AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Vérités douloureuses

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

avatar


Svenhild
Niveau 2
Niveau 2


Messages : 83
Date d'inscription : 10/11/2013




MessageSujet: Vérités douloureuses Ven 28 Aoû - 16:28:48

Après un dernier sourire à l'esper, Svenhild traversa le portail. Elle n'avait pas projeté la suite de son trajet, mais il y avait un endroit qu'elle se sentait le besoin absolu de rejoindre immédiatement. La lueur des flammes disparut en même temps que le portail derrière elle, et l'ombre la saisit. La maison était simple, le repas embaumait encore la pièce d'une odeur alléchante, les esclaves avaient ordonné l'intérieur. Un homme, vêtu seulement de chausses, s'était figé au bas des marches de l'escalier. L'adolescente sourit timidement.

- Bonsoir... Sven.

Au bout de quelques secondes, les traits méfiants de l'homme se détendirent quand il reconnut sa fille.

_________________
Sorts:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Destinée
Admin


Messages : 145
Date d'inscription : 05/11/2013




MessageSujet: Re: Vérités douloureuses Ven 28 Aoû - 16:31:29

La source s'était rassemblée le lendemain soir. Principalement constituée de femmes, mais pas seulement, elle réunissait les mages de tous les peuples du Nord dont les arts divinatoires étaient si puissants qu'ils pouvaient communiquer avec les Dieux. Elle accompagnait les jarls dans leurs décisions sur tout dilemme magique, et formait un bataillon redoutable sur le champ de guerre. Son influence et son autorité avoisinaient celles des jarls. Mais contrairement aux chefs de clans, les secrets de sa communauté étaient encouragés.

- Nous voulions faire quérir l'enfant de dragon, et voilà qu'elle apparaît d'elle-même, après que tu nous aies convaincu d'attendre. Nous aurais-tu caché une vision, Dankrad ?

Demanda en souriant l'aînée de l'assemblée, une grande femme mince aux cheveux blonds coupés courts, comme un homme. Comme tous les membres de la source, elle avait le visage peint de noir, d'épais tracés formant des sceaux, et d'autres des indications de son rang. Elle s'était adressé à l'homme à sa droite, qui sourit d'un air plein de mystère. Son beau visage pâle était encadré par de longs cheveux noirs, et le vert de ses yeux semblait luire.

- On ne m'a rien demandé, je n'ai donc rien caché, prudente Edda.

L'assistance sourit. Dankrad était le plus grand divin de la source. Il savait lire ses prémonitions mieux qu'aucun d'entre eux, et ses conseils étaient avisés. Il n'était parmi eux que depuis quelques années, aussi les symboles autour de ses yeux n'indiquaient-ils qu'un rang intermédiaire. Mais il était de loin la plus grande influence au sein du groupe.

- Et si l'on te demandait maintenant, que nous dirais-tu des messages que t'ont transmis les Dieux ?

Le sourire de Dankrad se fana lentement. Son regard était grave. Il mit un moment avant de répondre.

- J'ai vu la glace geler le sang de nos villageois, Edda. Des ailes blanches battaient sur nous un vent meurtrier qui emportait nos cris au loin, et un serpent de feu surgissait de sous terre. Le feu et la glace s'affrontaient, détruisaient tout autour d'eux, et ne tenaient plus debout que l'enfant de Sven et un dragon blanc si grand qu'il cachait le soleil d'hiver.

L'assemblée s'agita, et un nom fit un écho. Dankrad échangea des regards avec les membres de son auditoire, et confirma :

- Dezronit, le colosse au sourire fendu. Ma vision n'a pas permis de voir qui des deux vainquait. Mais tous nos villages au Nord perdaient sans conteste le combat... L'enfant n'avait plus personne à défendre qu'elle-même.

Le regard sévère, Edda se leva, imposant un silence soudain dans l'assemblée.

- Tu dis que le dragon cachait le soleil d'hiver, Dankrad ?

Le mage acquiesça.

- Alors le destin de nos peuples n'est pas scellé. Nous pouvons encore former l'enfant de dragon pour parer à cette menace. Si nous faisons vite, elle réussira là où sa mère est tombée.

L'une des plus jeunes femmes de la source, une ancienne esclave promue dans la communauté pour ses dons de mage, intervint alors.

- Vite ? Mais... Les attaques de nos ennemis sont très aléatoires, on ne peut pas attendre des mois que l'un d'eux ait un creux en volant au dessus de nos terres ! Et nous n'allons tout de même pas nous attaquer au premier dragon venu; en nous en prenant de nous-mêmes à l'un des leurs, même les dragons blancs seraient capables de s'allier pour nous détruire...

- C'est pourquoi nous ferons en sorte que l'un des leurs attaque de lui-même lorsque nous serons préparés à l'accueillir...

Conclut Edda.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://empire-calypta.forumactif.org

avatar


Svenhild
Niveau 2
Niveau 2


Messages : 83
Date d'inscription : 10/11/2013




MessageSujet: Re: Vérités douloureuses Ven 28 Aoû - 16:33:14

L'homme avait les cheveux blonds, et un regard émeraude auquel il était difficile de résister. Confiant et fier, il affichait toujours un petit sourire amusé, comme s'il savait les secrets les plus honteux de chacun. Son épouse l'égalait au moins en beauté, et sa démarche gracieuse et souple laissait supposer qu'elle rivalisait à la force de son conjoint par la vitesse. Chose étrange, elle avait les cheveux blancs, malgré sa jeunesse évidente. Cela ne gâchait nullement ses traits délicats, au contraire. Parfois, lorsqu'elle se querellait avec les villageois, ses yeux de glace brillaient d'une lueur inquiétante, rompant le charme de sa beauté fascinante. A ce moment là, son époux intervenait et posait sur son épaule une main puissante qui la serrait fermement.

La femme aux cheveux blancs ne dévoila jamais sa nature devant les vikings, en dehors de son époux. Elle volait parfois la nuit, quand elle était loin du village, pour retrouver la liberté de sa race. Elle emportait avec elle le bel humain arrogant, et tous deux plongeaient dans les airs. Elle choisit cependant de vivre, le plus clair de son temps, sous une apparence humaine, au sein d'un village humain, pour rester auprès de l'homme au sourire taquin.

La femme aux cheveux blancs chercha longtemps son époux avant de sentir son sang à l'entrée d'une montagne proche du village. Elle le suivit. Elle sentait d'autres odeurs familières mêlées à la sienne. Un hurlement de rage et d'horreur retentit dans la montagne lorsqu'elle trouva l'humain. Un cercle de viking au visage peint se referma sur elle. Elle fut incapable de se changer, prisonnière de la montagne. Ses cris de rage firent trembler la montagne, la glace transperça nombre de mages, mais le désespoir et le nombre de ses opposants eurent raison d'elle. La femme aux cheveux blancs tomba. Le cercle se referma sur elle. Quand il s'écarta, elle n'était plus qu'un corps vide, comme l'homme au sourire prétentieux. Une lumière blanche flottait au-dessus d'elle, serpentant en milles éclats. Les mages psalmodièrent à genoux un chant rauque et tracèrent chacun des runes de sang autour du corps et de l'âme. La lumière vola doucement vers le corps vide de l'humain, et plongea en lui. Les mages se relevèrent, rompant le cercle. Ils aidaient l'homme nouveau qui était né de l'âme de la femme et de l'enveloppe charnelle du viking. L'un d'entre eux s'éloigna vers le corps pathétique de la femme. Par pitié, la mage lui trancha la gorge. L'être dépourvu de personnalité, de volonté et de sentiments s'effondra au sol et mourut dans son sang. L'homme qui l'avait aimée, lui, se releva, plein d'une puissance nouvelle.

DOVAHKIIN !!

Svenhild se réveilla en sursaut, haletante, le corps en sueurs.

_________________
Sorts:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Destinée
Admin


Messages : 145
Date d'inscription : 05/11/2013




MessageSujet: Re: Vérités douloureuses Ven 28 Aoû - 16:36:13

L'enfant de dragon siégeait en bout de table dans l'antre de la source, un grand autel où se dressaient des pierres représentants des gravures des dieux. Elle était entrée en furie chez Edda, avait exigé une entrevue immédiate avec les membres de la source. Une heure plus tard, la source s'était réunit, et Edda avait fait asseoir la Dovahkiin.

- Vous avez nourri le mensonge de la légende d'Alrik. Vous m'avez trompée, et vous avez trompé mes ancêtres. Nos dons ne viennent pas de la générosité d'un dragon !! Votre ordre les a volés dans le sang !!! Vous êtes un ramassis de menteurs abjects et répugnants.

L'assemblée entière garda le silence. Certains membres paraissaient sincèrement choqués par l'histoire qu'avait narrée l'enfant de dragon. D'autres grimaçaient de colère, et d'autres encore restaient de glace. Ce fut Dankrad, qui se leva pour briser le silence.

- Svenhild Svensdottìr. Penses-tu être la première, à prendre connaissance des origines de l'enfant de dragon ? Les tiens, certains, ont su eux aussi la vérité. Il s'agit d'une histoire vieille de plusieurs siècles. Ils ne l'ont pas transmise d'un Dovahkiin a l'autre. Prends le temps de réfléchir. Nous ne pouvons plus rien pour Alrik et son épouse. Mais nous pouvons encore protéger notre peuple des dragons, avec la magie d'Alrik qui coule dans tes veines.

- La magie de la dragonne.

Coupa la jeune femme d'un ton sec. Dankrad eut un sourire désolé. Il hocha la tête, et reprit ensuite.

- Enfant de dragon... Quel bien penses-tu faire à notre peuple en tournant le dos à ceux qui veulent t'aider et te protéger dans ton combat ? Tu as besoin de nous, au moins pour tes débuts. Nous ne sommes pas personnellement responsables de ce qui est arrivé à ton ancêtre, et nous ne prétendons pas approuver cette magie de séparation de l'âme et du corps. Nous apportons notre aide au résultat de ces sacrifices, à leurs enfants. Rien de plus. Accepte la, et bientôt, tu seras assez forte pour décider de combattre comme tu l'entends, jeune guerrière.

Apaisée par le ton du mage, ou peut-être par ses traits empreints de douceur et de sollicitude, la jeune viking gardait néanmoins encore quelques réserves.

- Les Dieux ont cru bon de me prévenir... J'accepte votre aide pour l'instant, mais garde en tête cette vérité comme une mise en garde et une preuve de ce dont la Source est capable.

