AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

La patiente nocturne [PV Néo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar


Svenhild
Niveau 2
Niveau 2


Messages : 116
Date d'inscription : 10/11/2013




MessageSujet: La patiente nocturne [PV Néo] Lun 28 Mai - 19:38:14

Orion Weiss jeta un dernier regard vers sa bibliothèque, où un grand vide marquait l'absence de l'un de ses livres, et referma prudemment la porte de son bureau derrière lui. Les couloirs Sahociens étaient plongés dans les ténèbres - la nuit était tombée depuis plusieurs heures -, mais il s'y déplaçait avec aisance. Il les connaissait bien, et la pénombre n'avait jamais gêné sa vision. Il n'eut de tout façon pas à aller bien loin. Il rejoignit le bureau qu'il cherchait après une vingtaine de pas seulement. Arrivé devant, il remonta les lunettes au sommet de son nez dans un geste habituel. Et frappa.

Il attendit l'invitation à entrer avant de pousser la porte, et comme précédemment, referma derrière lui avec douceur. Il eut un sourire timide envers son hôte, qu'il salua d'un hochement de tête.

- Je vous remercie de prendre le temps de me recevoir. Je suis... légèrement incertain d'une décision dont j'aimerais vous faire part. Puis-je ?

Demanda-t-il en désignant une chaise. Son regard tomba malgré lui sur un livre de la pièce. Il essaya de l'ignorer pour se concentrer sur la raison de sa visite.

- C'est au sujet de... Hmm vous avez entendu parlé du meurtre d'hier soir aux quartiers Redor, je suppose ? Le "repenti".

Autrefois membre d'un culte démoniaque du Valnor, le "Repenti" avait renié le Sahoc quelques mois plus tôt, et refait sa vie au sein de l'église chrétienne de la capitale, où il invitait tous les damnés du Sahoc à le rejoindre sur la voie de la rédemption. Un partisan du Sahoc l'avait apparemment rejoint hier, mais pour le mener vers la voie du Salut. En dépit de sa garde rapprochée, le prêtre avait été retrouvé mort hier, l'oeil de sang du Valnor inscrit sur son front. La nouvelle n'avait pas étonné Orion outre mesure ; le Valnor n'oublie jamais, disait-on. Néanmoins, l’événement, à deux semaines du tournoi, avait mit à vif les tensions latentes entre les Sahociens et Redoran de la capitale.

- Le Redor est sur les dents ; tous les soigneurs ont reçu un appel à témoigner. Redoran, Neutres et Sahociens sans distinction. Ils proposent une belle récompense, je suppose qu'ils comptent sur l'appat du gain pour que chacun soit prêt à faire fi de son camp. Un paladin aurait blessé le meurtrier du Repenti avant que celui-ci ne prenne la fuite. Un coup d'épée létal au niveau du flanc droit. Ce qui signifie, si l'assassin n'est pas un mage aguerri, qu'il a probablement nécessité l'aide d'un soigneur.

Sur ces derniers mots, le mage avait abaissé la tête, faisant tomber ses lunettes sur le bout de son nez. Il les recala d'une main experte, et releva la tête.

- Une patiente est venue frapper à ma porte, hier soir. A la même heure que les quelques précédentes fois où vous me l'avez amenée. Mais elle était seule, cette nuit là, et la blessure était grave : elle avait une profonde entaille au niveau du flanc droit... Elle m'a expliqué que vous étiez agacé. Elle aurait commis des erreurs de débutant et manqué de vigilance durant son entrainement ; assez pour que vous la blessiez et ne daigniez pas l'accompagner à mon bureau. Elle voulait que je la soigne, et que je me garde d'évoquer le sujet en votre présence. Honnêtement...

Il leva un regard franc vers le chevalier.

- En plus de la soigner, j'aurais obtempéré sur le dernier point également, si je n'avais appris le meurtre du Repenti le lendemain. J'ai l'habitude que les patients me mentent, cela ne me dérange pas. D'autant qu'elle est d'ordinaire si franche que quelques mensonges de temps en temps ne lui feraient pas de mal. Mais étant donné les tensions actuelles... Je n'ai encore rien déclaré. Je préférerais n'avoir aucune affaire avec le Redor. Et l'enfant m'est sympathique. Mais elle n'est plus sous la tutelle du Redor, et on la sait en entrainement avec vous. Dans le cas où l'identité du meurtrier venait à s'ébruiter...Je me suis demandé si... Eh bien, je me suis demandé si les plus méfiants n’interpréteraient pas ses actes comme la conséquence de ses nouvelles affiliations et de leur influence sur elle.

Mal à l'aise, Orion se tut. Un silence gênant s'éternisa, avant qu'il ne cède :

- Devrions-nous la dénoncer pour nous éviter les médisances, ou pouvons-nous rester discrets sur cette affaire ?

_________________
Sorts:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Néo Lightfellow
Niveau 1
Niveau 1


Messages : 38
Date d'inscription : 13/09/2014
Age : 29




MessageSujet: Re: La patiente nocturne [PV Néo] Mar 29 Mai - 11:30:30

"Entrez."

