour ce jeune garçon-dragon. Celui d'un adulte dans un corps de petit enfant. Alors sa forme humaine exprimait son esprit avancé plus que sa forme originelle. Il était normal qu'il l'afficha avec plus de promptitude ! De plus, les humains avaient une façons très intense de percevoir leur monde physique. Chose qui plaisait à se prince. Et puis honnêtement... Il était – encore aujourd'hui – plus crédible dans ses discours sous sa forme de jeune homme que de très jeune dragonet.

Seulement, la pique de la dragonne résonnait encore dans sa tête. Puis l'autre dégénéré allergique à la lumière qui en rajoutait une couche ! Il était bien tombé, ce pauvre Irion. Si bien qu'il entamait sa propre transformation sous les yeux de tous. Lui qui voulait rester discret.

– ça n'a rien à v... voir avec la peur.

Il avait commencé sa phrase avec véhémence à l'encontre du brun mais ne l'avait terminé qu'en pensée en essayant de maîtriser sa transformation qui s'avançait. Des écailles lui remontaient le long du cou sur sa peau découverte par le col de sa tunique. Elles avaient commencées à se matérialiser à la base de sa chevelure courte et de ses paupières mais qui sait ce que cela pouvait donner. La dragonne face à lui n'avait nulle ressemblance avec les drakes de sa terre natale à part sa robe blanche de dégénéré génétique. Il y avait également ce dragonier. Pouvait-il lui faire confiance ? Pourquoi la dragonne était avec lui, la soumettait-il comme Alextrasza le fut par le passé ? Non, il ne pouvait courir le risque. Et pourtant, fierté d'enfant, il aurait bien crevé d'envie de montrer à la dragonne mature qu'il avait devant que, malgré sa jeune apparence, sa forme de dragon fut vigoureuse et puissance !

Mythril mit fin à tout se tapage. Il se passait quelque chose et Irion en restant ignorant des détails, stoppant sa transformation et inversant le processus pour redevenir le jeune homme dont l'apparence lui donnait entre dix-huit et vingt ans.

Dans son obscurité, des flash de douleurs réanimait peut à peut le prince Anduin. Elles lui scindait la poitrine de l'intérieur. Sa respiration se saccada, se stoppa puis expectora des gouttelettes de sang d'entre ses lèvres. Allers-retour de sa cage thoraciques se firent sifflant, inquiétant. Irion en avait l'estomac retournait et regardait la scène paralysé. Il voulu s'approcher du blessé mais quelque chose lui susurra en son fort intérieur de se tenir tranquille et tint la bride à ses impulsions pleines de bonne volontés et pourtant destructrices. Le jeune prince humain percevait son environnement depuis une immersion sous le niveau de la mer. Les sons rebondissaient et se diffusaient de manière incompréhensible. Réveil, réveil... douleur... Il toussa une nouvelle fois, se senti partir puis se raccrocha à une pressions sur son front et son torse. Une chaleur sembla l'envelopper, puis se dissiper... non ! Il devait s'y raccrocher. Comme à un maigre fil d'araignée. Puis se senti glisser... Désespoir succin, ascension émotionnelle d'un homme que l'on rattrape au vol alors qu'il se senti perdu. Il affirma sa prise. La douleur sembla s'atténuer. Il voulu s'abandonner à cette chaleur réconfortante et partir, l'esprit libre dans cette douceur apaisante... Mais non, il devait remonter. Se laisser tirer et se hisser à la surface de son inconscient, à bout de bras. À bout de force.

Un convulsion fit tressaillir son corps tout entier... Puis une nouvelle secousse. Et à la troisième son buste se redressa brutalement comme s'il venait de remonter à la surface d'un terrible et profond océan. Il chercha ses goulées d'air mais rien. Panique. Il avait écarquiller ses yeux à la pupille choquée par tant de luminosités. Si dilatée que le jeune homme en fut aveuglée. Il senti son corps se rallonger, mais voulu résister, au moins pour se mettre sur le côté et reprendre son souffle, cracher le liquide visqueux accumulé dans ses poumons... Rien que cet effort lui coûta nombre de douleur. Mais l'instinct prenait le pas. Il se tint les côtes d'un bras et toussa tout ce qu'il put, le visage crispé par le fatigue et la douleur aiguë de sa cage thoracique. Le sang éclaboussa l'herbe à côté de lui avec la même épaisseur que l'eau accumulé dans le corps d'un rescapé d'une noyade. Sauf que l'eau en question avait un goût métallique, un éclat carmin et une viscosité écœurante sur sa langue. Mais il pouvait respirer. Difficilement, sifflant à chaque mouvement d'abaissement et de soulèvement. Le blondinet se laissa aller sur le côté, reprenant son souffle. Il vivait. Il avait lutté mais maintenant la bataille terminée, il vivait.

