AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Fiche de Irion /// Et accessoirement du blondinet avec lequel il a débarqué

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar


Irion
Niveau 1
Niveau 1


Messages : 10
Date d'inscription : 24/10/2014
Localisation : Sur une terre inconnue 0_0 au détour du néant




MessageSujet: Fiche de Irion /// Et accessoirement du blondinet avec lequel il a débarqué Dim 26 Oct - 16:48:50

Avant toute chose pour les connaisseurs de WoW, cette fiche se base sur de la spéculation sur spéculation et sur d'autres spéculations en rapports avec les événements établit et déjà produit in-game. Les deux gamins, plus si gamins que ça maintenant, ont donc 1 ans de plus qu'à la fin de MOP, Post War Crimes. Je vais alors spéculer sur les éléments Post-Warlord Of Draenor de sorte à ce qu'ils finissent par arriver ici. Voilà, je tenais à le dire, en cas =).




Pix originale : http://captaindazya.tumblr.com/

Identité


PRÉNOM(S) : Irion        //    Anduin
NOM : None             //     Wrynn

ÂGE : 4 ans             //     17 ans
DATE DE NAISSANCE : En se basant sur la date de Calypta, ça nous donne 3826   et     3813
RACE : Dragon              //       Humain
NATIVITÉ : Arrivant.
Azeroth était une terre semblable à Calypta sur le plant climatique et géologique. Elle abritait des races similaires à celles-ci, tel que les humains, les dragon, les elfes... Les grandes différences se situe surtout dans leur morphologies. Par exemples, les elfes se distinguaient en deux catégories. Les Elfes de la Nuit, des êtres nocturne à la peau dont la couleur allait d'un rose violacé clair jusqu'à de sombres teintes de mauves... Sans parler de leur tailles. Les plus petits mesuraient près de deux mètres, tout en jambes, agiles, athlétiques et accoutumé à vadrouiller parmi les branchages des forêts denses. Tandis que Haut-elfes voyaient leur corps plus élancés que leurs cousin, plus fins mais tout aussi redoutables. Leur principal atout était la magie des arcanes dont ils se nourrissaient jadis... Si dépendant qu'ils en vivaient proche de la source même de cet immense pouvoir : le puis de l'éternité.

D'autres différences, subtiles, résidaient en l'organisation géopolitique de ce monde. Nous y trouvions une Alliance et une hordes qui manqua de déchirer à plusieurs reprise cette terre... Créations d'illustres Titans -- Pères de biens des mondes. Ébranlé par l’influences de Dieux Très Anciens corrompus par une soif immodéré de destruction purificatrice -- chaotiques... Tout autans de facteurs dévastateur faisant de ce nid douiller le théâtre sanglants de guerres et de désolations répétés... Jusqu'à un paroxysme tel que ces deux êtres en furent propulser dans un néant aléatoire et capricieux pour atterrir sur cette nouvelle terre.

ÉLÉMENT(S) : Pour le premier je pense que Feu/ Terre c'est good.

Pour le deuxième c'est assez délicat... Etant donné que la Lumière de son monde à l'air bien différente de celle de Calypta : elle est largement illustré par "La Lumière ne peux exister sans son ombre et l'Ombre ne peut exister sans la Lumière" C'est une énergie/magie émotionnelle plus qu'un éléments, qui constitue chaque être.

Néanmoins, pour son élément lorsqu'il arrive sur ce nouveau monde, je pense que la Lumière est ce qu'il y a de plus approprié.


CAMP : Neutre, donc.

LIEU D'HABITATION : C'est cool la belle étoile, nah ?



Armes & compétences


ARME(S) : Anduin porte à la taille une masse dorée, assez fine mais solide, nommé Brisepeur. Elle a tendance à briller lorsqu'il arrive à utiliser sa Lumière d'origine et à amplifier légèrement l’efficacité. Sinon elle n'est d'aucune utilisé si il se laisse envahir par ses humeurs négatives et qu'il utilise les ombres pour attaquer mentalement une personne. Rassurez-vous, de base c'est un lumineux et fervent petit prêtre. Et même si ça fois est ébranlé et que je joue un peu dessus, ça spé n'est pas la magie des ombres.

Irion porte une arme d'hast dans on dos. Elle était doté de grands pouvoir liés aux Titans de son monde, mais semble d'aucune utilité mis à part sa fonction première d'arme tranchante maintenant qu'il est sur Calypta. Sinon les griffes les dents ça compte ?

COMPÉTENCE(S) : Les deux ado' sont plutôt du genre cérébraux. Ils vont préférer l'analyse au combat direct, préférant économiser leur force.

À l'heure actuelle, Anduin n'arrive pas à grand chose avec sa magie mais lorsqu'il arrive à faire jailli une étincelle de cette magie c'est pour soigner une blessure, attaquer à coup de rayon sacré ou protéger sa cible d'un petit bouclier d'énergie. Pas plus, et pas avec habileté. Disons que c'est même assez aléatoire.
Question Ombre : il est capable de poser une emprise sur l'esprit d’autrui pour le faire agir à sa guise. Ici : si il y arrive, et bien il aura eut un gros gros coup de chance... Et en plus ça ne dureras pas plus de quelques petites secondes... Il n'y a pas grand chose à craindre, mais un petit coup de chance du genre peut toujours aider à se sortir d'un mauvais pas. D'ailleurs, il ne pourra le faire que sur quelqu'un de faible d'esprit... donc pour peu que la personne soit du genre revêche, ce n'est pas la peine d'y penser. De plus il n'aime pas trop y avoir recourt, même s'il avoue que ce serait pratique dans beaucoup de moments !
Pour l'attaque mentale, ne vous attendez pas à avoir la cervelle qui explose, c'est l'équivalent d'une migraine plus ou moins forte en fonction de si il y arrive ou non. Finalement, pour sa capacité à faire peur aux personnes face à lui dans un cris psychique... Et bien, je pense que ça viendra plus tard mais pour l'instant il va lui être compliqué de faire peur à qui que ce soit dans son état. Petite variante, au lieu d'instiller la peur à sa cible, il peut lui donner l'illusion qu'il se retrouve enchevêtré dans des racines fantomatiques, bloquant ses mouvements.