Prononça le chevalier noir sur un ton neutre après avoir entendu quelqu'un frapper à la porte de son bureau. Un homme d'apparence jeune aux traits de visage fin entra dans le bureau quelques secondes après, refermant la porte doucement derrière lui. Orion Weiss, un mage soigneur efficace du Sahoc dont le chevalier avait la connaissance depuis un petit moment sans pour autant que cela ne dépasse quelques rencontres rares. Néo leva un sourcil en le voyant, habituellement il ne venait que lorsqu'il avait un rendez vous ou quand il était appelé, jamais de lui-même... était-il possible que cela ait un rapport avec l'appel du Redor ?

Orion lui expliqua son problème, faisant lever un sourcil de circonspection sur le visage du général en chef des armées du Sahoc. Il poussa un soupire doucement avant de répondre:


"Vous avez bien fais de venir me voir, docteur. L'information ne m'aurait pas échappée mais j'apprécie votre discernement."

Commença-t-il calmement en fixant le mage du regard... peu de choses échappaient au cland des Ombres dans la capitale de Calypta, surtout du côté du Sahoc. Il resta ensuite silencieux quelques secondes, se tapotant la joue distraitement en réfléchissant à la marche à suivre.


"Je n'ai que faire de ce que pense le Redor, les méfiants penseront de cette manière quoiqu'elle fasse et cela retombera principalement sur le maitre d'arme Louviann..."

L'Inquisition devait d'ailleurs sans doute déjà travailler dans l'ombre pour retirer de son travail le tuteur Redoran, n'apprenant jamais de leurs erreurs passées. Combien de guerriers d'exceptions avaient-ils perdus depuis la fondation de leur ordre simplement parce qu'ils n'étaient pas aussi obsessifs qu'eux ? Parce qu'ils leur arrivait de faire une erreur sans même parfois vraiment le vouloir ? Sans même parfois pouvoir y faire grand chose ? Derrière le chevalier noir, son ombre incontrôlée, déployée par les lampes de son bureau sur le mur, semblait avoir prit vie et se mit à prendre une apparence extrêmement morbide, dévoilant la colère froide du chevalier au grand jour.

"Cependant... vous avez raison de vous poser la question sur la marche à suivre. Et si l'on demandait à la demoiselle ce qu'elle en pense ?"


Ajouta-il sur un ton plat avant de se lever de son siège. Le chevalier noir pouvait forcer les choses pour qu'elles abondent dans son sens mais... cela n'avait aucun intérêt si l'interlocuteur en face n'avait pas l'impression d'avoir fait ce choix de lui-même après tout.

"Sanae... Ferme les yeux de nos ennemis."

Ordonna-t-il d'une voix ferme, mais il n'eut pour seule réponse qu'une flamme bleue qui allumait l'une des bougies sur son bureau qui s'éteignit. Le chevalier attrapa son épée pour la mettre à sa ceinture, il n'en avait pas besoin pour se défendre mais certaines habitudes ne se perdent pas.

"Allons-y, docteur."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Svenhild
Niveau 2
Niveau 2


Messages : 116
Date d'inscription : 10/11/2013




MessageSujet: Re: La patiente nocturne [PV Néo] Mar 29 Mai - 19:35:55

Pris de court, Orion se releva précipitamment pour rejoindre Néo. Il eut tout juste le temps de replacer ses lunettes au sommet de son nez.

- Si vous le permettez, je préférerais vous laisser la charge de cet échange.

Il adressa au chevalier un sourire d'excuse, et comme ce dernier n'insista pas, s'esquiva sans se justifier. Serviable et dévoué, il aurait volontiers accompagné Néo s'il avait pensé que sa compagnie aurait été d'une aide quelconque. Mais son intuition lui disait que la jeune femme ne serait guère sensible à une embuscade groupée. En particulier si l'un des assaillants venait la tirer de son sommeil pour discuter du sujet même qu'elle lui avait supplié de taire. Songeur, Orion retrouva le confort de son bureau, empli de toute une collection de livres rares et précieux - moins un, qui avait quitté son étagère la veille.

"Rituels et pactes de sang - Tome I" reposait sous la main d'une jeune femme endormie. Il avait voyagé une nuit plus tôt depuis le bureau d'Orion Weiss jusqu'à un petit logis du quartier neutre. La bâtisse était modeste, et presque vide. En dehors des quelques vêtements qui garnissaient le placard et l'épée batarde et la bouteille étalées sur le lit, le logement était dans le même état qu'avant sa location. Une odeur d'alcool de miel embaumait la pièce, mais le vent la dissipait petit à petit au travers de la fenêtre à demi ouverte.

La locatrice avait bien tenté de tracer des runes de protection à sa porte et sous la fenêtre, mais furieuse de ses échecs répétés, elle avait fini par en effacer rageusement la craie. Au final, aucun enchantement et ni aucune forme de vigilance ne la protégeaient en ces lieux.