- Soit, Svenhild. Je me permettrai cependant une dernière remarque : songe qu'il nous a fallu un talent très travaillé pour prétendre au rôle que nous avons dans la Source, et qui consiste notamment à interpréter les messages divins. La volonté des dieux n'est jamais si simple qu'elle ne semble à première vue. Que sais-tu de celui qui t'a communiqué ce rêve ? Ce pourrait tout aussi bien être une réminiscence de ton sang. Ou même : ne crois-tu pas que Loki le malin aurait intérêt à semer la discorde dans nos peuples ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://empire-calypta.forumactif.org

avatar


Svenhild
Niveau 2
Niveau 2


Messages : 83
Date d'inscription : 10/11/2013




MessageSujet: Re: Vérités douloureuses Ven 28 Aoû - 16:38:01

- FUS !!

Rugit joyeusement la Dovahkiin, alors qu'une pomme fusait sur elle. Le fruit s'arrêta net dans sa course et rebondit sur la table où se dressait fièrement la jeune femme. Le jeu les amusait, l'assemblée et elle, depuis près de cinq minutes, et chacun se tenait prêt à lui lancer au visage ce qu'il avait sous la main à tour de rôle. Le banquet était immense et rassemblait tous les villages vikings de la banquise du Nord. Des cercles et des cercles de tables longues envahissaient la plaine du nord pour accueillir tout ce monde et célébrer la "naissance" de la Dovahkiin. L'hydromel pleuvait généreusement dans les choppes, les rires chantaient une musique régulière et enjouée, et les restes de nourriture fleuraient un parfum qui faisait encore monter l'eau à la bouche.

Svenhild était resté deux semaines au Nord. Elle partait le lendemain. Elle souhaitait régler quelques affaires avant de quitter définitivement la capitale et avait promis son retour après le tournoi. Pour l'heur, elle profitait de la compagnie des siens. Durant son bref séjour, elle avait pu se rapprocher de quelques vikings. Son père avait gardé une certaine distance avec elle, mais il avait perdu un peu de son amertume. Quant à la Source, Svenhild avait toléré les membres et leurs conseils, ainsi que quelques séances d'entrainement. Elle avait même dû lutter contre un début d'amitié avec certains d'entre eux. Elle ne les rejetait plus, mais restait prudente en leur compagnie, encore méfiante.

Le silence se fit sur ordre du jarl de Hahdrimfiik, le village natal de la jeune femme. Celle-ci bondit de la table et se tint fièrement droite en attendant qu'il la rejoigne. L'homme, un colosse barbu vêtu de fourrures d'ours, portait dans ses mains un long objet enveloppé dans un tissu. Svenhild se retint de trépigner, impatiente. Quand enfin il s'arrêta devant elle, il l'autorisa d'un hochement de tête à ôter l'enveloppe qui cachait son fardeau. La demoiselle fit voler sans plus de cérémonie le drap blanc, dévoilant une épée bâtarde. Sa lame flamberge serpentait jusqu'à la garde, qu'une tête de dragon finement forgée mordait. Son oeil était dessiné dans une gemme saphir au coeur de la garde. Svenhild s'empara doucement de l'épée d'écailles de dragon rouge. Fascinée par sa nouvelle arme, la jeune femme ne vit pas poindre au loin les grandes ailes reptiliennes d'un dragon blanc.

_________________
Sorts:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Destinée
Admin


Messages : 145
Date d'inscription : 05/11/2013




MessageSujet: Re: Vérités douloureuses Sam 29 Aoû - 0:58:25

Immenses et fortes. Ses ailes la guidaient vers ce village. Ce village qui puait leur horrible odeur. Cette immonde accumulation de constructions humaines. Elle allait le détruire et tous ces vers rampants avec. Ces abjectes aberrations de la nature. Elle allait déchaîner toute sa puissance et les écraser. Ne leur laisser aucune chance. Ils allaient tout simplement connaître la fureur d'un dragon !

Les naseaux projetant de l'air glacial, elle filait dans les airs. Se cachant avec la brume qu'elle créait avec sa bouche. Elle allait noyer le village dans une brume pour les y retenir prisonnier. Tournant dans les cieux tout en crachant son piège froid, elle en profita pour s’abreuver de leur effroi.

Ces vermisseaux allaient connaître la peur. A cette idée, elle jubilait déjà d'avance. Elle ne pouvait pas les rôtir comme l'aurait fait un dragon rouge mais ils allaient connaître la morsure gelée de sa colère. Ils ne méritaient même pas de vivre. Leur existence même était une insulte à ce monde.

La brume se déposa lentement, tel un voile mortuaire, sur la bourgade viking où désormais un silence pesait. Ce n'était pas des humains qu'il provenait mais de la nature. Plus un seul pépiement d'oiseau. On aurait même dit que la nature déjà bien ensommeillée par le froid et la neige avait décidé de ne plus bouger. Puis soudainement, tel un tonnerre, un hurlement le brisa. Et une onde de choc put se faire ressentir. Rabattant ses ailes et avec la brume comme alliée, elle avait plonger au sol pour attaquer. Détruire. Faire le plus de dégâts avant de s'envoler de nouveau pour tenter une nouvelle attaque.

Elle ne leur laisserait aucune chance ! Aucune ! Un autre rugissement résonna tout autour d'eux alors qu'elle quittait le sol. Les cris étaient une douce mélodie à ses oreilles. La panique qui se faisait de plus en plus visite que son voile diminuait, un doux spectacle aux parfums de victoire. Elle s'arrêta alors, les ailes déployées et projeta un souffle glacé sur les habitants. Il fallait jouer avec eux, leur faire connaître la terreur, avant de les abréger.

Le comportement de la dragonne blanche était très violent. Presque trop violent. Elle s'acharnait et tuait sans se nourrir des corps. Ce n'était clairement pas naturel... Ses yeux bleus étaient teintés d'acier lourd d'émotions.

Quelque chose clochait, elle était beaucoup trop cruelle. Il était connu que les dragons blancs préféraient restés tapis pour surgir sous leurs victimes, pas de leur foncer dessus comme ça. De plus, elle ne réfléchissait pas. Pas de plans stratégiques ni machiavéliques. Non. Là, il semblait qu'elle se laissait guider par ses émotions. L'ombre de ses ailes s'abattit sur le hameau...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://empire-calypta.forumactif.org

avatar


Svenhild
Niveau 2
Niveau 2


Messages : 83
Date d'inscription : 10/11/2013




MessageSujet: Re: Vérités douloureuses Lun 31 Aoû - 11:33:10

Tout se passa très vite. Le dragon attaqua, et plusieurs des leurs tombèrent. Un cercle de mages de la Source s'était formé, chacun d'entre eux un bras levé devant eux, paume vers le ciel. Denkrad s'était posté devant leur groupe et avait ouvert les deux mains en même temps que se déployait un bouclier de protection autour de ses collègues. Svenhild ne les avait jamais vus faire, mais elle entendit leurs psaumes et comprit que Denkrad protégeait les mages qui appelaient la foudre de Thor. Le bouclier tordait l'air tout autour du cercle, comme sous l'effet de flammes, et une forte chaleur s'en dégageait. La panique s'était abattue sur les clans; certains fuyaient, d'autres prenaient les armes, et d'autres encore restaient figés. Seule la Source agissait sereinement, comme préparée à cet assaut.

Les mages qui ne formaient pas le cercle s'étaient rabattus auprès de Svenhild, telle une garde rapprochée. Chacun préparait sa magie en invoquant les dieux - une archère forma des flèches de feu en priant la déesse Hel, une mage fit apparaître plusieurs reflets d'elle-même en appelant Frigga, une autre encore refermait les doigts autour des ombres de Delling, dieu du crépuscule... Les mages qui ne faisaient ni partie du cercle invoquant la foudre, ni de la "garde" improvisée de l'enfant de dragon, accourraient auprès des blessés pour les soigner.

Svenhild, impuissante tant que la voie des airs protégeait le dragon, se tenait en position offensive. Le ciel se couvrait d'épais nuages, et grondaient furieusement au dessus du village. La jeune femme vit des éclairs tourbillonner étrangement dans le ciel, et former un trou de plus en plus grand au creux des nuages. Soudain, les mages en cercle hurlèrent un ordre en choeur. Un amas de foudre concentré tomba du ciel et s'abattit sur le dragon, l'envoyant s'écraser au sol. Le dragon fit voler en éclat une maison et sa ferme, tuant sur le coup des bêtes de trait.

Svenhild s'élança, et avec elle le groupe de mages, Denkrad sur ses talons. L'adolescente bondit, épée au poing, et leva haut son arme pour l'abattre de toutes ses forces sur l'aile. Si le dragon ne s'esquivait pas, il ne pourrait plus fuir par la voie des airs. Denkrad murmura une incantation près de l'enfant de dragon, et l'épée se couvrit de flammes. Les autres s'étaient réunis en un très large cercle autour du dragon. Ils étaient plus nombreux qu'avant l'arrivée du dragon : des doubles de chacun triplaient l'assemblée. En s'attaquant à eux, le dragon devrait bien choisir, car certains disparaîtraient comme les illusions qu'ils étaient. Le tonnerre continuait de tempêter et d'aboyer dans le ciel menaçant les airs.

_________________
Sorts:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Destinée
Admin


Messages : 145
Date d'inscription : 05/11/2013




MessageSujet: Re: Vérités douloureuses Lun 31 Aoû - 13:07:09

Alors qu'elle s’apprêtait à asséner une nouvelle salve de glace, la dragonne fut frappée par une puissante détonation. Son regard s'obscurcit quelques temps et lorsqu'elle ouvrit de nouveau ses paupières closes, elle était à terre au milieu de débris de bois et de cadavres. D'abord en état de choc, elle passa un rapide regard sur les environs avant de se relever douloureusement. La chute avait été rude.

C'est là qu'elle s’aperçut des dégâts occasionnés par l'impact de la foudre. Celle-ci avait tapé non loin de son aile et l'avait sérieusement endommagée et sa chute n'avait rien arrangé au fait. Elle était désormais clouée au sol. Rugissant de colère, elle envoya balader tout ce qui se trouvait à porter de sa puissante queue. Si ce n'étaient pas les humains qu'elle touchait, au moins les débris et les cadavres pourraient faire des dégâts. C'était son seul lot de consolation.

Ça ne leur suffisait pas de pourrir le monde de leurs pitoyables existences, il fallait qu'en plus ils la contraignent à devoir ramper sur le sol comme eux. Excès d'arrogance, elle les ferait déchanter bien rapidement. Même si elle ne pouvait plus se mouvoir dans les airs, elle n'en restait pas moins un terrible prédateur. Voilà qu'un groupe d'humains s'approchaient d'elle et à sa tête une enfant. Enfant tenant une épée enflammée. Se déplaçant difficilement à cause de son membre meurtri, elle esquiva de justesse le coup qui lui était porté et en profita pour envoyé un jet de glace vers le reste du groupe.