Question combat : il a les base d'un entrainement militaire qui est due à un prince. Hors, même s'il sait manier une épée, ce n'est pas un bretteur. Question corps à corps, il sait se défendre et riposter d'un coup de pied ou d'un crochet du droit. Mais ce n'est pas non plus un grand combattant.

Par contre il est excellent au tire à l'arc, ratant rarement sa cible. Seulement, même s'il connait les rudiments de la chasses et de la traque... Ce n'est pas un chasseur hors paire. Il aurait put devenir tireur d'élite, il avait a toujours beaucoup de potentiel, mais ce n'est pas son métier. Il sait tirer des salves de flèches, prétoires des trajectoires et être précis. Mais il ne rivalisera jamais avec un archer chevronné. Par contre, ayant des facilité dans ce domaine, il pourrait apprendre vote cette discipline. Encore fait-il il la préfère à la re-maîtrise de ses pouvoir. Ce qui m'étonnerait grandement.


Pour Irion, ça va être très rapide. Il sait se battre au corps à corps, lorsqu'il est en forme humaine. Il sait même en manier son armes d'hast. Ce n'est pas non plus un grand experts mais à l'instant d'Anduin avec son arc, il se débrouille très bien avec. Tout comme lui, face à un vrai guerrier entraîné il ne fera certainement pas le poids en combat singulier.
De plus il était habitué à coupler sa magie avec ses frappes, donc il risque d'avoir de mauvais réflexes en se battant...

Question pouvoir, il ne lui reste que le feu... Enfin disons que c'est plus une sorte de bruine de lave incandescente propulsé à travers sa gueule. Si il essaie de concentrer une boule de flamme entre ses mains, il arrivera difficilement à concentrer plus de l'équivalent d'une flammèche qu'il n'arrivera pas à propulser à plus d'une quarantaine de centimètre devant lui. C'est surtout pratique pour un feu de camp, si vous voulez mon avis.

En forme de dragon, et bien, il arrive à faire de plus grandes gerbes de brumes de lave, mais pas de quoi en faire un mur meurtrier devant lui. Toute fois il a une allonge potable. Un mètre en forme humaine et presque deux en forme de dragon. Ne maîtrisant pas totalement ses pouvoir non plus, il se fatigue assez vite s'il force. Après il possède quand même une bonne puissance dans la mâchoire, les griffes et le corps en général... C'est certes un bébé dragon, mais il reste assez nerveux. Je ne le prendrait pas à la légère même s'il ne rivalise pas avec un grand dragon. D'autant plus qu'il aime bien se faufiler un peu comme une anguille lorsqu'on essaie de l'attraper sous cette forme.




Physique


Anduin :
C'est un jeune homme à la chevelure blonde... Doré pour être exact. Elle aurait dut être lumineuse et soyeuse... mais à l'heure actuelle, elle était plutôt terne et sèche. Ses joues autrefois rosé reflètent une teinte plus mornes, enduites de poussières et de traces de sang séché. Sous ses vêtements usés par la les aléas de la guerres, sa carrure est plutôt fine, svelte. Avec une musculature discrète, loin d'être sur-développé, mais plutôt sèche. Niveau taille, Anduin n'est pas immense, c'est à peine s'il touche la barre des un mètre soixante-quinze.

Irion :
Sous sa forme de dragonet noir, il possède un long coup sinueux et une tête effilée. Quartes cornes partent vers l'arrière de son crâne en dessinant une légère ondulation vers le haut et une petit quatrième commence à pointer sur le bout de son nez. En ce qui concerne la taille, une fois dressé sur ses deux pattes arrières il est un petit peu plus grand qu'Anduin. Une fois reposé sur ses antérieurs... Disons qu'il est un peu plus gros qu'un grand chien. Ses ailes une fois déployé lui donne une largeur de près de deux mètres. Dans le prolongement de sa colonne vertébrale, la queue allonge son corps de plus d'un mètre cinquante. Question couleur, tout le dessus de son corps ainsi que ses pattes est recouvert d'écailles noire, onyx. Tandis que celles du dessous, plus fines et petites, sont de couleur beige.

Sous forme humaine, sa peau prend une teinte sombre de chocolat au lait. Les trait de son visage rappelle les morphologies fines et subtiles des perses. Avec son nez droit et sa mâchoire étroite. À le voir comme ça, on lui donnerait à peut près le même ange que le blondinet qu'il accompagne. Chose étrange, ses mirettes libèrent une discrète lumière rouge qui se devine même derrière ses paupières clauses. Question taille, il est un peu plus grand que le blondinet, touchant laborieusement le mètre quatre-vingt. Mais ça lui suffit, pas besoin de plus. Souvent, il arbore un turban blanc rehaussé d'un ruban de soie rouge. Puis à l'autres moment, il préfère le laisser de côté et libérer sa courte chevelure noire ondulant en d'amples boucles. Pour le reste de sa stature, ses vêtement de cuir blanc et d'écailles noires de dragon couvrent son corps à la musculature saillante sans être extrême. Déjà plus épaisses que cette de son ami.





Mental



Anduin Wrynn :
Tout tourne en fracas étourdissant dans le vrombissement assourdissant de l'orage fougueux et furieux de sa petite tête anéantie. Impossible fatalité et miracle désastreux de leur pauvre vie sauvée dans un tourbillon glacé de vide désintégré... La réception est dure, il a du mal à encaisser. Son cœur est un lambeau défraîchis et abandonné au milieux d'une pièce empoussiérée. Souillé... Il tremble lorsqu'il repense à tout ce qu'il leur ai arrivé... Irréaliste et coincé... Ses mains tremble lorsqu'il les vois. Il sent encore cette vague de froid qui lui sèche sa gorge à la chaleur momifié.

Sa respiration est haletante lorsqu'il se réveille de ses cauchemars. Il regarde autour de lui, vois le ciel, la lune, les arbres... Ils ont tous quelque chose de différents. Même l'odeur putride du feuillage automnale lui semble étrangère. Pourtant il est chez lui, il est... Non il est parti. Absorbé avec les miettes de son âmes éparpillées en un puzzle de deux-miles-cinq-cent pièces de cendres volatiles. Brûlées, calcinées. Comme la douleur au plus profond de ses entrailles lorsqu'il réalise que son rêve est perdu.