Quand des coups frappèrent à sa porte, Svenhild se redressa en sursaut. Le mouvement fit tomber la bouteille vide, qui éclata au sol dans un fracas de verre. La jeune femme se leva du côté du lit où les éclats ne s'étaient pas propagés, et se vêtit à la hâte d'une chemise qui lui descendait jusqu'aux genoux. Le coeur battant, elle jeta un regard hésitant vers l'épée batarde, puis vers la porte. Finalement, elle alla ouvrir la porte sans prendre l'arme.

Un vent brusque s'engouffra, repoussant ses cheveux et jouant avec les pages du livres d'Orion. Les yeux de la jeune femme s'écarquillèrent.

- Vous... ?!

Elle s'écarta aussitôt pour laisser la silhouette entrer, et referma la porte sur son passage. Elle l'observa, incertaine. Elle n'avait pas de bougie ; la lune seule éclairait la pénombre de la demeure. Mais ses yeux s'étaient habitués à l'obscurité, et c'était bien Néo qu'elle avait en face d'elle. Ou bien... Est-ce que Ryu était venu la taquiner ? Sans trouver de réponse à ses interrogations, la jeune femme se détendit un peu. Ce n'était pas Louviann. Ce n'était pas un Redoran. On ne venait pas l'acculer pour ses crimes. Les battements de son coeur s'apaisaient doucement dans sa poitrine. Pour autant, elle ne trouva aucun mot pour accueillir le chevalier. Elle se contentait de le fixer en silence, méfiante et intriguée.

_________________
Sorts:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Néo Lightfellow
Niveau 1
Niveau 1


Messages : 38
Date d'inscription : 13/09/2014
Age : 29




MessageSujet: Re: La patiente nocturne [PV Néo] Mer 30 Mai - 21:26:37

Néo se contenta de hocher simplement de la tête à la demande du docteur, il était vrai qu'il n'avait pas forcément besoin de sa présence et qu'il était tard... et surtout que cela déraillerait sans doute la conversation avec la viking. Le chevalier nota tout de même dans un coin de son esprit de récompenser le médecin pour sa loyauté envers le Sahoc, il avait fait un choix tout à fait convenable à ses yeux avec les cartes qu'il avait en main.

Ce n'est que quelques temps plus tard que Néo arriva finalement devant un petit bâtiment comme l'on pouvait en trouver partout dans le quartier. Svenhild lui ouvrit la porte peu de temps après qu'il ait signalé sa présence, dévoilant sa tête à moitié endormie mais ne semblait globalement pas être en mauvais état, signe que le docteur Weiss avait fait du bon travail la veille.


"Bonsoir Svenhild."

Prononça-t-il sur son ton plat habituel en passant le pas de la porte, observant au passage les morceaux de verres de la bouteille qu'il avait entendu se fracasser plus tôt ainsi que l'épée bâtarde un peu plus loin qui n'était pas prêt de la demoiselle. Avait-elle dormit avec la bouteille sur son lit pour qu'elle s'éclate ainsi à son réveil ?

"Pardonnez cette visite aussi tardive, mais attendre le levé du soleil aurait été... problématique, étant donné la situation."

Commença-t-il calmement, nul gêné par les ténèbres qui avaient suivit la fermeture de la porte. Il concentra son regard sur la demoiselle guerrière avant d'ajouter:

"Vous ne le savez peut-être pas mais il se trouve qu'hier soir un meurtre à eut lieu au sein du Redor, un... 'repenti' du Sahoc."

Il prononça la dernière partie de la phrase avec dédain, tous les Sahociens ont du sang sur les mains pour de bonnes et de mauvaises raisons, les terres de la déesse reine Angélique ne sont pas faites pour les faibles d'esprits après tout.

"Il ne sera pas pleuré, que ce soit par les Redorans ou les Sahociens, mais c'est une tâche sur l'honneur 'parfait' du Redor aussi les tensions se sont ravivées malgré l'approche du tournoi... ils recherchent activement une personne ayant été blessée par une épée de paladin, incapable de se soigner d'elle-même, auprès de soigneurs de tous les pays qui résident dans la région avec une grande récompense à la clé."

Il sortit de l'une des poches intérieure de sa cape un petit cristal dans lequel il infusa de la mana, lui faisant ainsi émettre une lumière blanche-bleuâtre. Il le lâcha finalement mais au lieu de tomber, le cristal vient se placer à ses côtés en lévitant.

"Or, coincidence, il semblerait que l'on ait eut un entrainement hier soir où vous avez été particulièrement agaçante, Svenhild, agaçante au point d'être en moins bon état qu'habituellement en sortant."

Il se rapprocha calmement de l'épée bâtarde pour l'observer silencieusement quelques secondes avant de reposer son regard sur la viking.