Lentement il fit rouler ses yeux autour de lui. Il ne distingua que des formes et des couleurs flou mais le tout gagnait peu à peu en netteté... Avec précaution, il se tourna un peu pour apercevoir du coin de l’œil le visage de ses sauveur. Il distinguait vaguement leur couleurs de cheveux ainsi que leurs yeux, mais rien de plus. Un peu en retrait, dans l'axe de ses yeux, deux lueurs rougissantes lui sembla apparaître. Il se crispa, puis se détendit en se disant que ce n'était pas ce qu'il pensait puis refit un autre tour d'horizon et vit une nouvelle lueur rougissante, bien que moins intense. Mais ceci le rassura dans l'idée que... Ce n'était pas ce qu'il avait pensé.

– Où... Où suis-je.. ? Demanda le blessé dans un souffle avant d'ajouter dans un soupir : merci...




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Mythril
Niveau 3
Niveau 3


Messages : 157
Date d'inscription : 09/11/2013




MessageSujet: Re: Moi aussi ma mamie elle est vielle [ PV : Mythril ] Sam 15 Nov - 13:09:01



Ça y est ! La dragonne avait gagné ! Sa sœur avait encore une fois raison. Comme il était facile de maîtriser un dragon mâle, il suffisait juste de taper sous la ceinture, et fierté oblige, celui-ci devenait aussi docile qu'une petit mouton. Il sourire suffisant se placarda sur ses lèvres reptiliennes alors qu'elle savourait un peu trop vite sa victoire. Le dragon en face d'elle entama sa transformation sous leurs yeux comme elle l'avait espéré. La joie fit place à la curiosité. De quelle race pouvait bien être l'avorton ? Sûrement un dragon rouge ! Ça ne pouvait être que ça ! Ses prunelles sanguines et son tempérament colérique ne laissait aucun doute là dessus.

Quelques écailles apparues sur le corps de son homologue et les pupilles reptiliennes se contractèrent sous le flot d'émotions fortes. Si le gamin ne faisait rien pour cacher son dégoût de la femelle, elle n'en fit pas plus à la vue des couleurs sombres qu'arborait petit à petit Irion. Un dragon noir ! Un maudit dragon noir ! Un de ceux qui avaient, à l'aide des démons, exterminé bon nombre de dragons dorés et de leurs partisans ! Sales engeances ! Pourritures ! Son souffle glacé s'intensifia sous la colère, créant une petite buée autour de ses naseaux. Comme il aurait été simple de lui sauter à la gorge et d’en finir avec cette aberration. Protéger son Patriarche d'un maudit noir et venger la mort de ses parents. Oh douce consolation qui aurait put consoler son cœur ! Mais il y avait une autre information à traiter dans cette équation : il n'était pas natif et il aurait été injuste de l'accuser de crimes qu'il n'avait pas commis. Sa fureur glacée se calma alors remplacée de nouveau par la curiosité.

Son inquisition fut stoppée net par un glapissement. Son prince avait besoin d'elle ! Abandonnant sa forme de dragon dans un bond gigantesque, elle fonça dans sa direction afin de lui porter assistance. Inconsciemment, il reprenait contrôle de ses pouvoirs mais c'était encore trop approximatif. Elle attrapa alors les mains de son aîné avec les siennes et les reposa sur le corps de l'humain. Cette fois, c'est elle qui les guiderait, lui et ses pouvoirs. La lutte était intense, l'esprit du prince était houleux. Il était perdu et se montrait quelque peu rebelle malgré lui mais à force de tentatives, elle fini par dompter l'esprit sauvage de Mythril qui se laissa guider sans broncher. Du moins jusqu'à ce que leur patient ne décide de faire des siennes et brise le lien par un de ses soubresauts .