Rancœur. Maladie boulimique qui nous nourris jusqu'à vomir une bile verdâtre et visqueuse... Acide elle vous ronge, le ronge... Les ronge. Parce qu'il se retient de tout lui dire, il se retient des heures et jours entiers. Il serre les dent, retient les morceau mais lui craches les postillons abrasif et insidieux... C'est mal. Très mal de s'abandonner à une quelconque vengeance... Alors il se retient, il garde... Mais parfois, ces résidus immondes lui échappe. Alors il se maudit intérieurement et retourne dans son mutisme. Mais parfois ça lui échappent. Il va exploser, il le sent.

Mais il retient la bombe à retardement. Il entend son tic-tac éraillé qui pulse contre ses tempes. C'est un murmure qui serpente sous sa peau d’albâtre. Il sillonne et alimente son corps. Parfois il s'accélère dans une tachycardie diabolique, le pousse dans ses dernier retranchement. Ses yeux s’écarquillent, ses lèvres se retroussent et ses poings se serre convulsivement. Il veut hurler à poumon déployer. Frapper la première chose qui lui passe sous la main... Le frapper Lui... Le purifier de ses maladives idées mortelles et ses manigances d'avarie pécheresse. Il veut sonder son âme pour le mettre devant le fait accomplit. Lui montrer la vérité et le droit chemin. Sauf que ce chemin il est pas si droit. Il est sinueux sombre et épineux. Les plantes y son malades et dégoulines d'un pue écœurant... En fait, c'est ce blondinet qui y est devant. Seul devant... Et il hésite à l'emprunter. Non c'est mal, fait demi tour, renonce ! Il en va de ta Vie, lui hurle une voix lointaine au fin fond de lui-même. Si lointaine. Et le chemin qui le tente tellement... L'attire comme un aimant. Une bobine qui s'active pour accentuer cette polarité absurde... Contre Nature.

Non, Anduin n'est pas comme ça. Non... Il s'accroche à fil ténu, brillant. Un morceau de Lumière tiède et prêt à s'éteindre. Il s'y accroche de toute ses forces et prie pour qu'il ne lâche pas. Il prie de tout les restes de cendre de son cœur avec une foi bouleversée. Il fait tout pour ne pas céder à la folie. Des crise de colère le prennent par moment... Comme un éclair qui frappe le sol et qui repart aussi sec. Puis il se maudit. S'intime le calme et retrouve tout ce qu'il y a de bon en lui. Il échappe à sa folie. Il s'écarte du borde de cette falaise instable, respire, cour un instant puis s'y précipite au bord. S'arrête net et regarde au fond du précipice. Tout y est noir. Une brume froide s'y échappe. Froide et engourdissante... Comme un alcool qui se dilue dans le sang et fourmille dans le cerveau avec des battement d'aile de papillon... Doux et hypnotiques. Il se penche en avant, compte jusqu'à trois mais ne saute pas. Il se recule, cour et se précipite au bord du gouffre. C'est ce fil lumineux qui le retient. Il se sent à chaque fois qu'il veut sauter... Pas avant. Trouble incessant de souvenir si douloureux de désespoir et d'impuissance. Son monde s'est écroulé. Il est tombé... Tombé comme il aurait dut le faire bien avant. Tombé comme il aurait dut l'être sous l’asseau d'Arthas. Tombé comme il aurait due l'être  lors de la folie d'Aile-De-Mort. Tombé comme il aurait dut l'être dans les excès mégalomaniaques d'un orc au cœur aussi noir que le fond de ce foutu gouffre. Tombé aux mains d'une légion brûlante, démoniaque. Tombé aux mains de l'illustre protecteur Titans qui avait vue trop d'horreur... Sargeras...

Cette pensée lui fait peur... Elle le panique. Lui aussi en a vu des horreur, sûrement trop... Que lui arrivait-il dans ces moments de désespoir ? Perdu on font de l’Ombre grandissante de son cœur entourant la petite lueur... Si faible que l'ombre en est plus forte... Mais non, il ne lâche pas. Il l'espère... Il trébuche et se relève ! Il l'espère.

Il s'accroche de toute ses forces à cet espoir, probablement vain, que son monde pourrait être toujours là, quelque par. S'il se voile la face ? Il le pense. Mais il veut garder ce masque, il en a besoin. Ce masque qui se renforce avec Lui à ses côté. Lui qui a tout détérioré. Lui qui finalement le traîne et le relève lorsqu'il tombe dans cette boue couleur ténèbres. Qui repousse les ombres de son cœur et en fait jaillir une éclatante Lumière de colère. Colère sourde, faussement calme et soudainement foudroyante ! Puis il redescend... pense à autre chose et redevient celui qu'il a toujours été.

Une bouffé d'air et un fouet qui vous lacère. Voilà ce qu'était Irion pour ce prince d'un autre monde, d'un autre temps. Tantôt celui qui redresse, tantôt celui qui vous enterre. Soufflant le chaud et le froid. Plusieurs fois il s'est dit qu'il allait partir, le planter là et faire sa vie à la recherche d'un chemin de retour, sans s'y résoudre. Oui, il était plein de bile. Oui des araignée de haine perçaient sa chair, venaient grouiller sous sa peau. Oui il détruisait incendiait son cœur d'aigre flammes de ressentiments. Oui... il avait pensé lui faire la peau. Une fois. Ivre de chagrin, fou de souffrance. Mais il avait rejeté cette pensé au moment de le frapper. Irion l'avait regardé de ce regard qu'ont les marmot quand il comprennent la gravité de leur erreur ; semant le bien et récoltant le mal. Alors le blond l'avait lâché pour s'acharner sur le sol meuble de leur nouvel habita. Il ne savait que penser tout ça. De son parcourt, de sa foi, ses actes... De lui. Il n'aurait put reconnaître son visage dans un miroir tellement il se sentait étranger à lui-même...