"Il ne me coûte rien de me souvenir de cet entrainement mademoiselle, les sujets de sa majesté la Déesse Reine Angélique n'ont aucuns comptes à rendre au Redor après tout, mais vous... vous associer à mon nom ostensiblement de cette manière risque de poser plus de problèmes que vous ne sembleriez le comprendre, Svenhild, aussi contrairement à la première fois que nous nous sommes rencontrés, je vais en dire plus sur ce qu’entraîne notre association... Je suis un traître du Redor, le fils survivant unique d'une famille honorable morte des mains de l'un des agents du Sahoc, un traitre devenu à la fois leur ennemi numéro 1 et la cible prioritaire de l'Inquisition Redoran, à savoir tout le contraire du seigneur Louviann."

L'ombre du chevalier qui venait d’apparaître suite à l'arrivée de la lumière semblait simplement se reposer en s'adossant à l'un des coins de la pièce tandis qu'il racontait ces faits, comme si cela ne le concernait pas.

"Vous, vous étiez la pupille de Tristan Louviann... du Valnor. Ancien Sahocien repenti, traître à son peuple mais maître d'armes respecté du Redor, une figure de l'acceptation du Redor quelque soit le passé de la personne. Ainsi, quoiqu'il se passe après le tournoi, quand notre association sera reconnue, les retombées sur son nom seront multiples au point potentiellement de lui coûter au mieux une partie de sa réputation, sa position au sein du Redor... et au pire une enquête de l'Inquisition Redoran. Il se peux même que le meurtre soit mis sur votre dos par principe, que vous soyez ou non coupable."

Il ne rentra pas dans les détails de ce que pouvait entraîner la présence de l'inquisition redoran dans les affaires d'une personne, les rumeurs sur le sujet parlaient d'elles-même. Ces fanatiques de l'église de l'Ordre ne cachaient que peu leur dédains de toutes les créatures non-humaines et bien qu'ils soient actuellement occupés à enquêter sur l'étrange démone arrivante qui avait pénétré la salle du trône de Celeste pour se déclarer voulant rejoindre le Redor, Néo ne doutait pas qu'ils sauteraient sur l'occasion de remplacer le maitre d'arme par l'un des leurs.

"Aussi, suis-je venu en cette nuit vous offrir à nouveau une porte de sortie, l'occasion de revenir légèrement sur vos pas: Nous pouvons mettre un terme à notre association ce soir, vous serez alors libre de l'ombre du Redor et du Sahoc."

L'ombre sur le mur se mit à faire les cent pas sur le mur, contrairement au chevalier qui resta stoic et impassible.

"Une autre solution serait de tout dévoiler après ou pendant le tournoi... je m'explique: 'Svenhild Svensdottir était en fait une agent du Sahoc depuis le début, une agent du Royaume de Valnor. Elle s'était rapprochée du Maitre d'Armes Tristan Louviann pour trouver un moyen de l'assassiner pour sa traîtrise mais les compétences de ce dernier ont faites qu'elle ne trouva aucune moyen de le faire, elle se retourna alors contre un autre criminel qui fut mis à mort. Elle fut ensuite rapatriée au sein du Sahoc suite à sa blessure avant de participer au tournoi aux cotés de Néo Lightfellow.'... les deux protégeront d'une manière ou d'une autre la réputation de Sieur Louviann."

Si on avait dit quelques semaines plus tôt au chevalier que la rencontre avec la demoiselle mènerait à une situation aussi étriquée, qu'on lui avait dit qu'elle était autant liée avec l'une des parts sombres du Sahoc malgré son association avec le maitre d'armes Tristan Louviann, il n'aurait sans doute pas pris cette information au sérieux.

"Ou alors, on laisse tout tel quel et le temps dira alors ce que les gens penseront de l'un ou de l'autre, je sous-estime après tout peut-être trop la réaction du Redor."

Il n'était pas omniscient et malgré son pessimisme, il espérait toujours ne serait-ce qu'un peu que son pays natal remonte du trou dans lequel il s'était engouffré dût en grande partie à l'inaction de Celeste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Svenhild
Niveau 2
Niveau 2


Messages : 116
Date d'inscription : 10/11/2013




MessageSujet: Re: La patiente nocturne [PV Néo] Jeu 31 Mai - 18:07:33

L'apaisement de la jeune femme fut de courte durée. A l'évocation du meurtre, elle se figea, le coeur arrêté. Choquée, aucun mot ne lui vint. En eut-elle eu, elle n'aurait su qu'en faire : mentir ou avouer ? Mais Néo ne l'interrogeait pas. Il affirmait. Les doutes angoissants qu'il avait distillés petit à petit prirent fin lorsqu'il reprit l'expression du Dr Weiss. Une vague d'émotions submergea la viking, subtil mélange de désespoir et de colère qui hurlaient en elle. Le souffle court, elle entrouvrit la bouche. Un geste vers elle, un seul, et son âme de dragon crierait une magie violente vers le chevalier.