Ce dernier se positionna alors sur le coté afin de faire sortir le sang qui était en train de le noyer. Douce ironie lorsque l'on sait que le liquide avait failli le tuer apportait d'ordinaire la vie. Le prince dragon posa alors une main qui se voulait apaisante sur le dos de son protégé et le massa. Doucement. Tendrement. Comme l'avait fait une main par le passé alors qu'il n'était qu'un tout jeune dragonnet et qu'il était perdu. Trahi. Bafoué. Par ceux de son espèce. Par ceux qu'il croyait ses frères. Sa famille.

- Ne vous inquiétez pas... Jeune prince. Vous êtes en sécurité. Reposez-vous maintenant. Vous êtes entouré d'amis...

Sa main servit ensuite d'appui au jeune humain. Gel avait préféré s'éloigner, pas la peine de s'attrouper comme des animaux au risque de faire suffoquer le plus faible du groupe. Elle leur tournait le dos mais entendit la voix pleine de bonté de Mythril et son cœur se serra. Même s'il n'était qu'un Oméga, elle pouvait sentir tout l'amour paternel, qui animait d'ordinaire leurs souverains, transparaître de l’aîné.

- Ne forcez pas... Vous aurez tout le loisir de nous remercier lorsque vous serez de nouveau sur pied !

S'échappa alors un rire d'entre ses lèvres. Léger. Virevoltant dans les airs. Il était apaisé. L'enfant allait mieux et était désormais réveillé. De sa main valide, il déchira un pan de la robe qui lui servait de tunique afin d'en faire un linge propre. De toute façon il n'aimait pas cette robe et serait plus qu'heureux de pouvoir s'en débarrasser au plus vite.

- Pourriez-vous nous apporter un peu d'eau s'il vous plait ?

Son regard or et azuré fixait maintenant l'assemblée, les intimant à accéder le plus rapidement possible à sa requête. Si Anduin voulait trouver une meilleure position, alors l'elfe l'aiderait dans son entreprise mais il l'empêcherait de se lever.

_________________
Paroles Pensées Descriptions
Transparence :
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Perse One
Niveau 1
Niveau 1


Messages : 19
Date d'inscription : 08/12/2013




MessageSujet: Re: Moi aussi ma mamie elle est vielle [ PV : Mythril ] Dim 16 Nov - 20:03:10

Le soin n’avais jamais été un truc de Perse. Les choses de lumière n’avais jamais été son truc tout simplement. De base le soleil ne l’aimait pas et son corps le savait parfaitement. Le fait de se sentir aussi mal en ce moment en était la preuve même. Il en aurait presque envie d’en rire d’ailleurs de son manque de chance. Enfin on ne change pas sa génétique d’un claquement de doigt et puis la nuit était une douce amante et très bonne protectrice. Observer Gabriel guérir l’autre blond du coin avait été beau à voir. La magie en action avait toujours un coté magnifique, du moment que ce n’était pas tourné vers sois. C’est ce genre de chose qui faisait presque regretter au jeune vampire de ne pas avoir suivi des cours à l’école de magie, presque, mais la vie sur mers valait bien se sacrifice là.

« C’est une bonne chose si notre princesse est de nouveau consciente. J’espère simplement pour elle que la perte de sa couronne ne la rendra pas aussi nerveuse que lézard noir. »

Il fallait qu’eux deux le comprenne, ici ils n’étaient plus rien ici. Plus de titre, plus de couronnes, plus d’argent, plus de vie, tout à reprendre du tout début comme si on venait juste de naitre. Il aurait presque eu pitié pour eux, presque, mais il n’avait pas le temps pour cela. L’attitude de l’elfe le rendait un peu nerveux, les attitudes parental c’était toujours quelque chose qui lui donnait des frissons étrange. Il secoua la tête avant de se lever et se frotta un peu l’arrière train.