Pourtant tout ceci n'était qu'une impression. De celles que laissent un traumatisme trop grand pour notre pauvre esprit. Anduin était toujours là. Il se manifestait dans les sourires bourrés de compassion comme une peluche avec du coton. On le retrouvait dans ses regard franc et visionnaire. Aveugle de clairvoyance... Et pourtant. Il n'abandonnait pas de foutu dragon aussi stupide qu'un nourrisson. De mauvaise grâce il lui tendait une main raide comme la justice, froide comme une porte de prison. Mais il la tendait. Même si, envers ce Prince Noir, il ne pouvait passer l'éponge. C'était trop dur, trop intense, trop violent. Ce n'était pas une bouderie d'adolescent. C'était le vain sacrifice de vies si chères à son cœur, qu'il lui imputait. Il vient à peine d'encaisser ! Laissez-le mâcher, avaler... puis espérez pour ne pas le voir tout recracher.

Son sourire... Si chaud et généreux. Bien sûr qu'il était toujours là ! Caché et afflictif. Son amabilité ne lui faisait pas défaut, sa gentillesse non plus ! Il était incapable de faire du mal à une mouche... Quoi que la mouche elle est chiante, tout de même... Alors bon, peut-être une exception pour la mouche. Pas qu'il soit du genre à tendre l'autre joue, mais ses pouvoirs d'attaque n'était là que pour le défendre. Défendre ce en quoi il croyait – qu'il paraissait ne plus croire en rien – ses convictions et ses préceptes. Il vous tendra toujours une mains, même si vous venez à être son ennemi. Parce que tout le monde pouvait être sauver. Tout le monde... Non pas tout le monde, en effet... Mais il faut qu'il le croit, qu'il se le répète, qu'il s'en persuade. Par tout les Titans, que c'était dur de redevenir soit. Redevenir l'ingénue et rêveur petit prêtre. L'idéaliste et utopiste petit prince. Avec ses grandes billes bleu comme le ciel et sa chevelure lumineuse comme le soleil ! Mais non... Même avec touts ses efforts, ses iris semblaient ternes et ses cheveux des brins de pailles sèches.

Un énorme fardeau sur ses épaules et un dragon pour le lui rappeler.

La haine est en train de frapper à sa porte et sa colère fait des caprices pour lui ouvrir. Ses restes de raison compatissantes la retienne avec un filet de bienveillances. Il aime apprendre et découvrir, il a des yeux d'enfant devant un nouveau jouer rutilant lorsqu'il découvre une quelconque nouveauté en ce bas monde. Fier et volontaire, il aime faire les choses par lui même. Entêté, il vous enverra baladé si vous le forcez à déléguer. Une fois qu'il s'est engagé il va jusqu'au bout. C'est une sorte d'honneur personnel qu'il a cultivé jusqu'à aujourd'hui et malgré toutes les épreuves qu'il a traversé, je doute qu'il en soit autrement. Il ne se laissait déstabilisé par rien... Pas même découragé par un corps brisé, mal articulé... Il a toujours surmonté l'adversité. Borné, entêté, pire qu'une mule, il était impossible de le détourner, n'écoutant que les murmures suaves de son instinct de chasseur de connaissances. Chasseur de trésors insoupçonnés, rapportés et présentés avec humilité. Son plus gros défaut est de tout faire dans l'excès... Trop émotif, trop aimant, trop d'espoir et maintenant trop de désillusions.

Trop de fantômes qu'il essaie de chasser. Ça, faut le cacher. L'enfermer dans une boite capitonnée puis jeter la clef. Sourire, sourire, sourire à s'en déchirer la pulpe rouge, blanchâtre de ses lèvres crispées. Permettez lui, ces instant de doutes... Mais empêchez le de sombrer. C'est un jeune garçons plein de ressource, mais l'a oublié. Il s'est perdu dans un néant froid et tourbillonnant. Permettez-lui de se retrouver. Car oui ça bouille d'ange n'est pas là pour faire jolie. La Lumière de son monde l'a choisi. Ayez-confiance en cette étincelle, elle pourrait resurgir. Alors vous pourriez le revoir courir après des sauterelles qui grignotent les ténèbres. Elles laissent à la placer entrer la chaleur réconfortante de son âme. Parce que, faites moi confiance tout comme je lui fait confiance, il est de ceux dont l'amour les enveloppe si fermement qu'ils en étouffe sous le poids de tout ce qui en découle...

Irion :
Parce que l'orgueil vous pousse vers des choses absurdes.

Irion n'est encore qu'un gamin… Bien qu'il dise le contraire. Il a des rêves bien enfouis sous les couches d'écailles qu'il a démultiplié tout autour pour ne plus s'y confronter. Parce que les rêves ne sont pas la réalité. Il faut rester terre à terre… Du haut de ces cinq ans, il met déjà un pied devant l'autre et court comme une furie en faisant de grands cercles. De trop grands cercles. Du haut de ces cinq ans, il a déjà apprit à compter, lire et penser. Et comme il pense si bien, ce petit créé de tout pièce. Il déblatère sur des vérité toutes nues, les mâche, les assimile et les recrache. Comme un petit politicard bien entraîné dans des jeux de langues : venimeux et volubiles.

Cinq ans d’existences et des millénaires de connaissances. Merci les Titans. Merci pour cet apprentissage zélé. Ce reformatage forcé. Vous savez, il était bien comme était ! Et tant pis pour la destruction, il le vivait bien. Pas la peine de s'inquiéter. Il est né, la rancune au ventre, le devoir en tête et une pierre à la place du cœur. Oui une pierre. Les battements de son organe cardiaque battant à l'unisson avec sa terre natale. Seule mère à ses yeux. Sa nature réinitialisée, il a prit son rôle ultime à bras le corps. Clairvoyant, il s'est acquitté avec sang froid et cruauté des mesures nécessaires à la renaissance de ce monde.

Puis il s'est mit à réfléchir, cogiter… À fouiller son amas de données. Méthodique. Puis il a comprit. Sage petit dragonet propulsé et assaillit de responsabilités. Il les a acceptées avec zèle et fierté. Comme d'une évidence peinte avec clarté, il savait ce qu'il avait à faire et il l'a fait. Froid et présomptueux. Princier. Il est devenu une machine enregistreuse engrangeant les brides d'histoires et les reliant à celles qui lui furent offertes. Petit oiseau robotique, caméra embarquée reliée à une aiguille grattant un disque. Puis il remet tout en place, dans sa petite tête, et trouve une solution bien arrêté au problème.