Par son geste, elle laissait la possibilité à l'attaquante de lui porter une attaque qu'elle ne pourrait esquiver. Mais elle faisait confiance à ses écailles pour encaisser le maximum malgré les flammes léchant le métal de l'arme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://empire-calypta.forumactif.org

avatar


Svenhild
Niveau 2
Niveau 2


Messages : 83
Date d'inscription : 10/11/2013




MessageSujet: Re: Vérités douloureuses Lun 31 Aoû - 17:03:11

Le dragon esquiva et riposta de plus belle, furieux. Svenhild ne se souvenait pas avoir jamais vu un dragon attaquer le village avec tant d'insistance. Il ne mangeait même pas les corps des hommes tués au combat ! Il semblait vouloir détruire dans la haine et la douleur. Une salve de cristaux frappa les mages dans la trajectoire du jet de glace du dragon. Quatre d'entre d'eux périrent : deux illusions s'évanouirent et deux corps tombèrent. Mais en même temps que le long cou reptilien s'était abaissée pour cracher son jet, l'épée nouvelle avait mordu le dragon près de l'encolure.

L'adolescente se prépara à lancer un cri pour surprendre l'ennemi et se protéger de sa rancune, mais Denkrad la tira vivement en arrière et leva les paumes, créant une nouvelle barrière de chaleur pure faisant se mouvoir l'air devant eux. Simultanément, un viking en furie bouscula les mages en hurlant et fondit sur le dragon, un marteau au poing. Il était maculé d'un sang qui n'était pas le sien, et des larmes de rage se mêlait au sang sur son visage. Protégée par Denkrad, Svenhild ne pourrait rien pour Thorstein si le dragon s'attaquait à lui. L'homme et les pauvres mages qu'il avait fait tomber périraient ensemble. Un autre assaut se profilait cependant : derrière le dragon, quatre mages avaient fait apparaître des lances de feu et s'apprêtaient à les plonger d'un même mouvement dans la queue du dragon. Le reptile blanc était assailli de toutes parts.

S'il se tournait dans une autre direction que celle de la dovahkiin, celle-ci ignorerait le bouclier de chaleur de Denkrad et plongerait sur l'aile pour escalader le dragon et tenter d'atteindre sa tête. Cela ne manquerait pas de rediriger l'attention du dragon vers elle; il lui restait encore son cri de dragon pour le prendre de court.

_________________
Sorts:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Destinée
Admin


Messages : 145
Date d'inscription : 05/11/2013




MessageSujet: Re: Vérités douloureuses Lun 31 Aoû - 17:45:56

La satisfaction de voir plusieurs de ses opposants tomber fut de courte durée que déjà la morsure douloureuse de l'épée traversa le dragon. Elle aurait dut faire plus attention à ce ridicule morceau de métal !

Se relevant de tout son long sur ses deux pattes postérieures, elle fit battre son unique aile encore en valide dans les airs afin de projeter de violentes bourrasques pour éloigner ses assaillants mais devant son manque d'équilibre, sa tentative fut bien vite abrogée. Retombant lourdement sur le sol, elle se décida alors de rejeter sa rage vers la gamine aux cheveux blancs. Voulant refermer sur l'enfant ayant eu l'audace de la blesser ses mâchoires meurtrières, elle ne pu y arriver à cause d'un humain qui eu la mauvaise idée de la soustraire à son juste châtiment. Un grondement sourd vrombi à travers sa gorge.

Éloignant bien vite son museau de la barrière magique assez rapidement, avoir sous-estimé une fois lui avait servi de leçon, elle rejeta sa tête bien en hauteur afin de mieux les toiser de ses grands yeux glacés. Le bleu-acier qui les caractérisaient étaient presque blanc, emplis d'une colère froide. Mais ses pupilles se rétrécirent face à l'arrivée impromptue d'un nouvel humain, marteau au poing et fonçant vers une mort certaine, il lui faisait penser à elle. Pourquoi avait-il des sentiments similaires à elle ? Non ! Ce ne pouvait pas être possible ! Il n'en avait pas le droit. Elle allait le renvoyer d'un violent coup de patte quand des mouvements attirèrent son attention. On tentait de la transpercer par l'arrière.

Ignorant totalement l'importun berserker, elle jeta sa haine vers les quatre mages. De misérables traîtres ! Des rats ! Sales et en plus sans honneur. Son aile meurtrie traînait encore pitoyablement au sol et ne faisait que l'entraver dorénavant. Avec une telle blessure, elle ne pourrait plus jamais retrouver les cieux avant un bon moment. Malgré son membre mort, elle réussi à cracher de nouveau un jet glacé vers les lances enflammées. On verra bien qui a la magie la plus puissante...

Sa queue tambourinait avec rage le sol, faisant perdre l'équilibre à tout ceux qui se situaient non loin d'elle. Elle ne les laisserait pas se déplacer à leur guise ! Ne se souciant même pas si sa queue écrasait d'autres victimes, elle se concentrait sur les mages qui avaient osé l'attaquer de dos. Si elle arrivait à les congeler, alors elle déchaînerait ses pattes antérieures sur eux pour ne laisser que ces morceaux de viandes congelées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://empire-calypta.forumactif.org

avatar


Svenhild
Niveau 2
Niveau 2


Messages : 83
Date d'inscription : 10/11/2013




MessageSujet: Re: Vérités douloureuses Lun 31 Aoû - 20:29:38

Denkrad l'avait sauvée de la mâchoire du dragon. Elle lui en avait voulu de l'empêcher d'attaquer en la couvant derrière son bouclier, mais à présent qu'elle avait vu les crocs du reptile de près, elle avait envie de l'enlacer. Troublée, elle n'attaqua pas tout de suite. Elle eut une seconde d'hésitation pendant laquelle elle suivit avec crainte la plongée de Thorstein sur le dragon. Malgré sa fureur, malgré sa volonté, que pouvait l'arme d'acier d'un père brisé contre la glace et les écailles d'un dragon ? Le coup ne vint pas. Svenhild crut deviner dans les yeux du dragon... de l'hésitation, ou de l'empathie ? Elle en fut troublée.

Le dragon se retourna en sentant l'attaque des mages derrière elle. C'était le moment où jamais ! Elle allait s'élancer, mais Denkrad lui fit un signe de la main pour lui demander d'attendre. Après un rapide mouvement de paumes, il fit balancer le bouclier de chaleur, qui se situait à présent près du flanc du dragon, horizontal. La jeune femme en profita. Protégée de la chaleur par son sang de dragon, elle bondit sur le bouclier et y prit appui pour grimper ensuite sur le dos du dragon. Elle se demanda brièvement comment le mage avait pu deviner qu'elle avait bu le sang de son adversaire sans qu'elle l'ait mentionné, mais décida qu'elle y réfléchirait plus tard.

Thorstein avait été épargné grâce à l'assaut des mages. Son marteau frappa vainement la carapace d'écailles du dragon tandis que derrière, les lances de feu gelaient sous le souffle blanc de l'ennemi. Distrait par les attaques de tous les mages autour de lui, le dragon ne semblait pas avoir remarqué le poids plume qui venait d'atterrir à la naissance de son cou. Svenhild se blottit contre le dragon, craignant de tomber alors que celui-ci s'agitait. Il frappait le sol de sa queue et faisait perdre l'équilibre aux mages, dont la concentration renversée annulait la magie. Elle n'arriverait pas à escalader le long cou du reptile, il se mouvait trop brusquement.

S'accrochant comme elle pouvait aux écailles, la jeune femme se pencha et plongea de nouveau son épée près de l'encolure du dragon, au début de sa plaie. Comme elle l'avait fait du dragon rouge, elle élargie la blessure autant que sa force reptilienne le lui permettait. Mais cette fois, elle était aidée d'une épée forgée dans les écailles d'un dragon, et parée du feu de Hel. La Source attaqua de plus belle en voyant l'adolescente déchirer de plus en plus la chair du dragon. Chacun des mages envoya son élément mordre le monstre : électricité, feu et ombres le harcelèrent, et même des illusions se jetaient sur lui pour faire mine d'attaquer et le distraire de sa principale opposante. Denkrad, de son côté, orientait comme il pouvait le bouclier, qui faiblissait petit à petit. Le bouclier de chaleur formait un tiers de cercle autour de l'enfant de dragon; Denkrad le déplacerait selon l'angle d'attaque du dragon, mais sa magie le fatiguait et les flancs du boucliers se consumaient.

_________________
Sorts:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Destinée
Admin


Messages : 145
Date d'inscription : 05/11/2013




MessageSujet: Re: Vérités douloureuses Lun 31 Aoû - 22:12:23

Alors qu'elle se déchaînait sur les pauvres mages, n'ayant même pas senti le coup de marteau rageur contre ses écailles ni même la petite puce qui escaladait ses écailles, elle senti une vive douleur au niveau de son poitrail.

Stoppant ses attaques glacées, elle tenta de l'en déloger d'un bon coup de patte lorsque les assauts des magiciens redoublèrent contre elle. Acculée et attaquée de toute part, elle savait qu'elle n'en aurait plus pour longtemps avant que ces derniers ne prennent le dessus sur elle. Cette fois, il n'y avait pas que des lances de feu qui la menaçaient : la foudre et les ténèbres la malmenaient aussi. Hurlant de colère, elle se releva une seconde fois pour préparer ce qui serait sûrement l'une de ses dernières attaques.

L'ombre du titan glacé engloutissait maintenant ses adversaires, comme un échos de leur trépas, alors qu'elle déployait une dernière fois son aile intacte, l'autre traînant mollement par terre. Elle aurait pu tomber une seconde fois, emportée par le poids de son membre cassé, mais une énergie nouvelle vint lui donner la force de faire plusieurs pas dans cette position. Elle encaissait les dégâts comme jamais et la douleur qui parcourait son corps malmené semblait soudainement être si lointain.

Elle n'entendait plus rien, le calme avant la tempête. Mais cette tempête serait meurtrière. Étant maintenant proche du plus grand nombre de ses adversaires, elle utilisa sa masse pour les écraser. Ce faisant, elle enfonça d'elle-même la lame meurtrière dans sa chair. Au moins elle aurait la satisfaction de ne pas avoir été tuée par la main d'un de ces êtres inférieurs.

Se relevant péniblement et boitant piteusement, rougie par son propre sang et celui de ses adversaires, elle s'écroula une nouvelle fois alors qu'elle maculait le manteau neigeux d'un liquide carmin. Et c'est là qu'on pu les remarquer. Enfin. Salées et s'écoulant des orbites acier de la créature. Des larmes. La respiration de plus en plus laborieuse, la dragonne huma l'air à la recherche de quelque chose.