« Je vais aller lui chercher à boire. Mademoiselle dragonne, se sont deux arrivants, un peu perdu, tu sauras peut-être les renseigner sur certain point le temps que je revienne. Prince de toi-même, je n’oublie pas de quoi ta laver tes si noble pieds. »

Sur ses mots il sortir deux petites gourdes de son sac et laissa le reste comme preuve qu’il reviendrait. On lui avait toujours appris à faire ainsi ; si on fait confiance et qu’on ne souhaite pas fuir laisser ses affaires, sinon tout prendre et ne jamais revenir. Pour un vampire il se trouvait assez noble dans sa cause. Il courut d’ombre en ombre jusqu’au fleuve en contre bas de leur position actuelle et remplis les deux gourde avant d’enfin se rincer la bouche. Ce gout de vomi l’avais suivis bien assez longtemps. Il remonta assez rapidement et donna l’une des deux gourdes à Gabriel avant de jeter l’autre à Irion. Il se tourna vers Anduin et l’observa rapidement de haut en bas.

« Bienvenue sur Calypta, au fait. Je ne serais pas forcément poli et courtois, mais si je peux t’aider ça sera avec plaisir. Du moment que je ne meurs pas. Je suis Perse, ou One, ou chieur de boudin, ou n’importe quel nom que tu voudras, mais soit inventif si c’est une insulte s’il te plait. »

Suite à cela il alla se remettre bien à l’abri sous l’ombre déjà assez nauséeux. Qu’il détestait les journées ensoleillées comme aujourd’hui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Irion
Niveau 1
Niveau 1


Messages : 10
Date d'inscription : 24/10/2014
Localisation : Sur une terre inconnue 0_0 au détour du néant




MessageSujet: Re: Moi aussi ma mamie elle est vielle [ PV : Mythril ] Mer 19 Nov - 22:36:39

Que Gauche lui manquait… Cette valeureuse orc au sang chaud n'aurait pas tardé pour en coller une l'avorton malade. Que Droite lui manquait ! Cette humaine avait le dont de glacer les impertinent d'un seul regard annonçant clairement qu'elle l'empalerait à la prochaine rebuffade. Que la présence de ces deux femmes lui manquait, surtout dans un instant pareil. Il n'aurait même pas eut à parler que le vampire se serait retrouvé les deux jambes brisée. Le bon vieux temps…

– Le « lezard » pourrait très bien vous réduire en cendre dans la seconde ! Surtout si vous l'appelez une nouvelle fois « princesse ».

Irion n'avait pas eut le temps de rejoindre son ami que l'autre avait détourné son attention avec ses moqueries de court de récréation. Auxquelles le dragonet ne pouvait plus faire la sourde oreille, sa gorge devenant rougeoyante et incandescente au niveau de sa gorge humaine. Juste au dessus du rubis refermant le col de sa tunique. Il laissa néanmoins le brun aller cherche de l'eau. Malgré son insupportable insolence, il se rendait pour la première fois utile depuis leur récente rencontre. Pour le reste… Irion avait du mal à digérer l'évidence. Loin de son monde, il n'était plus rien. Et il en avait un sentiment de sûreté un peu trop prononcé pour être anodin.

Anduin, lui, reprenait tranquillement ses esprits. Il n'avait que vaguement entendu les paroles de Perse et de ce fait n'en fit aucun commentaire. Il se concentrait sur sa respiration uniquement. Il avait du mal à la laisser glisser entre ses poumons. L'humidité visqueuse y était toujours présente, la pression contre ces muscles également et il savait dans quelle position se mettre une fois son souffle reprit. Avec précaution il essaya une fois de se redresser, en vain. Il se reposa quelques instants puis retenta sa chance et réussi à se hisser son buste et l'appuyer contre le tronc de l'arbre au pied duquel il était installé. Un grand arbre épais de tronc de comme de feuillage. Les dents serré, les traits tiré et déterminé, il se détendit alors un petit peu. Avant de se crisper de plus belle en reconnaissant l'être face à lui... Sa tête lui tourna soudain et ce n'était pas seulement due à sa convalescence.

– Vous... Que faites vous... ici.. ? Comment osez... vous... Vous tenir devant... moi?