Au lieu d'approcher, ce dernier s'éloigna un peu, distrait par l'épée. Svenhild l'observait toujours, immobile mais les sens en alerte. Alors, Néo désamorça la tension qui menaçait de la lancer à l'attaque. Il n'avait pas l'intention de la dénoncer. L'annonce arracha à la jeune femme une exclamation de soulagement étouffée. Elle essaya de retrouver son souffle, mais elle haletait toujours. Néo poursuivit, et la conversation prit encore un tournant déchirant. Prise de vertiges, elle recula maladroitement et s'assit à la petite table poussiéreuse qu'elle avait plaquée contre un mur. Tandis que son hôte l'accablait des vérités qu'elle avait désespérément essayé de fuir ces dernières semaines, la viking s'affaissait sur la table, la tête entre les mains. Aucun autre son ne sortait de sa bouche que son souffle haletant, mais des larmes roulaient sur ses joues et gouttaient sur la table.

Elle avait deviné, lorsqu'elle avait reçu le nom de sa première victime, que son commanditaire cherchait à atteindre Tristan à travers elle. Mais elle s'était cru plus maligne. Capable de garder son identité secrète jusqu'au bout. Si l'assassin du Valnor avait été assez discrète, la disciple de Louviann n'aurait jamais eu à s'imposer le choix de la façon dont elle allait le blesser. Mais c'était sa première mission, et déjà, l'identité de l'assassin était connue d'au moins deux personnes. Deux personnes qui ne lui étaient aucunement loyales. Comment espérer que la nouvelle ne se répande pas, après un tel échec ? Alors qu'il lui restait encore huit victimes ? Alors qu'elle avait tant peiné à cacher ses premiers crimes ? Non. La voix sans émotion de Néo faisait trop écho à ses propres pensées pour qu'elle puisse continuer à les ignorer.

Malgré l'acceptation de ces désillusions, malgré la solution que représentait le plan de Néo, celui-ci arracha des sanglots à la jeune femme. La "porte de sortie" était bien pensée, elle sauverait effectivement la réputation de Louviann. En se prétendant Sahoc depuis le début, elle couvrait le crime d'hier, ceux qu'elle cachait depuis quelques semaines, et aussi ceux qu'elle prévoyait. Mais cette porte, c'était aussi la porte de sortie du seul foyer qu'elle avait jamais connu. C'était une porte qui la séparerait à jamais du seul être qu'elle chérissait.

Alors que le silence prolongé l'appelait à donner une réponse au chevalier, la jeune femme recouvra son souffle et tourna vers lui son visage baigné de larmes. Sa voix, emplie d'une douleur sans nom, s'éleva doucement :

- Dites-moi, Néo... Que fait-on de sa vie, lorsqu'on a perdu la famille qui constituait tout notre univers ? Qu'est-ce qui a encore un sens, après ça ? Quelles ambitions peuvent encore mériter qu'on se batte pour elles ?

Ses yeux pleuraient encore de chaudes larmes, mais ils fixaient obstinément le chevalier. Elle l'appelait par son prénom pour la première fois ; elle avait besoin d'une conversation intime avec un humain, pas de formalités débitées froidement par un représentant politique.

_________________
Sorts:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Néo Lightfellow
Niveau 1
Niveau 1


Messages : 38
Date d'inscription : 13/09/2014
Age : 29




MessageSujet: Re: La patiente nocturne [PV Néo] Jeu 31 Mai - 19:12:18

"... Que fait-on de sa vie, lorsqu'on a perdu la famille qui constituait tout notre univers ? Qu'est-ce qui a encore un sens, après ça ? Quelles ambitions peuvent encore mériter qu'on se batte pour elles ?"

Etait-ce une coincidence ? A cet instant, ce n'est pas Svenhild que Néo vit devant lui poser cette question, il vit un jeune homme aux cheveux noirs longs de quelques centimètres seulement qui entrait à peine dans l'adolescence. Son armure couleur marron était couverte de sang et il le regardait avec un air désespéré. Calmement le noiraud posa sa main droite gantelée devant ses yeux avant de répondre calmement autant pour réaffirmer ses propres choix que pour répondre à la jeune femme. L'ombre du chevalier s'était approchée de celle de la jeune femme sur le mur, posant un genoux au sol et semblant poser une main sur son épaule.

"Je crois... qu'il n'y a aucune réponse correcte à cette question... on s'accroche à ce que l'on peux: parfois à sa peine, parfois à sa colère, parfois à son espoir... parfois aux trois à la fois et on fait avec. On s'acharne jusqu'à pouvoir trouver un sens, jusqu'à se trouver un nouveau but. Parfois ce but fait de nous ce que nous avons toujours combattus, parfois il réaffirme nos engagements passés... mais presque toujours la personne que nous étions avant meurt à ce moment là."

En disant cela, il se remémora ce regard remplit de tristesse, de pitié, d'impuissance... il n'oublierait jamais le regard de Celeste cette nuit-là. Il se remémora les sourires en coin abreuvés de plates condoléances du Redor. Il sentit la colère grimper en lui et cela se refléta dans son ombre. Il poussa cependant un soupire: il ne voulait pas agiter plus Svenhild en le lui disant mais du peu qu'il connaissait de Tristan Louviann, il doutait que le maitre d'arme ne prenne au sérieux les "révélations" de Svenhild. Il serait peut-être même capable de voir à travers celle-ci la patte du chevalier noir... et le fait qu'elle dise ça pour protéger sa position et son honneur. Elle risquait donc moins de blesser sa réputation, mais plutôt de blesser ses sentiments.