Tournant son long cou gracile mollement, elle sembla trouver ce qu'elle c'était si soudainement mit à chercher. Et elle se releva. Contre toute attente. Alors qu'un flot de sang s'échappait de sa plaie béante. Qu'importe si on lui tirait dessus, si on s'acharnait sur son corps, de toute façon cette enveloppe ne servirait plus à rien d'ici peu. Il pouvait pleuvoir des coups qu'elle ne les sentirait qu'à peine.

L'animal blessé s'avançait piteusement vers une bâtisse en particulier. La tête basse et les mouvements toujours plus lents, elle ne put réussir à briser la devanture qu'avec l'aide de son poids. Elle n'avait plus de force. La baraque éventrée laissait maintenant facilement libre accès à ce qu'elle contenait. Des constructions humaines mais aussi... Un œuf !

Ce n'était pas n'importe quel œuf, c'était bien celui d'un dragon ! La femelle s'écroula aux cotés de la petite chose, en essayant tant bien que mal de ne pas faire trop de dégâts dans sa chute. Mais tout allait bien, il était intact.

Contrairement à plus tôt, il n'y avait plus aucune violence, juste de la tendresse et de la douceur dans ses gestes. La haine avait laissé place à une profonde mélancolie dans ses yeux. Mais au moins elle était rassurée : il allait bien. Son précieux petit trésor allait parfaitement bien. Touchant du museau délicatement la coquille et respirant doucement, elle se mit à fredonner une berceuse pour apaiser l'être à l'intérieur.

Elle ne faisait même plus attention aux vikings qui l'entouraient. Elle était de nouveau réuni avec son bébé. Son tout-petit qu'ils avaient osé voler ! Elle fixa alors l'espace de quelques instants la petite humaine qui se trouvait devant elle, sentant son trouble. Elle lui adressa un regard : celui d'une jeune mère. Empli d'amour et d'un profond soulagement. Une demande implicite lui était faite. Le sortir de là. Réussir ce qu'elle n'avait pu faire. Puis ses pupilles reptiliennes se tournèrent une ultime fois vers son enfant qu'elle enlaça tendrement entre son museau et ses pattes. Elle était sereine.

Ses paupières se fermèrent alors que le froid de la mort s'insinuait en elle. Dans le silence des paysages enneigés, les flocons se mirent à tomber, comme pour effacer le massacre perpétués. La mocheté des combats était en train de disparaître, caché par un manteau blanc pur. Oui. Tout ceci n'avait été qu'une mascarade. Et il était tombé en même temps que la dragonne. L'air apaisant s'arrêta, de même que les battements du cœur de la dragonne. C'est dans la fraîcheur douce et apaisante de la neige qu'elle s'en était allé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://empire-calypta.forumactif.org

avatar


Svenhild
Niveau 2
Niveau 2


Messages : 83
Date d'inscription : 10/11/2013




MessageSujet: Re: Vérités douloureuses Lun 31 Aoû - 23:39:05

L'aube pointait, mais ni les mages ni l'enfant de dragon n'avaient pu dormir après l'attaque de la dragonne. Ils étaient tous réunis dans l'autel consacré aux dieux que cette dernière avait à moitié détruit. Une salle encore intacte les séparait du reste du village, leur permettant une conversation qui ne devrait pas s'ébruiter. L'oeuf de dragon tronait au milieu de la table, sur un support en argent.

- Tu comprends maintenant pourquoi nous devions agir ainsi, n'est-ce pas ? Svenhild, il nous reste si peu de temps pour te préparer... L'encourager à attaquer quand nous étions tous réunis, préparés et sur notre domaine, c'était notre meilleure chance de t'armer. Elle serait de toute façon venue un jour ou l'autre nous assaillir, comme les siens le font toujours. En d'autres circonstances, nous aurions peut-être pu faire différemment. Mais tu es jeune, inexpérimentée, et la dovahkiin mère n'est pas là pour te former... Nous avons agi pour le mieux, pour protéger nos clans d'un destin funeste.

L'enfant de dragon n'avait pas prononcé un mot depuis qu'elle avait absorbé l'âme de la dragonne. Elle semblait ailleurs. Son esprit rejouait sans cesse le souvenir de la mère couvant son petit du museau. Elle s'était figée, choquée. Elle n'avait même pas senti les larmes qui avaient coulées le long de son visage. Elle avait fixé la créature magnifique et agonisante qu'elle avait aidée à tuer. Elle avait doucement hoché la tête en comprenant la requête de la dragonne, scellant une promesse silencieuse. Puis, elle s'était laissée mener par la Source.

- Je comprends.

Se contenta-t-elle de répondre. L'assemblée parut soulagée. Tous étaient fatigués. Les mages se relayaient pour soigner les blessés, et cela se poursuivraient probablement toute la journée au moins. Ainsi, le jour passa en un éclair. Svenhild dormit jusqu'au milieu de la nuit.

Elle était devant l'autel malmené. Le batiment était dédié aux dieux : aucun des leurs n'aurait osé le profaner, aussi n'était-il pas gardé. D'ailleurs, il ne contenait rien de précieux pour un voleur : des gravures des dieux, des objets de divination et des potions, c'était à peu près tout. Sauf cette nuit là. Svenhild pénétra dans la salle où l'oeuf avait siégé au matin. Posant au sol un bout de bois, elle activa son sort de feu. Une petite flamme mordit gentiment le bois avant de s'éteindre. Elle dut s'y prendre à plusieurs reprises pour s'improviser une petite torche avant de pouvoir fouiller la pièce. Mais l'oeuf n'était nulle part. Elle commençait à s'inquiéter de devoir enquêter dans chacune des familles de mages, lorsqu'une voix toussota dans son dos. Elle se retourna.

- C'est cela, que tu cherches ?

Denkrad approcha vers le centre de la table et tendit une main en avant. Des vagues d'airs se mouvèrent étrangement, floutèrent la zone sous la main du mage, jusqu'à ce qu'apparaisse, petit à petit, l'oeuf blanc de la dragonne. Denkrad sourit.

- Un simple sort d'illusion. Ton âme de dragon ne ressent pas les âmes de ses confrères ?

- Vous allez m'empêcher de l'emmener ?

- Non.

Elle attendit que le mage s'explique, mais il n'en fit rien, se contentant de l'observer avec curiosité et... de l'amusement ? Elle posa les mains sur l'oeuf et le dissimula dans le sac en bandoulière qu'elle avait emprunté à son père. Denkrad eut un petit mouvement approbateur de la tête, et se détourna pour quitter la salle. Le nom glissa des lèvres de la jeune femme presque malgré elle. Elle n'aurait su dire si elle l'avait sentit dès leur rencontre ou si elle ne le comprenait que maintenant, mais elle n'avait en tout cas pas le moindre doute en cet instant.

- Loki.

L'homme s'arrêta net.

- C'est vous qui m'avez envoyé cette vision.

Denkrad tourna lentement la tête, l'air incrédule. Tout doucement, un grand sourire cruel remplaça sa moue de surprise. Son regard se plissa, mauvais. Il était toujours aussi beau, mais ses traits étaient empreints de malice.

- Comme je te le disais, enfant de dragon : "Loki le malin aurait intérêt à semer la discorde dans nos peuples".

Le dieu se retourna enfin, et s'approcha d'une démarche souple et élégante, féline. Son regard brillait d'une lueur de folie.

- Sais-tu que tu représentes l'un des derniers liens qui unissent tous ces clans, fille de Sven ? La protectrice impartiale de tous les clans vikings. Je pensais d'abord que ta trahison et ta fuite les disperseraient et leur rappelleraient les vieilles querelles de clans. Mais quand je les ai vus te regarder, j'ai compris qu'ils méprisaient ce lien depuis longtemps. Alors je me demande : après que tu seras partie avec l'oeuf, s'entre-déchireront-ils, ou s'allieront-ils pour se venger de toi ?

Le Malin gloussa, plus souriant et plus beau que jamais.

- Pars, files donc avant l'aube, dovahkiin.

Loki partit en sifflotant, son expression douce et bienveillante de Denkrad revêtue. Svenhild, après son départ, s'enfuit à toutes jambes hors du village, le coeur battant. Elle plaquait une main contre son sac pour protéger l'oeuf des secousses.

Au milieu du jour, Svenhild avançait toujours à bons pas sur la banquise. Elle avait fait apparaître son sort de sang pour lui indiquer le chemin vers le père de l'oeuf. Elle était consciente que la créature pouvait bien avoir envie de punir la mort de la dragonne, ou encore simplement de goûter du dovahkiin, mais quel autre choix avait-elle ? Elle avait promis à la dragonne de prendre soin de son petit, et son père était sûrement le meilleur parent qu'elle puisse trouver pour le non-né. Même sans cette promesse, son coeur n'aurait pas décidé autrement.

Sans s'arrêter, la jeune femme fouilla son sac de cuir. Elle en ressortit l'oeuf, qu'elle porta devant son visage. Presque aussitôt, elle le remit dans son sac chargé de glace. Elle ne pouvait s'empêcher de l'admirer régulièrement, malgré le sentiment de culpabilité qui l'étreignait chaque fois qu'elle posait les yeux dessus, et malgré le fait qu'elle craignait que ces quelques secondes dans ses mains ne risquent de ralentir l'éclosion de l'oeuf à cause de leur chaleur. Pourtant, elle se sentait seule, et l'oeuf était désormais sa seule compagnie. Elle s'empêcha de repenser aux événements qui avaient eu lieu à Hahdrimfiik. Elle n'était pas encore prête à les affronter. Parfois, des pupilles reptiliennes suppliantes croisaient son regard. Parfois, c'étaient les yeux narquois d'un dieu qui pouvait la tuer d'un battement de cils mais préférait l'observer parce qu'il trouvait cela plus distrayant.

Une silhouette lointaine extirpa Svenhild de ses pensées. Elle se figea, avant d'accélérer finalement pas pour la rejoindre. Elle se trouvait dans la direction des empreintes de sang. L'homme était-il le dragon père, camouflé dans une enveloppe humanoïde ?

_________________
Sorts:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Destinée
Admin


Messages : 145
Date d'inscription : 05/11/2013




MessageSujet: Re: Vérités douloureuses Mar 1 Sep - 0:44:56

- Tss... Encore une fausse piste...

Maugréa l'encapuchonné qui avait posé un genou dans la neige. Sa main laissant tomber la poudreuse qu'elle avait emprisonné un peu plus tôt dans un acte trahissant son amertume. A chaque fois qu'il pensait se rapprocher du prince, cela se terminait par une fausse piste. Pourtant, cette fois il en était sur, il l'avait sentie. Son odeur. Celle de Mythril. Se relevant et époussetant son vêtement collé de neige, il porta son regard doré mais le colosse emmitouflé derrière lui.