Pureté incarné. Ou tête de mule effrontée pas capable de voir plus loin que le bout de son nez, vous aurez dit un certain blond cœur étreint de rancune. Le dragonet est à l'écoute. Il prend note, il avale, digère puis recrache. Mais ne retient que ce qui l'intéresse. Il décrète une idée mauvaise puis la rejette. Bêcheur. Il se braque facilement, puis pour lui faire revenir en arrière, levez-vous de bonne heure.

Capricieux. N'obéissant qu'à son humeur… Irritable… Tendance à la colère rageuses de contrariété… Comme lorsqu'on perd un jouet, qu'on le veut mais qu'on ne peut le retrouver. Agaçant, énervant petit jouet caché. Puis lorsqu'il s'agit d'une chose grave… C'est le calme plat. Il encaisse passivement. Regarde toute la merde qui défile devant ses yeux et analyse… Analyse tellement qu'il en devient trop tard. Incompréhensible petit facteur aléatoire, malencontreuse petite erreur de calcul. Horreur grandissante et remontrance intérieure.

Il se maudit pour chacune de ses erreurs. Il s'insulte en pensée et n'a pas besoin qu'on lui en rajoute une couche. Il est suffisamment grand pour ça. Et pourtant, qu'on le mette devant le fait accomplit, qu'on le force à regarder toute la stupidité de ses actes, il en a besoin, parfois… Mais il n'aime pas ça. Personne n'aime et lui plus que quiconque.

Mais vous savez, sous ses grands air de petit prince suffisant et mal éduqué, cet être se révèle protecteur... D'une certaine manière. Enfin, protecteur... Seulement envers une certaine personne. Avec qui il s'est lié d'une certaine amitié avec le temps et lui a montré certain qualité étonnantes de la part d'un être mortel. Et en ce nouveau monde, le fait qu'il soit le seul élément de son monde natal il se sent d'autant plus le besoin de veiller sur lui. Comme sur la plus précieuse des reliques.



Biographie


Anduin était un prince qui dès ses plus jeunes années se retrouva propulsé dans un monde d'adultes manipulateurs et cyniques… Couronné roi à la disparition de son père mais trop jeune pour gouverné, ce fut Katrana Prestor et Bolvar Fordragon qui furent les régents de son royaume instable… Et lorsque, des années plus tard, le gamin revu son très cher père revenir au royaume en grande pompe, rien ne fut plus pareil. Celui qui se trouvait alors devant lui n'était qu'une pâle imitation de son géniteur… Une histoire abracadabrante au bord des lèvres pour expliquer sa longue et douloureuse disparition. Il le sentait, quelqu'un le manipulait, l'avait changer. Pour sûr que celui qui se tenait devant lui n'avait rien à voir avec la justesse et la droiture de Varian Wrynn. Vulgaire pantin entre les doigts habiles d'une mégère draconique. Lors d'une balade avec ce dernier, le jeune garçon, qui ne devait pas avoir plus de quelques huit années, douta néanmoins de ses propres soupçons lorsque son père lui sauva la vie alors que le gamin fut éjecté de sa monture jusque dans un précipice.

Rapidement après cet événement, la confusion la plus totale s'installa. Un deuxième Varian Wrynn aux portes de la ville en compagnie de représentant humain et nain, scandant qu'il était le véritable roi et que les dragons noir avaient infiltré les rang de la capitale humaine. Sous le choc de cet affront, le Varian qui se trouvait en compagnie de Katrana Prestor engagea un combat contre le nouvel arrivant.

La régente se dévoila alors sous son vrai jour : celui de la matriarche des dragons noir. Onixya. Sans  demander son reste, elle laissa les deux rois se combattre et s'empara de l'héritier du trône pour le séquestrer dans son repère. Une caverne volcanique où une chaleur intense due aux filons de lave qui la parcouraient, régnait.  Là bas, le gamin lié par les poignets sur une dalle de pierre instable, elle entreprit de lui jeter un sort afin d'en faire sa nouvelle marionnette et provoquer la chute de la nation humaine… Voir de l'Alliance entière.

Bourré à la chance depuis son plus jeune age ; une flammèche issue d'un filet de lave passait proche de la cordelette de ses poignets, le blondinet réussi à se libérer pour se mettre à vadrouiller en toute hâte au travers les galeries et recoin du repère onixien. Fort heureusement, les renforts ne mirent point de temps à débarquer. Son père ainsi que d'autres puissants alliés vinent pour le sauver et défaire la matriarche Onixya.

Depuis ce jour, il s'installa une relation compliquée entre son père et lui. Grandement ébranlé par ses expériences en tant que gladiateurs, Varian était devenu un homme au cœur fermé  et remplit de haine…

Suite à l'expérience glané, et certainement grâce à sa nature pacifique, Anduin ne sut être le guerrier qu'attendait son père. Aussi le jeune garçon rêvait de paix entre l'Alliance et la Horde, et ce malgré les horreurs auxquelles il assista… Pour lui, tout n'était pas à imputer aux orcs et leurs alliés. Son propre peuple avait sa part de responsabilités et il batailla bien des années pour adoucir les meurs de son père. Foncièrement doux et compatissant, Anduin se tourna vers les enseignement de la Lumière pour devenir Prêtre. Au grand regret du loup qu'était devenu son père… Parce que qui veut la paix prépare la guerre. Mais son fiston ne l'entendait pas de cette oreille et il comptait bien mettre ce monde meurtri sur la voix de l'amour et de la lumière.