"Il y a divers exemples de ce genre de choses à travers l'histoire de Calypta: Une Paladin qui défia la Mort elle même pour récupérer son Aimé, en dépit de sa propre existence. Un Prince qui vendit son âme pour obtenir la puissance de venger son royaume perdu... un Chevalier qui abandonna tous ses idéaux pour faire en sorte qu'il y ait moins de tragédies comme celle qu'il avait vécu."

Continua-t-il sur un ton calme, légèrement lointain comme si lui-même se souvenait de quelque chose. Le Redor, le Sahoc... les Royaumes Neutres. Il n'y avait pas un seul camp qui n'était pas touché par les tragédies.


"... beaucoup sont aveuglés par leur nouvelle quête mais il y en a beaucoup plus qui finissent par se reconstruire une vie, une famille. Il suffit parfois d'une seule nouvelle existence dans sa vie pour tout changer."

Il se souvenait de cette légende à propos d'un homme ravagé par l'esprit de la vengeance suite à la mort de sa première famille qui, après avoir terrassé même des dieux, avait finit par poser les armes à la fin de sa quête pour élever un nouvel enfant.

"Mes mots peuvent sembler vides à cet instant, mais je peux vous assurer que vous finirez vous même par trouver la réponse à votre question, Svenhild. Pas forcément ce soir, pas forcément même au cours de cette année... mais on finit toujours par trouver une réponse."

Il garda cependant sous silence que certains ne trouvent leur réponse que sur leur lit de mort...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Svenhild
Niveau 2
Niveau 2


Messages : 116
Date d'inscription : 10/11/2013




MessageSujet: Re: La patiente nocturne [PV Néo] Sam 2 Juin - 14:27:24

Elle avait cessé de pleurer. Elle s'était accrochée aux paroles du chevalier, seuls mots intelligibles dans le silence dément de son esprit engourdi. Elle avait perdu confiance en ses propres jugements et décisions. Face à toutes ses erreurs, à leurs conséquences, elle ne pouvait plus que douter d'elle. Et plus personne pour venir à son secours - ni son clan, ni Gloria, ni Louviann. Plus personne d'autre que le jeune homme à la voix calme, et dont les peines du passé semblaient faire écho aux siennes. Dans une chute mortelle, qui se souciait de l'identité de celui qui vous rattrapait ?

Les yeux rivés sur Néo, elle acquiesça un remerciement silencieux avant de détourner le regard. Elle ne dit rien pendant un moment. Ses pensées lui revenaient lentement, et elle essayait d'écarter celles qui la briseraient pour ne garder en tête que les possibilités qui lui restaient. Elle ferma les yeux, prit une longue inspiration. Lorsqu'elle se leva pour s'avancer vers le chevalier, sa démarche était un peu fébrile, mais plus sûre qu'avant. Elle serra sa main dans la sienne, la releva entre eux comme en bras de fer intime. Elle était si proche que leurs visages n'étaient qu'à quelques centimètres, quand elle déclara, l'air déterminé :

- J'ai la chance de faire équipe avec le meilleur combattant du tournoi. Je me suis entraînée intensément pour me montrer digne de cet honneur, et j'ai l'intention de redoubler d'efforts sur tout le temps qu'il me reste avant notre premier affrontement. Il est hors de question que je revienne sur mes engagements !

La fureur guerrière qui avait paru l'animer un bref instant retomba, lorsqu'elle ajouta d'une voix douce et encore empreinte de chagrin :

- J'ai confiance en notre équipe, Néo.

Après une dernière pression, elle libéra la main du chevalier et recula, assez pour restaurer entre eux une distance pudique.

- C'est pourquoi je vous demande d'attendre la fin du tournoi avant de mettre en place le plan que vous me proposez. Si nous gagnons, comme j'en ai bon espoir, alors je n'aurai besoin d'aucun mensonge pour revenir en arrière. Les Créatrices écouteront ma prière. Et si nous perdons... Je vous serai reconnaissante de me guider vers la porte de sortie qui épargnera la réputation de mon maître.

_________________
Sorts:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Néo Lightfellow
Niveau 1
Niveau 1


Messages : 38
Date d'inscription : 13/09/2014
Age : 29




MessageSujet: Re: La patiente nocturne [PV Néo] Mar 5 Juin - 11:52:05

Le chevalier resta silencieux suite à sa tirade, il avait dit ce qu'il avait a dire sur le sujet, et maintenant c'était au tour de la viking de faire son choix. Reculer ? Avancer dans les ronces ? Se bander les yeux et avancer dans une direction au hasard ? Le jeune homme ne savait pas à ce moment que reculer était pratiquement synonyme de mort pour elle et tout de même du déshonneur pour le maitre d'armes du Redor, pour Néo elle avait encore la possibilité de retourner auprès de Louviann en taisant son implication d'en un crime d'une fois.