- … Bon le seul point positif est que je t'aurais pour une fois vu complètement recouvert...

Un grognement désapprobateur s'échappa alors du monticule de fourrures et de peaux qui se trouvait non loin de lui. Haussant les épaules face au manque flagrant de paroles de la part de son interlocuteur, il préféra porter son regard vers l'horizon. Qu'allaient-ils faire maintenant qu'ils n'avaient plus aucune piste de leur cible ? Il ne pouvaient pas retourner d'où ils venaient. Pas sans lui. Ayant fait la promesse de le protéger jusqu'à leur mort, ils allaient s'y tenir durent-ils y passer le restant de leur existence à le traquer. C'était une promesse faite à une amie aujourd'hui disparue.

Cette pensée amère ternie l'humeur de l'inconnu qui soupira. Une ville elfique se situait non loin de là, ils pourraient trouver un abri contre la tempête qui faisait rage mais aussi tenter de glaner quelques informations sur une chère tête blonde.

- Rub... On lève le camp... Il n'y a rien ici... je propose qu'on se dirige vers Rivegel... C'est la ville la plus proche.

Le géant qui l'accompagnait sembla acquiescer de la tête avant de prendre la direction indiquée. Ce mastodonte n'était pas très bavard et faisait un piètre compagnon de route. C'est pourquoi le personnage principal eut dut faire assez souvent la conversation seul. Ils ne savaient pas pendant combien de temps, ils voyagèrent dans la neige mais leurs sens leur permettaient de ne pas se perdre. C'est d'ailleurs grâce à ça qu'ils sentirent approcher deux présences draconiques.

Avec de la chance ça doit être Gel et Givre pensa-t-il dans un premier temps. Mais il déchanta bien vite car au fur et à mesure qu'ils s'avançait vers elles, l'une des deux auras se révéla être...

- Une dovahkiin... Intéressant...

Murmura-t-il, sur ses gardes alors qu'un sourire provocateur ornait ses lèvres bronzées désormais dévoilées. Le titan derrière lui était resté en retrait, comme tentant d'évaluer la situation. Il était vrai que les enfants de dragons étaient connus et craint de ces derniers. Et se retrouver face à l'un d'eux pouvait signifier une fin prématurée.

Mais Saephys était un grand joueur et il allait tester l'individue. Au pire ils étaient deux mâles face à elle et n'aurait probablement aucune difficulté à la neutraliser si elle tentait de les attaquer. L'autre aura draconique provenant de la chose dissimulée dans sa besace, il se doutait qu'elle n'avait aucun allié. Levant les mains en l'air en signe de paix, il tenta une approche vers cette dernière.

- Qui es-tu petite ? Et que fais-tu avec un œuf de dragon ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://empire-calypta.forumactif.org

avatar


Svenhild
Niveau 2
Niveau 2


Messages : 83
Date d'inscription : 10/11/2013




MessageSujet: Re: Vérités douloureuses Mar 1 Sep - 13:41:22

Une autre silhouette se dessina derrière la première. Svenhild eut un froncement de sourcils, méfiante. Elle les rejoignit tout de même, et vit avec déception que les traces de pas continuaient un peu plus loin. Aucun des deux hommes n'était pas celui qu'elle cherchait. Leur présence en ces lieux déserts était d'ailleurs plutôt surprenante...

L'adolescente pressa la main contre son sac à l'approche de l'homme. S'il avait deviné la présence de l'oeuf, ce pouvait être un dragon lui-même. Une aide potentielle ? Ou alors, c'était un être magique encore plus dangereux et puissant.

"Ton âme de dragon ne ressent pas les âmes de ses confrères ?"

Suivre une hypothèse du roi des Malins n'était peut-être pas la plus sage des décisions, mais la jeune femme s'y risqua. En ce concentrant sur les deux hommes, elle crut ressentir une force, une aura similaire à la sienne. Ils n'avaient pas l'air menaçant. L'un d'entre eux lui faisait même un signe pacifique. Elle décida de leur faire confiance. Elle n'avait pas beaucoup d'autres options, à vrai dire. Plus elle s'enfonçait dans la banquise, plus elle avait du mal à respirer. Elle ne pourrait plus continuer très loin. Et elle avait beau avoir étudié les dragons, elle n'avait pas poussé ses recherches jusqu'à leurs oeufs. Elle ne savait pas comment s'occuper de son petit protégé, ni même s'il était judicieux d'apporter le petit à son père. Ces deux dragons, c'était peut-être une menace, mais c'était également la seule aide possible qu'elle aurait.

- Je m'appelle Svenhild, je viens du village d'Hahdrimfiik.

Elle ajouta rapidement, l'air renfrogné :

- Et je suis pas petite. Je comprends que vous vous inquiétiez du sort de l'oeuf, entre les mains d'une viking. Mais je cherche justement à l'amener à son père. Le chemin de sang que vous voyez là est un sort pour me guider jusqu'à lui, mais je crains qu'il ne soit trop loin pour que je puisse y parvenir sans suffoquer. Peut-être pouvez-vous m'aider ? Comment vous vous appelez ?

Elle leur laissa le temps de se présenter, et poursuivit :

- Est-ce qu'il existe un endroit où un dragon blanc se rendra forcément et où je pourrais l'attendre ? Est-ce que les dragons mâles blancs se soucient seulement de leur progéniture ?

Elle baissa la tête sur son sac. Rempli de glace, il lui donnait encore plus froid, malgré les fourrures qu'elle avait revêtues.

- Est-ce que cette fichue glace sert seulement à quelque chose ou bien est-ce que je me suis gelé la hanche tout le long inutilement ?

Elle releva la tête. Le dragon lui avait fait signe qu'il ne lui voulait aucun mal, mais la prudence était de mise. L'adolescente resta sur ses gardes, attendant avec espoir un conseil avisé des reptiles.

_________________
Sorts:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Destinée
Admin


Messages : 145
Date d'inscription : 05/11/2013




MessageSujet: Re: Vérités douloureuses Mar 1 Sep - 14:19:10

Attendant que la « petite » se présente, il eu un étrange sourire satisfait lorsque cette dernière se renfrogna au petit surnom qu'il lui avait donné. En ce sens, elle lui rappelait Mythril qui avait eu cette même bouille à son surnom. Faisant une révérence, il se permit de commencer les présentations de son coté.

- Saephys, pour vous servir jeune demoiselle. Et voici...

Fit-il en tendant ses doigts habiles en direction de l'énorme amoncellement de tissus duquel s'échappait de la fumée, preuve qu'il y avait une vie en dessous. Un long moment se passa alors qu'ils restèrent tous les trois immobiles dans cette position. Jusqu'à ce qu'un soupire ne vienne rompre le silence suivi de la voix grave du barraqué.

- Rub.

- Rapide, précis, net et sans détour. C'est ce que j'aime chez toi mon pote.

La répartie sarcastique et le claquement de langue du plus petit mâle provoqua le haussement d'épaules du second avant que la conversation entre les deux plus loquaces ne continue. Cette fois il était question de l’œuf. L'humaine voulait le ramener à son père ? Les deux dragons échangèrent un regard circonspect avant que Saephys ne reprenne la parole.

- Je craints fort que ce ne soit une tâche impossible ma belle. Les dragons blancs mâles se fichent royalement de leur descendance. Tu risques simplement de vous faire tuer tous les deux en tentant de le retrouver. Soi par le froid soi par son père...

Il attendit quelques instants, grattant sa barbichette bleue tout en se plongeant dans une intense réflexion. Puis se risqua.

- Je te rassure, tu as bien fait. Plus il fait froid et plus ces petits ont de chance de survivre. Leur système de refroidissement étant moins élaboré que leurs parents, les petits doivent rester dans les endroits les plus froids possibles... Mais pourquoi vouloir retrouver son père ? Sa mère ne peut-elle pas s'en occuper ? On peut t'aider à la retrouver.

Il avait parler sans réfléchir. Bordel ! Voilà que la bêtise de son ami blondinet l'avait atteint. Claquant de la langue une nouvelle fois en signe de mécontentement, il se permit de réfléchir à la situation qui aurait pu mener une tueuse de dragons à sauver un dragonnet. Et c'est là que la réalité lui sauta aux yeux. La mère était morte et sans elle le petit n'allait pas tarder à suivre. Il prit alors une voix douce, presque compatissante, malgré l'amertume qui lui serrait la gorge.

- Laisse tomber les explications... J'ai compris. Elle a rejoint Dragon c'est ça ? Sans parent ce petit est condamné...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://empire-calypta.forumactif.org

avatar


Svenhild
Niveau 2
Niveau 2


Messages : 83
Date d'inscription : 10/11/2013




MessageSujet: Re: Vérités douloureuses Mar 1 Sep - 15:10:19

Un sourire chatouilla les lèvres de l'adolescente. Les deux dragons formaient un drôle de duo qu'elle ne se serait pas attendue à croiser dans une situation si dramatique. Cette rencontre était la bienvenue dans un tel moment. Elle se détendit un peu, jusqu'à ce que Barbe Bleue ne l'interroge sur la mère de l'oeuf. Une lame émoussée se retourna dans le coeur de la jeune femme. Elle n'eut pas les mots pour s'expliquer, mais le dragon comprit par lui-même. La sentence qu'il prédit lui coupa le souffle. Elle avait la tête qui tournait, et se sentait soudain épuisée. Luttant contre les larmes, la viking s'assied dans la neige. Le sort de sang s'estompa. Elle creusa un peu la neige, sortit l'oeuf de son sac et le posa dans son nid improvisé. Tout en parlant, elle le couvrait de poignées de neige entre ses jambes, telle une enfant bâtissant un château de sable. Son regard fixait obstinément l'oeuf, plein de détermination et de colère.

- Il n'est pas sans parent. Il m'aura moi... Je ne suis pas un dragon, mais qu'est-ce qu'un humain ne peut apporter à un oeuf qu'un dragon peut ? S'il lui faut de la glace, j'apprendrai le cri de glace. S'il a besoin d'un cul gelé posé sur lui constamment je...

Elle eut besoin de quelques secondes pour imaginer ce qu'elle ferait.

- Je l'envelopperai d'une couverture de Glacéternelle que je serais allée chercher moi-même ! Et quand il devra apprendre à voler, je monterai une wyvern pour le surveiller s'il le faut ! Je lirai tous les maudits bouquins qu'il faudra pour apprendre à m'en occuper !