Et ce, même face à des cas désespérés bien trop rongés par les vices de leurs humeurs noires…

Lors d'une campagne opposant la Horde et l'Alliance, ce jeune garçon alors âgé de quinze ans fit la connaissance d'un dragon noir avec lequel il se lia d'amitié… Contre toute attente. Pour la petite histoire, ce vol était, à la naissance de ce monde, les protecteur de cette terre. Et leur chef, l'aspect Neltharion le Gardeterre fut jadis corrompu par la sombre magie des Dieux Très Anciens, emportant tout les membres de son vol dans sa folie meurtrière et destructrice. Ils se détournèrent de leur nature protectrice pour œuvrer jusqu'à la destruction d'Azeroth. Chose qui fut de justesse évité lors de la chute de ce chef corrompu…

Irion était le dernier des siens. Mais il était aussi une expérience et une lueur d'espoir. Son existence débuta alors qu'il était encore dans sa coquille. Ressentant les souffrance de sa génitrice captives des dragons rouges et les douleurs qu'il subissait lui même sous l'assaut des expérience en vu de purifier cette être corrompu avant même d'avoir éclos. Ses souffrances se prolongèrent de longs mois… Tout au long de son incubation, de sa matérialisation… Du jaune jusqu'à la pointe de ses écailles…  Le résulta n'avait plus rien de naturel. Créé par magie à partir de cellules en pleine mitose, de cadavres de dragonet noir à peine éclos et fusionné avec l'un de ces frères de couvé grâce à un artefact Titan qui eut l'effet d'un catalyseur propulsé de donnés historiques et de programme complexes…

Un être impersonnel. Une machine charnelle à la conduite dicté jusque dans sa moelle épinière. Un être vide d'émotions à la sagesse objective et clairvoyante. C'est grâce à ceci qu'il trouva la cruauté et le courage nécessaire pour exterminer tout son vol corrompu et irrécupérable…

Et son vide intérieur se remplit de rancune et de colère. Loin de le submerger, il les assimila comme moteur animant ses convictions. Ses relations restèrent à jamais chaotiques avec les dragons rouges. Les autres, il les ignorait. À chacun son rôle, le sien était de sauver puis de renforcer Azeroth. Alors il joua un rôle favorable pour la destruction de son propre père. Neltharion, devenu Aile-de-Mort de Destructeur. Et alors, il prit la place de cet être jadis animé par la noble sagesse des gardiens aimants et paternels… Dernier des siens, toutes les responsabilités d'un vol complet reposaient désormais sur ses propres et étroites épaules de nouveau nés.

Irion se mit en quête de toute chose pouvant sauver Azeroth. Il se demanda même quelles races méritaient réellement sa place sur ces terres. Il se dit également qu'il faudrait peut-être penser à unifier tout les peuples avant… D'une manière ou d'une autre. Au final, si on poussait dans se sens là, un camp se démarquerait devant l'autre et les lois cruelles de la nature feraient le reste. Il n'avait plus qu'à pousser. Et attendre.

C'est ce qui se produisit en Pandarie. Il convia les plus grand champions de la Horde et de l'Alliance pour les lancer dans cette course au pouvoir. Alimentant leur colère mutuelle, les poussant dans leurs derniers retranchements. La lois du plus fort. La nature serait seule juge de leurs valeurs et lui intimerait la meilleur décision à prendre.

Ce fut dans ce contexte là qu'Irion rencontra le jeune prince humain Anduin Llane Wrynn de Hurlevent. Il avait certes était intéressé par les prouesses du gamin. L'adolescent se confrontant face à une force de la nature, sauvant le monde d'une vague de ténèbres et finissant agonisant sous une cloche brisée. Son corps en miette. Chacun de ses os avaient craqué plus d'une fois et il lui fallu une longue période de convalescence pour remarcher. Et aujourd'hui encore, des réminiscences douloureuse le prennent. Douleurs chronique d'un faux mouvement ou d'un mauvais souvenir, tout dépend.

Irion avait ri en entendant les discourt pompeux sur la paix et l'amour. Sur la sagesses, le bien et la Lumière. Mais il était si déterminé, ce pauvre garçon. Même après son épreuve face à Garrosh Hurlenfer, il persistait de croire que le monde pouvait changé. Le cœur brûlant d'émotions mais qui en occultait la haine. Un monde se reflétait en cet être… Brisé mais toujours le même… toujours aussi aimant et compatissant, prêt à accueillir tout être à ses côtés… Il était un peu comme Azeroth. Alors, intérêt grandissant, il apprit à le connaître. Et ce jeune mortel fut le seul à pouvoir lui ouvrir les yeux. Changer de direction et voir plus loin. Le pousser à voir, même, plus loin que l'humain. Il lui fit découvrir la nuance des choses. Seulement, à force de l'écouter, ses paroles se gravèrent en lui. Et au lieu d'aider la Horde sanguinaire de Garrosh, il se rallia aux côtés de l'Alliance dans l’ultime bataille qui provoqua la chute de ce chef de guerre orc.

Seulement, les réaction du souverain Varian Wrynn, près d'Anduin, ne furent pas dans ses intérêts… Scandant haut et forts qu'il aurait mieux fait de prendre exemple sur Tatie Onixya et ne pas se poser des barrières de confiances. Non, les mortels n'étaient pas digne de ce genre de confiance ! Avec leur pitié mièvre et dégoulinantes, il n'était que des lapin dans une cage, à la mercis d'un prédateur avide. Quel idiot de roi… Qui aurait avoir le monde au creux de sa main ! Unifier tout les peuples sous sa bannière. Et tant pis pour les possibles révoltes car Varian avait prouvé ses conviction et sa capacité à gouverner avec fermeté ! Puis vu le passif, il aurait tenu les orc et les troll en respect. Même si ça devait passer par la crainte ! Mais non… Il s'était dégonflé, laissant l'opportunité à la Horde de se redresser. Il n'y avait pas de place pour faible en Sa terre…. Et L'humain les avait laissé pour se reconstruire. Incompréhensible. Si seulement il n'avait pas écouter les beau discourt plein d'espoir d'un certain blond écervelé. Dans l'histoire, Irion se trouvait des airs de dindons… Bourré avec une farce hilarante tellement elle était pathétique.

Anduin ne fut pas vraiment mit au fait de cette pensée… Juste il apprit la comparaison avec la matriarche… Ses cheveux s'en étaient dressés avec dégoût sur l'arrière de sa nuque ! Mais il avait laissé faire. Irion avait dû parler sous l'emprise de la colère. D'ici peu il viendrait le voir pour lui faire part de ces états d'âmes à ce sujet ! Mais non… En fait ce fut le calme plat jusqu'au procès organisé pour la condamnation, ou non de Garrosh. Puis les deux adolescent s'était rencontrer pour parler de choses et d'autres… Comme Anduin en train d'essayer de remettre Garrosh sur le droit chemin. Ou ses relations tendus avec son père… L'expression de ses doutes. Mais Irion ne lâcha rien. Il ne fit que répondre adroitement au prêtre à la langue trop bien pendu, trop bien agile et entraîné à lui susurrer des ineptie utopiques.