Il n'eut aucune réaction particulière quand la demoiselle attrapa sa main en se rapprochant de lui, se contentant de poser le regard sur son visage. Ah, même au plus profond, elle gardait une once de fureur dans son âme...


"Bien, si tel est votre choix. Je ferais mes préparations et nous verrons comment tout cela se déroulera... peut-être seront-elles inutiles."

Il se dirigea ensuite vers la porte avant de se stopper devant, restant silencieux un instant avant de se retourner en attrapant la cristal lumineux qui tout doucement sa lumière.

"Tenez, prenez le, il pourra vous être utile. Si vous laissez votre mana le parcourir il s'allumera, ne s'éteignant que lorsque vous la prendrez de nouveau ensuite en main."

Il prononça cela tranquillement:


"... il vous permettra aussi de passer la garde du Sahoc pour me rejoindre en cas d'urgence."

Ce cristal était enchanté pour fonctionner spécifiquement à la demande de Néo ou d'une personne en qui il avait confiance, c'était aussi un objet très utile dans le cas où il avait besoin d'utiliser le pouvoir de son ombre dans une zone extrêmement ténébreuse... le voler n'aiderait pas la personne à s'en servir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Svenhild
Niveau 2
Niveau 2


Messages : 116
Date d'inscription : 10/11/2013




MessageSujet: Re: La patiente nocturne [PV Néo] Dim 10 Juin - 13:15:19

La nuit suivante, peu après son entrainement journalier avec le chevalier, Svenhild fit comme le lui avait indiqué Néo : elle libéra un peu de mana pour en insuffler dans le cristal. Quand elle lâcha l'objet, il se mit à flotter à ses côtés, éclairant le couloir des appartements Sahoc du palais. La jeune femme dépassa la chambre du chevalier sans s'y arrêter.

Moins d'une heure après son passage, un Sahocien aux allures de jeune homme traversait ce même couloir. En dépit de la pénombre et bien qu'il portât des lunettes correctrices, il semblait voir parfaitement au devant de lui. Quand il arriva à son bureau, la porte était déja ouverte. Il fronça les sourcils. Il n'oubliait jamais de la fermer à clé. Il poussa prudemment la porte. Les bougies sur son bureau étaient allumées, éclairant directement un livre poignardé à l'arrière. Du sang avait coulé depuis la plaie, et barbouillait à la fois le livre et le bureau. Pour la première fois depuis bien longtemps, la vue du sang fit pâlir d'effroi le Docteur Orion Weiss.

- Que...

Les yeux rivés sur le livre, Orion ne trouvait pas les mots pour décrire ce crime abject.

- Ca fait mal, hein ? Quand on est poignardé dans le dos.

Une jeune femme aux cheveux blancs était assise sur le bord de la pharmacie, ses jambes au devant de potions luminescentes qui révélaient l'arborescence de ses veines sous la peau. Les lunettes du docteur glissèrent de son nez. Il ne les rattrapa pas. La consternation glaçait petit à petit ses traits, plaquant une expression de colère froide sur son visage. L'air se glaça aussi, les flammes des bougies vacillèrent. Svenhild sentit son sang se glacer. Sa voix n'était qu'un filet rauque :

- Je vous ai sauvé la vie.

- Vous m'avez trahie.

Les étranges yeux cyan du médecin semblèrent s'éclairer dans l'ombre.

-Trahie ? Trahie ?! Parce que mes services et mon allégeance vous étaient évidemment dus, comme à tous mes patients ?!! Je vous ai soignée sans la moindre contrepartie, sans aucune considération pour votre appartenance à un camp différent du mien. Quel autre mage en aurait fait autant ?

La colère froide d'Orion raviva les braises de sa fureur. Svenhild glissa de la pharmacie pour se dresser face à lui.

- Et j'en étais touchée ! Je vous faisais confiance ! Je croyais que vous m'aidiez par compassion ! Pas pour me vendre au Sahoc sitôt que j'aurais eu le dos tourné ! Mais vous êtes comme tous les autres Sahociens : ce que vous donnez, vous le récupérez au double de la valeur sur le dos de vos "protégés" !

- Je vous AI aidée par compassion ! Vous étiez mourante, j'ai tout juste pu vous soigner avant qu'aucune pensée ne me vienne ! Aurais-je pris le temps de comploter comme vous le décrivez, vous seriez morte sur mon palier !

Prise au dépourvu par la logique implacable de sa défense, Svenhild le fixa sans trouver à répliquer. Enfin, elle reprit :

- Eh bien, on dirait que finalement, votre compassion n'aura pas duré plus de quelques heures. Je devrais vous remercier d'en avoir au moins eu pendant la demi journée qu'il vous a fallu avant de me vendre. C'était probablement un grand effort de gentillesse pour vous, que d'attendre autant avant de me trahir !