En attendant, la jeune femme se rappela qu'elle ne savait pas jusqu'à quelle température l'oeuf pouvait survivre, ni comment quitter la banquise du Nord. Habituellement, elle prenait un drakkar, ou bien un portail de mage. Sans Arslack et sans aide viking, elle était coincée. D'ailleurs, elle ne pouvait plus ni aller en arrière, au risque de tomber sur les vikings, ni aller de l'avant, où l'air était trop froid pour ses poumons. Elle leva les yeux vers Barbe Bleue.

- Enfin... Ce serait quand même plus pratique si je pouvais l'emmener avec moi hors de la banquise. Jusqu'où sera-t-il à l'aise sur les terres Calyptiennes, Saephys ? Et, euh... Vous n'iriez pas bientôt du côté du Sud par hasard ?

Elle dessina un sourire béat sur la neige qui recouvrait l'oeuf, le parant d'un visage stupide. Elle attendait que le dragon ne lui propose un baptême de l'air.

_________________
Sorts:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Destinée
Admin


Messages : 145
Date d'inscription : 05/11/2013




MessageSujet: Re: Vérités douloureuses Mar 1 Sep - 16:23:44

- Du temps...

Murmura le dragon, désolé pour la demoiselle. Elle était déterminée à sauver ce petit être et s’en était vraiment touchant. Mais ça ne servait à rien de lui mentir. Elle voulait devenir adulte ? Alors qu'elle comprenne un peu la dure réalité.

- Un dragon peut attendre jusqu'à une centaine d'années avant d'éclore, d'ici-là il est impératif qu'il reste dans un endroit très froid, de plus il ne peut commencer à apprendre à voler que vers ses 70 ans et à 150 ans, il ne sera pas plus mature qu'un enfant de 10 ans... La croissance des dragons est très lente Svenhild.

Même si elle tentait de se donner à fond, jamais elle ne pourrait vraiment former totalement le dragonnet à vivre seul en si peu de temps. Mais une idée lui vint en tête. Elle ne pourrait pas tout l'éducation nécessaire mais il connaissait un être qui le pourrait. De plus, un jeune dragon ne comprend qu'une seule langue à sa naissance, celle de sa race. En cela, la personne à qui il pensait pour le rôle de parent de substitution collait mieux. Le tout était de le retrouver.

Rub dût sentir la folle idée qui lui trottait dans la tête parce que celui-ci commença à faire connaître sa désapprobation en grognant. Claquant une nouvelle fois de la langue et abaissant sa capuche pour laisser apparaître sa longue crinière dorée, le dragon saphir défiait son compagnon du regard.

- Tu as une meilleure idée peut-être ?

Un autre grognement s'ensuivit tout de suite suivi par la réponse du mastodonte qui décidait de rester définitivement et complètement recouvert de ses couches de vêtements.

- Non...

- Voilà tout est réglé !

Un sourire triomphant ornait ses lèvres et il abandonna son échange avec l'autre dragon pour se focaliser sur l'humaine qui était en train de dessiner un sourire niais sur le pauvre petit œuf. S'agenouillant devant l'enfant, il lui fit part de sa proposition.

- Je connais une personne qui pourra l'élever. Mais vois-tu, nous l'avons perdue de vue et si ça ne te gène pas de nous accompagner, on pourrait la retrouver ensemble pour lui refiler le petit. Peut-être qu'après je pourrais te rapprocher de ce Sud que tu veux rejoindre. Nous allions du coté de Rivegel pour y passer la nuit et essayer de glaner des informations sur une certaine andouille blonde paumée. J'ai senti l'odeur de mon ami dans le coin et peut-être son instinct de survie l'a envoyé là-bas. C'est mieux que de mourir de froid de toute façon...

Pour le coup, il n'avait pas vraiment tort, ils étaient au milieu de la banquise et avant qu'ils n'en sortent la nuit serait tombée, même s'il prenait sa forme de dragon. Après tout, les vents instables des environs pouvaient se lever sans crier gare et ralentiraient son avancée ou encore lui faire perdre l'équilibre au risque de se retrouver avec une omelette géante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://empire-calypta.forumactif.org

avatar


Svenhild
Niveau 2
Niveau 2


Messages : 83
Date d'inscription : 10/11/2013




MessageSujet: Re: Vérités douloureuses Mar 1 Sep - 17:15:35

Svenhild abaissa un regard déconfit. Elle n'avait pas pensé qu'un oeuf puisse mettre tant de temps à éclore ! Elle ne le verrait peut-être jamais naître et grandir, alors. Elle soupira, attristée. C'était peut-être pour le mieux. Pourquoi connaîtrait-elle la joie de voir le petit grandir quand sa propre mère ne le pourrait pas, par sa faute ? D'un geste de la main, elle essuya de l'oeuf la neige au visage stupide.

En entendant les échanges entre les deux dragons, la jeune femme releva la tête. Est-ce qu'ils avaient une solution en tête ? Quoi, ils pouvaient allonger sa vie d'humaine ?! Intriguée et excitée, elle dévora le dragon bleu du regard. Elle accueillit son idée avec une pointe de déception. Elle devait confier l'oeuf à un autre, pour son bien. Il fallait bien le reconnaitre, cet enfant était une charge qui lui aurait compliqué la vie. Elle voulait vivre un tas d'aventures. Elle ne savait pas quoi encore. Elle irait peut-être défier Loki à Hahdrimfiik lorsqu'elle en aurait la force, ou bien devenir mercenaire comme elle l'avait parfois rêvé, ou encore rejoindre Dastan dans la piraterie... Elle était jeune, il y avait encore tant à vivre avant de s'exclure pour élever un enfant. A supposer que l'oeuf éclose avant qu'elle ne meure, bien sûr. Non, elle n'avait pas l'étoffe d'une mère. Elle était comme sa propre mère, dédiée à l'aventure et au combat. Elle partirait comme elle, avant de vieillir et l'épée au poing. La solution de Saephys était la meilleure.

Svenhild lança un regard borné au dragon bleu. Elle répondit, douce mais ferme :

- Je te suivrai où il faudra pour trouver le parent parfait à cet enfant. Mais je ne le confierai qu'une fois certaine de la fiabilité de cette personne. Je me suis engagée auprès de la mère, je ne peux pas le remettre à une inconnue dont je ne sais rien. Tu me parleras de cette dragonne blonde pendant le trajet, d'accord ?

Pour la viking, il était évident que le dragon avait porté son choix de nurse sur un être de la race des dragons. Saephys avait lui-même relevé l'importance de la longévité...

- Et puis... Même après l'avoir confié, je souhaiterais parrainer cet enfant. Il peut éclore dans des décennies, mais il pourrait très bien aussi éclore demain, pas vrai ? De toute façon, ta dragonne et moi on en prendra si bien soin qu'il voudra éclore au plus vite !

Svenhild se releva et sourit à Saephys, le regard plein d'espoir. Elle mourait d'envie de voler avec un dragon.

_________________
Sorts:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Destinée
Admin


Messages : 145
Date d'inscription : 05/11/2013




MessageSujet: Re: Vérités douloureuses Mar 1 Sep - 18:51:36

Le visage de la demoiselle passa par toutes les émotions possibles. De la déception, de la joie et une pointe de résolution de fer. Voilà qui lui allait bien mieux. Il se retint de lui en faire la remarque, les boutades ça allait deux secondes et mieux valait rester sérieux de temps en temps.

Mais son sourire énigmatique refit surface à l'évocation des termes « une inconnue », « dragonne blonde » et « ta dragonne et moi ». Ses yeux pétillèrent de malice en comprenant le quiproquo dans lequel avait foncé la petite tueuse de dragon. Il serait plus qu'heureux de laisser l'erreur planer le plus longtemps possible. Stoppant le molosse dans sa tentative de lui faire comprendre son erreur. Il prit bien fort la parole pour couper celle de Rub. Le pauvre, pour une fois qu'il voulait aligner plus deux trois mots dans une phrase...

- C'est que...

- C'est que notre princesse serait très heureuse de pouvoir s'occuper d'un enfant !

Et sans plus de cérémonie, il leur fit mine d'avancer. C'est qu'ils avaient encore du chemin à parcourir. Tournant son regard doré vers la miss, il continua dans un murmure, mais cette fois la sincérité pouvait se lire dans sa voix et ses paroles.

- Je ne doute pas que vous serez les meilleurs pour ce job...

Puis il détacha son manteau avant de le poser en vrac sur la tête de la petite écervelée. Partir dans la banquise sans penser à se couvrir la tête était très risqué. Sans se retourner il annonça d'un ton un peu trop paternel à son goût.

- Mets-moi ça... Le petit risque de regretter sa super marraine si celle-ci meurt d'une pneumonie. Je suis un dragon saphir et le froid m'atteindra beaucoup moins que toi. Récupère un peu de chaleur si tu ne veux pas devenir une glace pour dragon blanc... Tu veux que je t'aide à porter ton œuf en attendant ou ça ira ?

Bien docilement, la voilà qui le lui tendait. Avançant tout doucement ses mains vers leur protégé, un drôle de sentiment commença à naître en lui. Quelques millimètres et ses doigts touchèrent enfin la coquille. Étrange, elle était très froide mais pourtant il pouvait sentir la vie battre en elle. Cette existence qui ne demandait qu'une chose : vivre. Quelque chose se passa dans la poitrine du dragon bleu alors qu'un léger craquement se faisait entendre.

- Bordel...

Quelle éloquence ! Mais devant le fait accompli, il ne put rien dire d'autre dans un premier temps. Puis se ressaisissant, il tourna son regard malin vers la demoiselle et lui proposa.

- Si c'est un mâle, tu me dois un verre ! Dans le cas contraire, j'te dois une boisson !

Les fissures se firent de plus en plus grandes, s'élargissant au fur et à mesure que la petite chose forçait pour sortir de sa prison. S'agitant dans tous les sens, il manquait de renverser la coquille tenu tant bien que mal par les deux êtres. Raffermissant sa prise sur l’œuf, de même que la demoiselle, il s'en approcha pour voir des morceaux tomber sous les coups répétés.

Jusqu'à ce qu'une petite patte griffue et blanche ne transperce la protection, suivie d'une seconde. On pouvait déjà entendre les couinements du nouveau-né alors que le cœur de Saephys tambourinait dans sa poitrine. N'osant relever le regard de ce spectacle, il resta immobile jusqu'à ce que la partie inférieure ne s'ouvre en deux pour révéler au monde le nouveau calyptien.

Des petits couinements, semblables à ceux des bébés caïmans s'échappait de la petite chose qui refusait de lâcher de son regard bleu-ciel le mâle qui la tenait dans ses mains. Il faisant totalement et aveuglément confiance, elle lui remettait la lourde tache de sa propre vie.