Et vous savez ce qu'était le pire ? C'est qu'Anduin ne vit même pas arriver la suite.

Il ne vit pas, au loin, le dragonet retournant sa veste. Complotant pour une évasion dangereuse. Discutant en sous entendu, juste sous son nez, avec un traîtres des dragon de bronzes… Les dragon gardiens du temps. Il ne compris pas non plus lorsqu'il lui intima de regarder plus loin ! De saisir toutes les nuances. La clairvoyance envolée, le prince fut aveugle. Et une fois devant le fait accomplit, il n'y croyait toujours pas…

Irion faisant évader Garrosh. Être purement noir et irrattrapable. Son erreur la plus douloureuse… Ses espoir de prêtres éclaté comme un verre au sol. Volatilisé avec celui qui lui cracha les pires horreurs… Celui qu'il aurait put laisser mourir empoisonné dans sa cellule. Celui qu'il avait sauvé pour qu'il revienne les détruire ensuite. Il aurait peut être dû laisser le poison agir…
Souvent il se l'ai dit… Et plus encore lorsque la Horde de fer débarqua à leur porte… D'un autre temps et d'un autre monde. Débarquant avec les horreurs que le prince noir voulait bloquer à tout prix… Tout prix…  Même celui du vain sacrifice de son monde.

Car oui, Azeroth ne s'en est pas relevé. Malgré tout les efforts de la Horde et de l'Alliance azerothiennes la légion ardente et Sargeras revinrent en ce monde. Irion était persuadé de gagner. Persuader jusqu'au dernier instant. Persuadé même dans le désespoir de la destruction démoniaque. Persuadé jusqu'au plus profond de son âme d'où émanaient des murmures d'espoirs… Murmure d'Espoirs…  De faut espoirs… De vulgaires mensonges au détour d'un cauchemar…

Faute d'avoir été corrompu une force avait agis en fil d’Ariane. L'avait guidé jusqu'ici comme pour se moquer de lui. Si bien guidé que Irion avait avancé aveugle de toute clairvoyance. Fois inébranlable et religieuse pour cette attraction magnétique nommée Orgueil.

Et Azeroth était tombée...

Dans cette ultime bataille, le bilan des pertes était trop important. Dans une dernière explosion, ces anciens amis, devenus ennemis par la force des choses se retrouvèrent propulser par delà le néant. Priant de toute leur force pour retrouver leur chemin dans cette immensité froide et informe...

Vous savez ? Anduin, durant cet ultime combat... Il vit son père mourir dans ses bras... La fureur l'a alors envahis... De toute ses forces il essaya de transformer son désespoir en force. Hurlant sa lente agonie de l'âme à grand coup d'attaque mentale. Il savait que jamais ceci ne serait arrivé sans l'intervention du dragon. Il savait aussi que jamais une chose pareille ne se serait produit s'il avait laissé Garrosh mourir... Deux chose qui le rongeait et une vague d'ombre aussi puissante que sa Lumière l'avait envahi, incapable de trouver la chaleur réconfortante de la lueur guérisseuse de son cœur. En cet instant tout était froid et obscur... Il s'était battu de toute ses forces. Mais tout ça pour quoi ? Pour être rejeté dans le vide avec le coupable de ce malheur... Et même s'il lui est encore impossible de lui pardonner, de se pardonner, le blondinet avait prié pour lui aussi. Pour qu'il ne connaisse pas le supplice d'une airance infinie.

Et ensemble, un autre monde fini par les recueillir. Il était impossible de savoir combien de temps les deux princes avaient airé... Mais le plus important est qu'ils soient finalement arrivé.  


Presque End.



Et pour finir...


PARTICULARITÉ(S) : Mmm, Anduin, niveau caractère, est quelqu'un de très amène. Juste il traverse en ce moment une très mauvaise passe et le dragon avec qui il se traîne n'arrange pas les choses.
Il est basiquement un prêtre de la Lumière. Mais la Lumière d'Azeroth peut être plus comparé à une énergie vitale que l'ont peut contrôler et relie donc tout les êtres vivant d'Azeroth. Même si pour l'instant Anduin doit réapprendre à contrôler ses pouvoirs, si il se concentre il perçois encore ce fion de Lumière qui le relie à Irion.

J’interprète également ce pouvoir de cette manière : sur Azeroth elle est présente à profusion vue que tout le monde est lié et tout le monde la possède (même si tout le monde ne la ressent pas et ne l'utilise pas). Ce qui fait que lorsqu'un Paladin ou un prêtre se sert de la lumière sacré il puise beaucoup dans ses propres réserves mais également dans celles de tout les autres. Et vue la quantité d'être vivant ainsi que l'habitude des corps à ce genre de pratique, personne ne ressent de baisse d'énergie même minime.

Donc, le lien de Lumière azerothienne entre Irion et Anduin va être important car il sera la source du pouvoir du blond. Lorsqu'Anduin utilisera ses propres pouvoirs sacré il pourra choisir de puiser dans ses réserves, celles d'Irion ou les deux. Mais pour en arriver là, il faudra déjà qu'il re-maîtrise complètement ses pouvoirs sacrés et sachez aussi qu'il puisera presque automatiquement dans les réserves du dragon pour user de sa magie tant qu'il ne maîtrisera pas tout. Et même qu'il risque de le faire sans s'en rendre compte, parfois.

Pour Irion, il est nerfé au possible. Sa magie est plus faible car il n'est plus autant connecté à Azeroth et aux Titans qui sont, en Calypta, inexistants. La lueur de ses yeux est aussi plus faible que dans son monde d'origine, preuve de son affaiblissement. Néanmoins il en possède encore des brides et pourras en récupérer une partie au cours de son aventure. Toutefois ce ne sera jamais aussi violent qu'avant. Il devra même essayer de compenser avec les énergies magiques calyptiennes pour rivaliser
un minimum avec d'autres mages et/ou dragons d'ici. Néanmoins, le sous estimait pas trop non plus... il peut au moins vous griller à coup de lance flamme (même les colonnes de laves, les sangs vivants et les tremblements de terre c'est fini pour lui). D'ailleurs, lorsqu'il pousse sur les flammes qu'il crache il se fatigue vite, pour l'instant. Donc voili voilou pour le dragon-cheat-plus-très-cheat.