Un claquement sonore résonna dans le bureau. Une colère brûlante dissipait peu à peu l'expression de surprise de la jeune femme, dont la joue se teintait de rouge sous l'effet de la gifle. Orion, au contraire, n'était plus que froideur impassible.

- Vous en avez de l'audace pour oser scander à la trahison, mademoiselle. Au seuil de la mort, vous parveniez encore à proférer des mensonges grotesques sur l'origine de votre blessure. Sans aucun respect pour mes services, et encore moins de considération pour mon discernement. Je n'ai pas hésité à vous venir en aide malgré ces manquements. Le lendemain, je n'ai pas cherché à en apprendre davantage ; vous étiez sauvée, cela me suffisait. J'avais l'intention de garder le silence, bien que je ne vous devais rien. Quand la vérité m'est parvenue, le choix ne m'appartenait plus. J'étais dans l'obligation d'en informer le seigneur Lightfellow, conformément à mon affiliation au Sahoc. Affiliation que je ne vous ai jamais cachée et dont vous étiez consciente quand vous êtes venue faire appel à moi. Alors pour ma part, je me lave les mains de vos accusations. Je me permettrais toutefois une dernière faveur, avant que vous ne partiez.

Elle tenta de l'éviter, mais le médecin lui prit la main de force, et la serra contre la sienne. Elle sentait le poids d'un objet froid qui prenait forme au creux de sa main.

- Si vous tenez tant à culpabiliser l'auteur de vos ennuis, je vous fais cadeau du moyen de correspondance le plus direct avec lui.

Dans sa paume, un petit miroir de glace lui renvoyait le reflet furieux et blessé de son propre visage. Pendant un bref instant, elle crut qu'elle allait cogner le mage du Sahoc avec sa propre matérialisation dans le poing. Finalement, elle le bouscula pour sortir à la hâte, les larmes aux yeux.

Paralysé par la colère, Orion mit un temps avant de recouvrer ses esprits. Il se laissait rarement emporter, mais il fallait le reconnaître : la jeune femme avait un don pour exaspérer. Et s'attirer les ennuis. Pour autant, et bien qu'il n'ait rien dit qui ne soit vrai, le médecin se sentait un peu coupable. Il aurait pu la renvoyer avec plus de tact. Et sans la gifler. Elle était jeune et perdue ; ce n'était qu'une enfant mal élevée que les événements dépassaient. Avec un pincement au coeur, il se rappela alors la véritable source de sa colère. Il se dirigea vers son bureau, où gisait le cadavre de  "Rituels et Pactes de sang : tome I". Épongeant le sang, il essaya de récupérer le livre outragé. Mais quand les pages furent nettoyées, aucun n'écrit n'apparut dessus. Le livre était vide. Orion fronça les sourcils, et leva instinctivement les yeux vers la bibliothèque. Là où un trou indiquait la veille le prêt de l'un de ses livres, un ouvrage étouffait à présent contre ses semblables. Orion s'avança vers le véritable "Rituels et Pactes de sang", et le sortit de son étagère. L'ouvrage était intact. Le médecin, en revanche, se sentait mal. Au sol, le petit miroir de glace que la viking avait laissé tomber lui renvoyait un reflet embarrassé.

La nuit suivante, après son entrainement, Svenhild n'osa pas aller faire soigner l'estafilade sur le dos de sa main. Elle remercia Néo pour la séance, et voulut prendre la direction de l'entrée du palais pour rejoindre son logis aux quartiers neutres. Cependant, un homme replaçait ses lunettes au sommet de son nez devant l'issue de la cour. Elle se figea. Le souvenir de leur altercation de la veille la fit rougir. Il avait eu raison, et pour cela elle n'osait plus croiser son regard. Elle baissa la tête, et tenta tout de même de trouver les mots pour s'excuser. Comme s'il avait lu dans ses pensées, le médecin l'interrompit :

- N'en parlons plus.

Surprise, elle releva les yeux. Orion lui tendait la main. Ses traits n'étaient plus tirés par la colère, et exprimaient à nouveau la douceur subtile qui les caractérisaient habituellement. Elle lui sourit, bien qu'un peu gênée, et lui serra la main, acceptant volontiers son offre de réconciliation. Une sensation glacée lui parcourut la main. Lorsqu'ils se séparèrent, l'estafilade causée lors de son entrainement avait disparu.

_________________
Sorts:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: La patiente nocturne [PV Néo]

Revenir en haut Aller en bas

La patiente nocturne [PV Néo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [LEGO] Coup de coeur nocturne
» [Whb] Tournoi II de la nocturne du FBJ 14/01/12
» [RP]Une ballade nocturne entre artistes, entre amies
» [Question] Terme «révélé» - Corbeau de la montagne, rassemblement nocturne et entrée secrète [Réponse Officielle]
» Missions 3 : Jardin aquatique => Le préféré de Mamie + Spectacle nocturne + Pierre le shérif + Camomille la canne + Régime detox

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Empire Calypta :: Cité des Créatrices :: La Cité Mère :: Palais des Créatrices :: Appartements-