Rub c'était approché à son tour et examinait le bébé dragon d'un regard intrigué. Quand à Saephys, il n'avait pas dit un seul mot. Lui qui c'était juré de ne jamais s'encombrer d'attaches, venait de se lier sans s'en rendre compte à ce... cette charmante petite femelle.

- Tin... J'ai perdu mon pari.

Fit-il d'une voix qui se voulait amusée mais qui se révéla légèrement tremblotante. Il poussa alors doucement la petite femelle dans la bras de la dovhakiin et lui annonça trop doucement à son goût.

- Je crois que sa tata a mérité le privilège de la tenir en premier dans ses bras...

Mais à peine eut-il amorcé sa tentative d'éloignement qu'elle se mit à couiner, comme pour l'appeler. Soupirant, il repassa une main sur le crâne du petit avant de la calmer d'un tendre soupir. Cette fois, il put s'en dégager et laisser à Svenhild la joie du petit fardeau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://empire-calypta.forumactif.org

avatar


Svenhild
Niveau 2
Niveau 2


Messages : 83
Date d'inscription : 10/11/2013




MessageSujet: Re: Vérités douloureuses Mar 1 Sep - 21:57:40

[justify]Une princesse ! Svenhild se demanda si le dragon se fichait d'elle, ou si son petit protégé avait vraiment tant de chance dans sa malchance. Un gros manteau l'engloutit avant qu'elle ne puisse s’intéresser à la demoiselle princière. La jeune femme sortit une tête ébouriffée du vêtement. Sensible aux flatteries de Saephys, elle accepta de lui remettre l'oeuf le temps d'enfiler de façon plus conventionnelle le manteau qu'il lui prêtait de bon coeur. mais ses doigts refusèrent de lâcher l'oeuf. Par Odin, c'était SON protégé ! Une partie d'elle grondait à l'idée qu'on la sépare du petit.

- Merde !!!

Cria la viking affolée lorsque la coquille se fendit sous ses doigts. Depuis qu'elle s'était abreuvée du sang de dragon rouge, elle ne maitrisait plus si bien sa force et broyait régulièrement ce qu'elle enserrait, malgré elle. De petits mouvements à l'intérieur de l’œuf mirent cependant vite un terme à sa panique. Elle n'avait pas éclaté l'oeuf. e dragon l'avait fendu lui-même pour en sortir.

- Par Odin, si c'est un mâle je veux bien me teindre les cheveux en bleu !! C'est une fille, une foutue fille, pari tenu !!

S'exclama-t-elle, surexcitée. L'émotion la frappait par vagues : un instant elle sentait l'excitation la submerger, la seconde suivante, un calme émerveillé irradiait en elle. La vue de la petite patte blanche ne calma pas cet état. Elle en eut le souffle coupé. Les dragons l'avaient toujours fascinée, mais celui-ci la captiva plus qu'aucun autre avant. Porteur d'une puissance incroyable, c'était encore un petit être fragile, dont la destiné reposait entre ses mains à elle, et celles du dragon bleu.

- Je veux une pinte d'hydromel nordique.

Souffla Svenhild en réponse à Saephys, le regard rivé sur la petite créature blanche. Une femelle, bien sûr. Elle passa une main le long du dos de la dragonne, apprécia la douceur de ses écailles encore parfaitement lisses. Elle contempla un long moment la créature, avant de décider, à regret, qu'il était temps de partir. Après tout, elle ignorait ce que Loki mijotait exactement. Les clans vikings pouvaient être à ses trousses. Fichant de force la dragonne dans les bras du muet, elle enfila le manteau qu'elle avait fait tomber. Puis, elle reprit sa protégée, et fixa le dragon bleu avec insistance. Maintenant était le moment pour qu'il prenne sa véritable forme.

Tout au long du trajet, la jeune femme ne cessa de questionner Saephys. Comment s'appelait la princesse ? A quelle race appartenait-elle ? Qu'est-ce qui faisait penser aux dragons qu'elle voudrait et saurait s'occuper de l'enfant ? Quelle personnalité arborait-elle ? Etait-elle une puissante guerrière ? Avait-elle des ennemis qui pourraient constituer une menace pour l'enfant ? Et, par Odin, comment une dragonne pouvait se perdre ???

_________________
Sorts:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Destinée
Admin


Messages : 145
Date d'inscription : 05/11/2013




MessageSujet: Re: Vérités douloureuses Mar 1 Sep - 23:15:05

En bon perdant, le dragon azur s'inclina face à la chance de la jeune femme mais d'un air taquin la titilla tout de même.

- N'es-tu pas un peu trop jeune pour demander de l'hydromel ? C'est dommage je t'aurais bien vu les cheveux en bleu...

Fit-il, joueur, tout en se passant les doigts dans sa propre chevelure bleutée. Il s'éloigna des deux filles, heureux et soulagé de redevenir enfin maître de ses émotions. Ce n'était pas que le petit être le gênait, loin de là. Mais il ne pouvait pas gérer le fait que la situation lui échappait totalement des mains. Les dragons azurs étaient connus pour ça, telles des anguilles ils se contorsionnaient, comme ils jouaient avec les mots, pour garder toujours sous leur emprise leurs victimes. Savoir qu'il venait de se faire attraper le laissait perdu. Incapable de reprendre pied dans cette mer inconnue. Ne voulant pas trahir son émoi, il préféra prendre assez rapidement sa forme de dragon, qu'il puisse garder son masque pour se protéger.

Et là où se trouvait plus tôt un elfe aux cheveux bleus, se trouvait désormais un immense dragon bleu rayé d'écailles turquoises. Son long corps battit pour la nage laissait transparaître un poitrail impressionnant de même qu'un queue longue dont les formes soulignaient la puissance de ses muscles. Le long de ses écailles turquoises se trouvaient ancrées jusque dans la chair d'étranges perles qui partaient de son cou pour se terminer jusqu'à l'extrémité de sa queue. Des barbillons pendaient fièrement au niveau de la gueule de l'animal et ses ailes ressemblaient fortement à des nageoires. Tout dans cette créature laissait comprendre qu'elle était faite pour une vie aquatique.

S'abaissant pour mieux laisser à tout le monde la possibilité de grimper sur son dos, il attendit patiemment que ces derniers soient confortablement installés pour commencer une rapide marche jusqu'à Rivegel.  Durant le chemin, il en profita pour répondit aux questions dont elle l'assommait.

- Notre cher "princesse" s'appelle Mythril et fait parti de la race des dragons dorés. son tempérament calme, sa gentillesse, son doux sourire...

Devenant tout d'un coup rêveur face aux souvenirs de son petit prince, il mit quelques secondes avant de comprendre le blanc qu'il avait laissé. Se raclant la gorge, il reprit de sa voix éthérée dût à sa forme draconique.

- ...et sa patience lui procurent une candidature parfaite pour le rôle...Mais c'est une vraie tête de linotte qui a disparu après qu'on notre réveil précipité.

Il lui expliqua alors le but d'un tel sommeil et la disparition soudaine et inexpliquée de leur ami. Ses longues ailes faisaient office de rempart contre la neige et le vent qui commençaient à se lever et alors que le ciel s'obscurcissait, les lumières de la ville se dessinaient au loin. Il avait finalement opté pour sa forme primaire en raison du comportement de la tueuse de dragons. En effet, celle-ci semblait toujours en alerte, comme si elle était pourchassée. Il aurait bien le loisir de lui demander plus tard. Pour le moment, il fallait trouver un abri et vite !

Car ce qu'il n'avait pas dit en protégeant la petite du froid était que ses écailles lisses et souples lui permettait de supporter les froideurs des profondeurs des océans, mais pas du vent glacial qui s'attaquait désormais au quatuor. Il espérait que la nuit tombante puisse cacher les engelures que commençaient à subir ses ailes nervurées. Bien sur il n'y avait rien de bien alarmant, un bon bain tiède et il serait soigné, mais il craignait que la gamine ne panique inutilement face aux apparentes blessures.

Ce fut lorsque le ciel était complètement noir et que les lumières de la ville et celles des perles disposées sur le corps du dragon n'étaient que les seules sources pouvant les aider à voir, qu'ils arrivèrent enfin à la ville elfique. C'était une magnifique elfique taillée dans la glace et le bois dont les nombreuses guirlandes multicolores égayaient les environs, se reflétant sur le lac gelé faisant office de patinoire.

Ses habitants, des elfes à la peau et aux cheveux blancs, les regardaient avec des yeux gris ronds. Un silence s'installa autour de nos héros alors que le dragon reprenait sa forme elfique mais il fut bien vite rompu par la voix d'un vieillard.

- Crénom de nom ! Mais c'quoi c'foutoir ?!?

L'étrange personnage, accompagné d'un elfe qui semblait être un chasseur les toisait de sa petite personne penchée par le poids des années. Faisant un rapide examen des intrus, il les invita d'un revers de la main et de plusieurs tapotement de sa canne à le suivre.

- Ola ! Vot' pote l'a pas l'air dans son état ! J'm'en vais vous l'requinquer ! Suivez-moi et pas de discussion ou l'petiot, il vous botte l'cul !

Le petiot en question n'était en fait que l'elfe qui suivait. Devant l'audace du médecin, il ne put que se gratter l'arrière du crâne, quelque peu gêné. Il avait tout de même en face d'eux des dragons et une sauvageonne.

- Désolé pour le vieux... Il est assez spécial mais ce n'est pas un mauvais bougre et c'est le meilleur soigneur à des kilomètres à la ronde. Mon nom est Tilion. Enchanté...

- Non mais oh! j't'entends très bien ptit con! Un peu d'respect s'teu plait ou ça va mal finir!

Il referma alors la marche tout en sommant, en langage elfique, aux curieux de rebrousser chemin. Leur destination était un petit chalet construit dans les mêmes matériaux que le reste de la ville. A l'intérieur une grande salle cosy allait les attendre, ainsi que des chocolats chauds dans lesquels flottaient des marshmallows.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://empire-calypta.forumactif.org

avatar


Svenhild
Niveau 2
Niveau 2


Messages : 83
Date d'inscription : 10/11/2013




MessageSujet: Re: Vérités douloureuses Mer 2 Sep - 19:35:05

Svenhild était bien contente de porter le manteau de Saephys; la neige et le vent soufflaient sans pitié, et le soleil s'éloignait rapidement. Elle avait tout de même grimacé, lorsqu'il s'était mis à galoper au lieu de voler, comme elle s'y était attendue... Admirant la petite, elle avait néanmoins le regard captivé. Elle garda tout de même une partie de son esprit concentrée sur le portrait que Saephys dressait de la princesse. Elle eut un sourire narquois lorsqu'il l'accabla de compliments d'une façon qui rappela plus une déclaration d'amour qu'une simple description. Elle se tourna vers le muet et haussa les sourcils d'un air complice.