La respiration du blondinet se fit plus heurtée. Irion, qui pensait à l'autre suceur de sang en se demandant s'il le tuait lui même ou s'il attendait d'avoir quelqu'un pour le faire à sa place, fut extirpé de ses réflexion et se raidi face à Anduin. Il redressa sa stature. Carra les épaules et soutint le regard emplie de colère et... de haine ? – Douloureuse impression. Il ouvrit légèrement la bouche pour parler, mais se ravisa. Il fronça légèrement les sourcil. Devant lui, le prince humain toussait par intermittence avec son rythme cardiaque effréné par la colère et l'envie insidieuse de lui faire regretter, à ce maudit dragon, les horreur qu'il fit subir à tout les peuples de leur monde. D'ailleurs, malgré tout ses efforts, le convalescent vacillait comme s'il était ivre d'alcool, sa tête lui tournait et l'épuisement l'assaillait malgré son long sommeil...

– Sachez, Jeune Prince, que je vous ai sauvé la vie. Enfin, disons que j'y ai contribué. Sans moi, vous seriez mort. J'ai eut l'honneur de croiser Gabriel – il inclina sa tête vers l'elfe en signe de reconnaissance et de remerciement solennel – qui a usé de ses talents pour vous ramener parmi nous. Pour l'heure, vous feriez mieux de vous reposer. J'ai comme l'impression que nous auront on long voyage à faire pour rentrer chez nous.

Avec la force de l'habitude, il plaqua son sourire doucereux sur ses lèvres. Son fichu sourire qui, à cet instant, manqua de faire vomir Anduin tant il lui paru hypocrite et acerbe. Une nouvelle tinte de toux, une respiration sifflante et le voilà en train de se tenir les côtes et de serrer les dents face à l'impression de faire transpercer par un poignard fut grande. À côté de lui il gratifiait l'autre blond, Gabriel, d'après le bébé-dragon, empreint de remerciement et de reconnaissance.

Lorsque le vampire revint, Irion attrapa la gourde au vol sans un merci ni un regard ni un sourire attestant de sa reconnaissance ou de quelconque marque de politesse. Il se détourna du monde pour aller se mettre à l'écart pour nettoyer ses pieds souillés. Aucun intérêt de rester près cette énergumène, d'autant plus que son ami n'avait visiblement ni envie ni besoin de lui. Un soupir lui échappa alors qu'il s’asseyait derrière un arbre, seul dans son coin, histoire digérer tout ce qu'il venait de lui arriver, l'esprit en paix.

De son côté, Anduin ne le retint pas et le suivit du coin de l'oeil, méfiant à l'extrême puis posta son attention sur le 'nouvel arrivant' qui se présentait en le dévisageant. Ceci était gênant. Ses joues rosirent à peine de honte à se présenter dans un état pareil à des inconnues – il était prince, il se devait d'avoir une tenue honorable! – puis il réprima cet émotion. De toute manière, il n'était pas en mesure de montrer autrement. Il tiqua un instant à entendant les paroles de Perse. Pourquoi, diable,
Anduin le gratifierait d'un surnom ridicule sans queue ni tête. Au contraire, il était plutôt compatissant, remarquant que ce jeune homme ne fut point au milieu de sa forme, lui non plus.

– Je ne vous obligerait... pas à vous exprimer d'une autre... façon que la votre. Je vous suis... reconnaissant... pour votre aide. Merci. Je me nome And...

Le débit de parole haché, il finit par couper en plein milieu de phrase, prit par une douloureuse quine de toux qui lui humidifia ses yeux de douleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Mythril
Niveau 3
Niveau 3


Messages : 157
Date d'inscription : 09/11/2013




MessageSujet: Re: Moi aussi ma mamie elle est vielle [ PV : Mythril ] Jeu 20 Nov - 22:12:54



Aie ! Que sa main lui faisait mal en cet instant ! Mais l'elfe ne fit pas part de son désarroi aux autres. Tenir bon. Respirer calmement et laisser passer. La douleur finirait par s'en aller. Ce n'est pas parce qu'un petit prince humain vous l'écrase contre un arbre en y mettant tout son poids, même si l'humain en question était un moineau, qu'il fallait obligatoirement chouiner ! Se mordant tout simplement la lèvre inférieure, il attendit la première opportunité qui s’offrait à lui pour néanmoins se soustraire à l'étau qui le retenait prisonnier et accessoirement lui faisait mal. Il découvrit alors une main rougie par les maltraitance mais se garda de le montrer aux autres. Il se soignerait en tout voulu.