AVATAR : Irion et Anduin de World of Warcraft

CODE : Code validé par Mythril


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Celeste
Créatrice
Créatrice


Messages : 45
Date d'inscription : 03/12/2013




MessageSujet: Re: Fiche de Irion /// Et accessoirement du blondinet avec lequel il a débarqué Lun 17 Nov - 19:31:44

Bienvenue a tous les deux, Princes d'Azeroth. En pénétrant dans ce royaume chacun de vous se vois recevoir un nouveau pouvoir, puissent-ils vous êtres utiles.

Irion : Jeune dragon ton don calyptien est PEAU DE ROC
Ce sort recouvre la cible d'une peau de roc protectrice.

Niveau 1 : Une couche de calcaire recouvre la peau et les vêtements de la cible qui doit être visible et proche du lanceur de sort. Les cheveux et les yeux sont également recouverts, mais la vision de la cible n’est pas altérée. Modérément résistante, cette couche protectrice n’entrave en rien les mouvements et laissera passer un coup d’épée bien placé. La durée du sort est d’une minute.

Niveau 2 : La peau et le moindre poil de la cible se changent eux-mêmes en roche, ainsi que le contour des globes oculaires. Ces changements ne menacent en rien la santé de la cible mais la couche minérale est plus épaisse ainsi qu’elle ne l’était au niveau 1. La nature de la roche est aléatoire et ne peut être un cristal. La roche apparue ne peut pas être un type de roches magiques. La dureté de cette roche dépend de sa nature et elle n’altère en rien les mouvements de la cible. La durée du sort est de 5 minutes.

Niveau 3 : Le jeteur de sort décide enfin quel type de roche recouvrira la cible. Les cristaux sont désormais disponibles mais pas les minéraux de types magiques. La durée du sort est de 30 minutes.

Niveau 4 : Le corps de la cible est intégralement changée en roche, de la moindre cellule au moindre de ses organes. A ce stade la cible ne peux plus se noyer. Elle ne pourra plus mourir de faim non plus mais pourra en ressentir les sensations. Le corps de la cible est aussi lourd que la roche dans laquelle il est fait, et se mouvoir lui demandera une grande force. L’effet de lourdeur n’affectera pas la cible si la cible est le jeteur de sort. Le corps de pierre ne saigne pas et ne ressent pas la douleur mais la cible gardera toutes blessures qu’elle aura reçue avec son corps de pierre. Aucune blessure, même létale, ne tue la cible tant qu’elle est sous la protection du corps de pierre. La durée du sort dépend de la volonté du lanceur mais détruire le corps de pierre libèrera la cible.

Niveau 5 : Le jeteur de sort peux avoir jusqu’a 5 cibles simultanément. Les Cibles doivent toutes êtres a portée de vue et dans un périmètre proche. Les minéraux naturellement magiques sont a présent disponibles.


----------------------


Anduin : Jeune humain ton don calyptien est MOTUS (Déplacement)
Le lanceur peut déplacer des personnes ou des objet sur de grandes distances sous la forme d'un grand rayon de lumière. Cependant il doit soit prendre du temps pour charger le sort, soit risquer une immense fatigue lors de l'arrivée, le temps de chargement est directement lié à la distance à parcourir et au nombre de choses transportées. L'utilisateur doit également visualiser dans sa tête l'endroit auquel il doit se rendre, la moindre erreur de concentration lors de la préparation peut avoir des conséquences imprévisibles.

Niveau 1 : L'utilisateur ne peut se téléporter (et uniquement lui) qu'a une distance relativement courte (seulement là où sa vue peut porter) lorsqu'il fait un déplacement contrôlé, et même cela le laisse très faible. Cependant lors de certaines situations son pouvoir peut se déclencher sans son accord (par exemple en éternuant) ce qui, paradoxalement, peut l'envoyer plus loin et moins fatigué que s'il l'avait voulu, hélas il ne contrôle alors pas la destination finale.

Niveau 2 : Le lanceur arrive maintenant à mieux maîtriser son énergie et peut maintenant transporter jusqu'à 5 personnes dans un endroit qu'il peut voir directement, ou lui-même jusqu’à une distance de 5km autour de sa position sans trop de problèmes, pour toute distance supplémentaire cela demande une certaine concentration. Plus le nombre de personnes est important plus le temps de concentration sera long et la fatigue occasionnée importante. Il est impossible d'enchaîner des sauts successifs sans repos. Transporter une personne non consentante demande une plus grande concentration et épuise d'avantage le lanceur, le nombre de personnes non consentantes cumule le temps de concentration et l'épuisement final.

Niveau 3 : Le lanceur peut maintenant transporter de larges groupes (10-15 personnes) sur de courtes distances et peut se transporter lui-même jusqu’à 10 kilomètres autour de sa position. Comme a chaque fois le temps de concentration sera plus où moins long en fonction du nombre de personnes transportées et de la distance. Transporter une personne contre son gré augmente encore le temps de concentration et l'épuisement conséquent pour le lanceur de sort.

Niveau 4 : Le lanceur peut maintenant transporter les larges groupes sur des distances moyennes (10-15 km) et se transporter soi-même dans un rayon de 50 km autour de sa position sans trop de problèmes autres que le repos et le temps de chargement. Transporter une personne dont la volonté s'y oppose augmente le temps de concentration mais l'épuisement n'est plus aggravé.

Niveau 5 : Le lanceur de sort peut maintenant transporter jusqu'à 20 personnes sur de gigantesques distances. Cependant il doit toujours prendre le temps de charger le sort sous peine de s'évanouir à l'arrivée voire de tout simplement y rester. Il peut également se téléporter lui-même sur des distances très courtes quasiment sans fatigue, ce qui lui permet d'enchaîner ses déplacements. Le jeteur de sort n'a plus a se soucier du bon vouloir de la cible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fiche de Irion /// Et accessoirement du blondinet avec lequel il a débarqué

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [Résolu]Connexion via borne wifi connectée au modem Noos
» Hierulf, mon Aède avec lequel je m'éclate ^^
» [Fiche] fourni-soeur-emanuel
» Entrainement d'un jeune blondinet
» Looney Tunes Basketball - Fiche de jeu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Empire Calypta :: Introduction :: Présentation-