Déçue par son trajet terrestre, la viking fut soulagée de descendre du dragon. Elle était épuisée, elle avait faim, et Saephys lui devait une pinte. Surprise par l'intervention bruyante d'un vieillard, Svenhild se retourna vers lui, les yeux écarquillés. Elle tourna alors successivement la tête vers Saephys, puis vers Rub. Est-ce qu'ils avaient des ennuis avec la populace de Rivegel ? Mais les dragons ne parurent pas plus intimidés que cela. Elle serra un peu plus contre elle la dragonne qui s'agitait. Svenhild se demanda si l'enfant avait faim. Sûrement. Qu'est-ce qu'un dragon mangeait ?

La remarque du vieil homme l'inquiéta un peu plus. Mais pas pour la petite. Saephys était blessé. Elle s'en voulut de n'avoir rien vu avant. La nuit n'avait pas aidé, et elle avait été distraite par l'enfant. Les angoisses de la jeune femme se turent lorsqu'un elfe aux cheveux aussi blanc que les siens les rejoignit. Elle le jaugea et sourit. Il était plutôt mignon, pour un androgyne.

- Enchantée, Tilion.

Elle suivit la petite troupe. Elle reconnut quelques bribes du langage elfique dans leurs exclamations. Elle ne comprenait pas les mots, mais elle les connaissait. Elle entendait assez régulièrement Louviann parler elfique.

- Saephys.

Appela-t-elle discrètement tandis qu'ils pénétraient dans un chalet.

- Tu peux demander quelque chose pour nourrir Dovah ?

Elle-même ignorait ce qu'un dragon de cet âge pouvait bien manger. De la viande, probablement, mais dans le doute, mieux valait se reposer sur Saephys. Elle aurait aimé pouvoir nommer la dragonne, mais c'était le rôle d'un parent. Elle devrait se contenter d'un surnom affectueux, l'un des rares mots du langage draconique qu'elle se rappelait.

_________________
Sorts:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Destinée
Admin


Messages : 145
Date d'inscription : 05/11/2013




MessageSujet: Re: Vérités douloureuses Mer 2 Sep - 23:13:29

Voyant la bouille inquiète de la demoiselle et lui offrit un clin d’œil accompagné d'un léger sourire qui se voulait convainquant. Okay il avait dégusté pour les emmener jusqu'à Rivegel mais rien de bien méchant. La magie le soignerait avec le temps. Ils suivirent tous docilement le vieux et l'elfe nommé Tilion.

- C'est un très joli nom que tu lui as trouvé...

Murmura-t-il à la tueuse alors qu'ils étaient dans le chalet. L'intérieur était largement plus chaud, au grand damne du bleuté. Après le froid sec, il allait devoir subir la chaleur. Il en frémissait d'avance... Le vieux l'invita à prendre place sur l'unique lit de la pièce tout en lui donnant des ordres.

- Bon le cul g'lé. On tombe la ch'mise et plus qu'ça !

Faisant claquer sa langue, il darda son regard doré vers le vieux qui ne sourcilla pas pour autant. Les personnes âgées, c'est plus ce que c'était. Capitulant, il fini par enlever sa veste et dévoiler les cicatrices gelées qui parsemaient son torse musclé.

Pendant ce temps, heureux de retrouver enfin de la chaleur, le tas de vêtements commença sa longue entreprise d'enlèvement de peaux, fourrures et autres tissus devenus obsolètes. Saephys sauta sur l'occasion pour satisfaire la demande de la viking.

- Hum. Par contre, il faudrait de la nourriture pour la petite...

- Et bha qu'elle fasse comme chez elle ! Chuis occupé là !

- Je voulais parler du bébé...

- Ah... Mais je le savais hahaha!

Faisant mine de réfléchir et ne se préoccupant pas du tout le l'humaine qu'il venait très certainement d'énerver, il se tourna vers Tilion qui était en train de fixer perplexe le tas de vêtements vivant rétrécir.

- L'petiot ! Tu peux aller chercher du poisson ?

L'elfe inclina la tête et s'exécuta derechef, prenant la porte qui menait sûrement vers la cuisine. Pendant ce temps, Svenhild pouvait enfin mettre un visage (et même plus) sur le tas de fourrures vivant : des traits fortement marqués et un corps puissamment musclé à moitié découvert et recouvert de nombreux tatouages et de cicatrices, deux yeux dorés qui la fixaient, encadrés par des cheveux verts relevé en arrière. Même sans ses couches, l'individu paraissait imposant et avait des allures de semi-orc. Ce dernier grogna de contentement tout en faisant rouler ses muscles.

- C'est mieux...

Exploit de la journée, il venait d'aligner deux mots à la suite ! Voilà ce qu'aurait voulu rétorquer l'elfe bleu si les cataplasmes dont son médecin était en train de l'enduire ne lui piquait pas un peu la peau.

- Tsss

Fit-il tout simplement avant que son tortionnaire ne s'éloigne de lui quelques instants pour aller chercher des bandages. Laisses tous les quatre de nouveau, il lança à l'humaine sur un ton taquin.

- Régale-toi la belle ! Apparemment ce soir c'est fan-service !

Heureusement que Tilion refit surface rapidement après sa remarque parce que dans le cas contraire, il aurait sûrement souffert. Questionnant l'assemblé du regard, les deux dragons lui indiquèrent de concert la seconde porte et il opina du chef. Il porta à la table les morceaux de poissons qu'il avait au préalable découpés en petites pièces et les déposa sur une serviette alors que le soigneur, revenant avec son matériel, s'en approcha et les gela à l'aide de magie.

- Voilà c'prêt ! La plus qu'à manger vot' protégée !

Et il termina les soins de son patient. Ne perdant pas de temps Saephys reprit la parole mais cette fois, il était concentré sur sa recherche.

- Excusez-moi...

- Papy-soigne-tout !

- Pardon?

- Appelle-moi Papy-soigne-tout ! Pardi !

- D'accord... ahem... Papy-soigne-tout. Auriez-vous vu par hasard, il y a quelques temps de cela une jeune personne blonde. Elle possède des attributs elfiques, un œil bleu et un autre doré et des longs cheveux dorés. Nous avons été séparés lors d'une attaque et nous nous inquiétons à son sujet.

Un déclic se passa dans le regard de son interlocuteur et le dragon saphir failli sauter de joie. Les deux elfes blancs se lancèrent un regard entendu avant que Tilion ne prenne la parole.

- En effet. Je l'ai retrouvé, blessé, dans la neige. L'attaque a dût être terrible car ça l'a plongé dans un état d'amnésie. Nous l'avons soigné et redirigé vers les Créatrices pour trouver des réponses. En chemin, nous avons été secourus par deux dragonnes. Gel et Givre...

Le nom des deux femelles eu l'effet escompté, voilà que les deux dragons se regardèrent avec un franc sourire. Pour sur qu'ils les connaissaient ! Bon quand ils c'étaient quittés, l'une n'était qu'une petite dragonne et l'autre un œuf enquiquineur. Mais au moins ils étaient heureux de savoir que le prince était entre de bonnes mains.

- Quand Givre m'a retrouvé alors que je chassais sur la banquise, elle m'a annoncé que sa petite sœur était avec lui à la Grande Bibliothèque et qu'ils comptaient y rester pendant un bon moment.

- On l'a retrouvé ! T'entends ça Rub ! On a retrouvé la trace de Mymy !!!

Fit le blessé, sautant littéralement du lit tout en ne prenant même pas la peine de cacher sa joie. Le susnommé souriait lui aussi et croisait les bras. Finalement, ça n'avait pas été une si mauvaise journée que ça...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://empire-calypta.forumactif.org

avatar


Svenhild
Niveau 2
Niveau 2


Messages : 83
Date d'inscription : 10/11/2013




MessageSujet: Re: Vérités douloureuses Jeu 3 Sep - 13:57:52

- J'espère que ta Mythril aura l'idée de jolis noms, elle aussi.

Répondit la viking sans lâcher l'enfant du regard. A priori, elle ne s'inquiétait pas trop. Elle ne saurait jamais le véritable nom de la dragonne, et quant à celui que lui ferait emprunter Mythril... Eh bien, "Mythril", c'était un joli nom aussi. Si les parents avaient fait preuve de bon goût, la princesse en avait peut-être hérité. Il fallait l'espérer. Svenhild décida qu'elle ferait part à cette Mythril d'une faveur avant qu'elle ne décide du nom de Dovah.

La chaleur du chalet convainquit vite la viking de retirer le manteau de Saephys. A l'ordre du vieillard, elle leva les yeux de la dragonne, et sourit malicieusement en guettant Saephys du regard.

- Ouais, plus vite que ça, Saephys... on est pressés, tu sais bien.

Crut-elle bon de préciser d'un ton sournois. Elle observa sans scrupules le dragon se déshabiller, appréciant les muscles de sa silhouette. Elle eut une pensée pour son maître d'armes, son tableau de muscles préféré. Une remarque du vieillard sortit la jeune femme de ses pensées charnelles. Elle grimaça et siffla tel un chat sous un jet d'eau.

- Je ne suis pas... PETITE !!

Elle lança un regard outré à Rub, qui la fixait. Le colosse ne répondit évidemment pas à son appel à l'aide. Mais il se dévêtit à son tour, et elle fut au moins un peu apaisée par ce qu'il lui montra. Elle a confirma à Saephys :

- Ouais, ouais. Va donc m'offrir la pinte d'hydromel que tu me dois, et je pourrai me croire au Valhalla.

Sentant la dragonne gigoter dans ses bras, Svenhild se souvint du plat que lui avait apporté l'elfe. Elle alla s'asseoir à la table pour nourrir l'enfant, lâchant dans sa gueule des morceaux de poisson. Elle n'écouta la conversation qu'à demi. Elle crut comprendre qu'ils savaient où trouver Mythril. Bien, elle était pressée de rencontrer la princesse, et de vaincre les restes de réserves qu'elle avait à son encontre. Il faudrait tout de même sacrifier quelques bêtes, en temps voulu, pour appeler sur la petite la protection de Frigg.

_________________
Sorts:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: Vérités douloureuses

Revenir en haut Aller en bas

Vérités douloureuses

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» A la recherche de la vérité ! [PV : Trok Zaz']
» [Règle] Rebond et dextérité
» Parole du prophète de la Vérité
» manque de dextérité et modelisme
» Maya ou Vérité?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Empire Calypta :: Neutre :: Nord :: Banquise Septentrionale :: Villages vikings-