Son regard se porta alors sur Anduin et la moindre des choses qu'on puisse dire est qu'il fut complètement choqué de voir l'animosité qui transparaissait des yeux de l'éveillé. Surtout lorsqu'il découvrit la cible de sa fureur. Irion. N'étaient-ils pas censés être amis ? Alors pourquoi ces paroles acerbes et emplies de venin ? Son cœur se serra face à la colère non contenue. Était-ce de l'empathie ? Il ne savait guère, mais il était clair qu'en cet instant son cœur lui faisait énormément souffrir. Comme si on s'amusait à le serrer sans retenue aucune. Il inclina toutefois la tête face aux remerciements du brun, lui montrant qu'il ne s'acharnerait pas dessus comme l'avait fait les autres.

- Ne vous énervez pas jeune prince... Cela ne fera qu'accentuer vos toux...


Les paroles avaient été adressées à l'humain, mais son regard or et azur n'avait pas quitté le dragonnet qui c'était écarté de la compagnie improvisée. C'est à ce moment-là que Perse décida de faire de nouveau son entré et apporta l'eau. Tant mieux, il pourrait focaliser toutes ses pensés sur le nettoyage de son patient plutôt que sur la tension environnante. Franchement, si rien ne changeait, ça annonçait une soirée des plus joyeuses...

- Merci Perse.

Cette fois, il ne referait pas l'erreur de lui demander d'aller s'occuper de nouveau d'Irion. L'inimitié qui régnait entre les deux mâles était plus que palpable et il s'en fallait de peu que l'un ne se jette à la gorge de l'autre. Il trempa le linge qu'il avait auparavant déchiré de sa robe et commença à humecter le visage du blond avec. Blond qui c'était remit à tousser alors qu'il tentait de répondre au vampire. Posant une main sur l'épaule de l'adolescent afin d'avoir son attention, il lui tendit alors la gourde dans l'espoir que ce dernier prenne quelques gorgés.

- Tenez... Buvez ceci...

Pour le moment l'état de l'arrivant l'inquiétait grandement et il c'était fait un devoir de le veiller. Mais il était clair qu'une fois hors de danger, il irait s'assurer de l'état du brun. Même s'il ne montrait que sa colère, le petit dragon n'en avait pas moins été blessé par la réaction de celui qu'il avait tenté d'aider. Du moins c'est ce que pensa l'elfe. Il cacha encore une fois son émoi, jouant son rôle de médecin sans sourciller. Le ton de sa voix était doux et apaisant. Se voulait rassurant. La dernière chose qu'il voulait en cet instant, c'était que l'autre ne s'énerve un peu plus. Fixant l'être adossé à l'arbre, il réalisa alors qu'il était clairement plus petit que lui! Plus petit que tous les mâles du groupe d'ailleurs. Face à cette douloureuse constatation, il failli presque bouder. Heureusement que Gel était plus moins haute que lui... enfin quand elle ne se transformait pas en gros lézard ailé... Il soupira, espérant faire passer cela pour une réponse au comportement quelque peu récalcitrant d'Anduin.

- Je vous autoriserais à prendre de nouveau la parole lorsque vous aurez reprit une respiration un peu plus régulière.

Pendant ce temps, la petite aux cheveux blancs était ressortie du fourré pour surveiller les environs sous son imposante forme. Les histoires autres bipèdes lui passaient des kilomètres au dessus de la tête et elle donc décidé de s'écarter volontairement. Puis elle était aussi quelque peu jalouse que son prince se montre aussi paternel avec un vulgaire humain. Si seulement elle pouvait être à sa place pour se faire dorloter de la sorte. Cette douce jalousie l'avait même poussée à s'imaginer en train de virer l'humain de Mythril pour y prendre sans honte la place, comme si c'était la chose la plus naturelle au monde.

_________________
Paroles Pensées Descriptions
Transparence :
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: Moi aussi ma mamie elle est vielle [ PV : Mythril ]

Revenir en haut Aller en bas

Moi aussi ma mamie elle est vielle [ PV : Mythril ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» La perfection existe-t-elle ?
» Une guilde de ce genre existe-t-elle déjà ?
» Le titre ... toujours aussi dur d'en trouver un ...
» La Roue de l'Hydre... Attention : Elle tourne!
» L'atomiswave vaut-elle le coup?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Empire Calypta :: Neutre :: Centre :: Grand Pont-